J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

L’action sociale locale : dernier rempart contre l’exclusion ou levier de développement territorial ?

Congrès 2017 de l’UNCCAS : Plénière de clôture

L'action sociale locale : dernier rempart contre l'exclusion ou (...)

Nos concitoyens attendent du service public qu’il soit de qualité, qu’il réponde à leurs besoins. Les grands principes de continuité du service, d’adaptabilité, d’égalité mais aussi aujourd’hui de neutralité, sont donc censés guider l’action des acteurs publics et parmi eux les acteurs locaux que sont les CCAS/CIAS. Or, depuis le début des années 80 et la grande époque de la décentralisation où les collectivités territoriales, et avec elles le service public de proximité, avaient le vent en poupe, les choses ont évolué

Le point sur la plénière de clôture du Congrès 2017 de l’UNCCAS, les 17 et 18 octobre à Reims.

Des besoins sociaux en mutation dans un cadre de plus en plus contraint

De nombreux enjeux réinterrogent ces grands principes fondamentaux et la façon dont ils se concrétisent au quotidien : accroissement des disparités territoriales, nouvelles attentes voire exigences des usagers, prise en compte des notions de développement durable, contrainte budgétaire... Cela est d’autant plus vrai dans le champ social où certains phénomènes de précarité se sont considérablement accentués, où les publics et les besoins d’accompagnement ont eux aussi évolué.

De même, l’Union européenne s’est-elle invitée dans le débat en s’intéressant de près aux « services d’intérêt économique général » (SIEG), reconnus comme étant essentiels à la cohésion sociale et territoriale mais restant soumis à des obligations de concurrence. L’Etat et les collectivités territoriales n’ayant pas le monopole de l’intérêt général, la tentation est donc grande aujourd’hui de confier à d’autres opérateurs la mise en œuvre de certaines missions de service public de proximité.

Alors quelles perspectives ? Que doit-on ou que peut-on attendre aujourd’hui du service public de proximité dans le champ social ?

Quelles missions ? Quelle organisation ?

Se poser la question revient à s’interroger sur les publics concernés. A leur niveau, et contraintes financièrement, les communes et leurs CCAS doivent-elles se concentrer sur les plus précaires, dans l’urgence, c’est-à-dire remplir leurs obligations a minima, et donc devenir l’unique rempart contre la grande pauvreté ? Ou doivent-elles élargir leur « cible » pour prévenir, éviter les situations de ruptures sociales et donc contribuer à faire de l’action sociale un levier pérenne de développement territorial ?

Se poser la question revient aussi à s’interroger sur les modes d’organisation et de fonctionnement des acteurs qui portent ces missions de service public, soit environ 2 millions d’agents pour la seule fonction publique territoriale. Qu’est-ce qui a changé entre la FPT d’hier et celle d’aujourd’hui ? Est-elle mieux outillée pour fournir cette qualité attendue ? Qu’adviendra-t-elle demain ? Pour commencer à y répondre, le CESE dans son récent avis sur l’évolution de la fonction publique et des principes qui la régissent, recommande « d’assurer un encadrement de qualité pour accompagner et soutenir les agents face aux évolutions de la fonction publique, mettre en place une gestion prospective des emplois et des compétences, faire du numérique un atout et un outil d’accompagnement », etc. Cela sera-t-il suffisant ?

Enfin, se poser la question de l’avenir du service public de proximité dans le champ social oblige à revenir aux fondements même de cette action, à ses finalités. Que ce soit en milieu rural et en zone urbaine, pourquoi cette action doit-elle se renouveler, dans quel but innover, peut-on le faire seul ou faut-il entrainer avec soi ses partenaires associatifs, institutionnels, économiques et le plus important, les usagers ? Autant d’enjeux auxquels tenteront de répondre les intervenants.

Intervenants

  • Joëlle Martinaux : Présidente de l’UNCCAS
  • Jean-Paul Denanot : Député européen, Président de l’intergroupe des services publics
  • Jean-Paul Carteret : Vice-Président de l’Association des Maires Ruraux de France (AMRF)
  • Daniel Lenoir : Directeur général de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF)
  • Anicet Le Pors : Ancien ministre de la Fonction publique et des Réformes administratives, conseiller d’Etat honoraire
  • Alexandra Siarri : Vice-Présidente de l’UNCCAS, Adjointe au Maire de Bordeaux
  • Animateur : Jean Dumonteil

Photo : Jean-Paul Denanot / Babsy / Wikimedia Commons

Retour en haut de page