J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Cohésion sociale et numérique

Retour sur la journée du 16 mai

Cohésion sociale et numérique

La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), l’Agence du Numérique et l’UNCCAS organisaient le 16 mai une journée nationale « Cohésion sociale et numérique », dans les locaux du Ministère des Solidarités et de la Santé. Près de 250 acteurs (collectivités, associations, institutions…) étaient présents.

Jean-Philippe Vinquant, directeur général de la DGCS, a introduit l’événement. Pointant le risque de l’exclusion numérique, il a présenté les technologies de l’information et de la communication comme des outils qui doivent être au service d’une relation humaine. « Avec le numérique on va plus vite, avec l’humain on va plus loin », a-t-il résumé.

Défis et enjeux du numérique dans les politiques de cohésion sociale

Jacques-François Marchandise, directeur de la recherche et de la prospective de la Fondation Internet Nouvelle Génération (Fing) et délégué général de Capacity a présenté avec Margot Beauchamps (coordinatrice du Gis M@arsouin, Môle armoricain de recherche sur la société de l’information et les usages d’internet) les résultats de l’enquête Capacity sur l’usage du numérique des français.

Mettant à mal certaines idées reçues (notamment celle d’une "fracture numérique" qui séparerait mécaniquement les personnes âgées et les jeunes, ou les classes aisées et les autres), ce travail montre un tableau ambivalent. Car le numérique est tout autant facilitateur d’accès à l’emploi que destructeur d’emplois, outil d’accès aux droits et obstacle pour y accéder, facteur d’inclusion et d’exclusion, transformant quoi qu’il en soit le travail social en profondeur. Il est donc essentiel que les politiques publiques se l’approprient.

Bilan de l’expérimentation du coffre-fort numérique

Sarah Lecouffe, responsable politiques de lutte contre les exclusions à l’UNCCAS et David Soubrié, sous-directeur des professions sociales, de l’emploi et des territoires à la DGCS ont ensuite présenté le coffre-fort numérique, un système sécurisé expérimenté par plusieurs CCAS, permettant à leurs publics d’archiver et de retrouver des fichiers dématérialisés.

Les enjeux de l’inclusion numérique en France

Une troisième table ronde rassemblait Joëlle Martinaux, présidente de l’UNCCAS, Olivier Noblecourt, délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes et Antoine Darodes, directeur de l’agence du numérique. Il s’agissait de voir comment le numérique pouvait être une opportunité et un levier pour les citoyens et les territoires.

Pour Joëlle Martinaux, l’outil numérique est un facteur important de cohésion sociale mais il nécessite d’être adapté au public : les démarches administratives doivent donc être simplifiées et l’accompagnement social rénové. Dans le même esprit, Olivier Noblecourt a mis l’accent sur la nécessité de repenser la "fonction accueil", sans oublier d’y associer les bénéficiaires. Pour lui, réussir l’innovation de rupture implique également de s’appuyer sur des acteurs économiques et scientifiques adoptant une démarche solidaire, tels qu’Emmaüs Connect….

En pratique...

L’après-midi a été consacrée à cinq ateliers, qui ont permis une approche très concrète des débats du matin, grâce à l’intervention de professionnels du terrain.

  • Mettre en place un coffre-fort numérique : pourquoi et comment ?
  • Les articulations ente médiation numérique et travail social pour un meilleur service aux personnes
  • Le numérique : quelles ressources pour les jeunes vulnérables ?
  • Comment élaborer et mettre en place une staratégie d’inclusion numérique sur son territoire ?
  • Présentation et enrichissement des outils produits dans le cadre de la stratégie nationale pour un numérique inclusif.

Les images de l’événement

Retour en haut de page