J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Un colis de Noël valorisant les savoir-faire locaux, le bénévolat et les circuits courts

Un colis de Noël valorisant les savoir-faire locaux, le bénévolat et les (...)

Le CCAS distribue depuis de nombreuses années des colis de Noël aux séniors de la commune. En 2017, les membre du Conseil d’administration ont souhaité changer la formule en faisant en sorte que le CCAS, ses partenaires et leurs bénévoles se réapproprient la réalisation complète des colis tant dans la fabrication de l’emballage que dans le choix des produits alimentaires en privilégiant les circuits courts.

Contexte

Gérardmer étant situé dans les Vosges - région de tradition textile – de nombreuses personnes en retraite sont d’anciennes couturières. Dans la commune, le tissu associatif est très riche et dynamique. Par exemple chaque Fête des Jonquilles réunit 300 bénévoles, qui se mobilisent également pour le festival du film fantastique chaque année, en janvier.

Par ailleurs, tous les ans depuis de nombreuses années, le CCAS propose un colis gourmand pour les anciens de 72 ans et plus. Jusqu’en 2016, les colis achetés par le CCAS étaient tout prêts, composés de produits divers, du type de ceux proposés aux comités d’entreprises.

Pour 2017, les membres du conseil d’administration du CCAS et une déléguée du pôle insertion du Conseil Départemental ont eu l’idée de valoriser les savoir-faire et les produits locaux, tout en créant une émulation locale, grâce au bénévolat, autour de la confection de sacs réutilisables et personnalisés qui serviraient de contenant aux 1100 colis de Noël.

Description / Fonctionnement de l'action

Principaux objectifs

  • Créer une émulation locale autour de ce projet, entre les personnes concernées par les services du CCAS, le service social du département, les membres des associations, les écoles, et les entreprises textiles.
  • Développer les liens sociaux des personnes bénévoles contribuant à la fabrication des sacs des colis et/ou à la distribution.
  • Favoriser les liens intergénérationnels.
  • Favoriser l’insertion des nouveaux habitants et notamment les personnes immigrées.
  • Proposer des produits alimentaires de qualité en circuits courts et personnalisés aux séniors de la commune, destinataires des colis de Noël, favorisant le patrimoine local.

Fonctionnement de l’action

Cette année le colis de Noël est composé de :

  • une bouteille de 1/2L de vin de foin,
  • une terrine,
  • un sachet de confiseries,
  • un pain d’épices,
  • un pot de miel,
  • un pesto à l’ail de l’ours.

Tous ces produits ont été achetés par la commune. Le projet d’association des habitants concerne la fabrication du sac contenant les produits, ce que le CCAS, avec l’aide du Conseil Départemental, a piloté.

Les étapes du projet :

 

  1. Le CCAS a organisé une première réunion (mi-juin) avec les présidents des associations pour les informer du projet et les associer à sa réalisation. Certains sont directement venus avec des bénévoles.
  2. Les membres des associations, du Conseil Départemental et du CCAS ont proposé à leurs publics de devenir bénévoles dans le cadre de la confection des sacs. Ainsi, des groupes de bénévoles se sont formés parmi les personnes des ateliers de couture de la Croix-Rouge, du Secours Catholique, des ateliers de couture de la Maison de la culture, de l’association Vosges patch, du pôle insertion (une quinzaine de personnes allocataires du RSA, des demandeurs d’asile, …), des amicales des écoles, etc.
    Certains groupes étaient chargés de la coupe du sac, d’autres de la fabrication des anses, d’autres du pourtour, ou encore d’un fond en carton (pour soutenir la bouteille). Les personnes qui ne savent ou ne souhaitaient pas coudre ont participé à leur manière en préparant le goûter par exemple. Les enfants des écoles dessinaient quant à eux sur les fonds en carton.
    Les lieux de fabrication ont été mis à disposition par le CCAS, le Conseil Départemental ou situés dans les salles de réunion des associations concernées.
  3. Le premier prototype du sac réutilisable a été proposé par un des groupes de bénévoles (fin juin). Concernant les produits du colis, les entreprises locales ont été consultées par courrier par le CCAS en juillet. Le critère : elles devaient être en capacité de fournir chacune 1100 unités.
  4. , une entreprise a décidé de fournir gracieusement le tissu imperméabilisé (250 mètres de toile enduite en 1.60 m de large). Cette entreprise a aussi proposé une visite gratuite de son usine de production, notamment pour les bénéficiaires du service insertion du CCAS/département
    • Durée de la confection par les bénévoles : du 14 juin à fin novembre.
    • Une personne, bénéficiaire du service de réinsertion du conseil départemental, a pris des photos et filmé les ateliers de confection jusqu’à la distribution des colis.
  5. Mi-décembre, les produits, choisis par les membres du CA du CCAS, ont été mis en sac par les élus, les membres du CCAS et des bénévoles.
  6. A partir du 16 décembre, les colis ont été distribués par les élus et quelques bénévoles-confectionneurs aux personnes âgées de la commune, dans les quartiers et en mairie. Des goûters collectifs ont été organisés lors des distributions dans les quartiers.
  7. En février 2018, une journée conviviale aura lieu pour remercier tous les participants au projet. Le film et les photos faites tout au long de l’action seront présentés.

Ce projet de fabrication des sacs, bien que peu coûteux, a été soutenu financièrement par le parc naturel du Ballon des Vosges dans le cadre d’un appel à projet « partageons nos savoir-faire » dont le CCAS a été lauréat.

Les outils de communication sur l’action

  • Communication municipale,
  • Presse locale papier et numérique,
  • Flash info à la radio locale.

Bilan

Les impacts positifs de ce projet sont nombreux et variés. Il a créé une véritable émulation sur le territoire.

Au niveau des habitants, un total d’une centaine de personnes ont été mobilisées dans la confection des sacs (celles qui ont coupé le tissu, cousu, coupé les cartons, …), sans compter les enfants des écoles. Ces personnes y consacraient le temps qu’elles voulaient (d’une heure à plusieurs jours). Des personnes qui avaient autrefois travaillé ensemble se sont retrouvées pour partager leur ancien métier et des contacts entre les habitants se sont (re)noués.

« Chaque atelier de confection fut un moment convivial, de partage des savoir-faire et des cultures. Par exemple, quand les personnes migrantes ont aidé dans les associations pour la confection des sacs, elles ont apporté des produits de leur pays (Maghreb, Soudan, Kosovo, Ukraine, Russie…). », raconte Laurence Goujard, adjointe aux affaires sociale et vice-Présidente du CCAS.

Les destinataires des colis ont quant à eux beaucoup apprécié les nouveaux colis. « Les personnes âgées étaient très contentes à la distribution. Le fait qu’ils ne soient pas standardisé et pas tous les mêmes (des tissus avec motifs différents, les dessins des enfants différents…), qu’on ait cherché à leur faire plaisir et aussi par le fait que c’étaient des produits locaux. » souligne Laurence Goujard.

Pour le CCAS, ce projet a permis de consolider voire recréer de nouveaux liens avec les associations et entre les associations. Cette action a en effet permis de travailler autre chose que le quotidien. Ce projet valorise aussi l’image du CCAS auprès des habitants.

Cette action a enfin engendré un regain d’intérêt pour la couture. L’antenne locale de Pôle Emploi local a donc remis en place un plan de formation de couturier au sein des usines qui commencent à manquer de main d’œuvre spécifique. Les personnes qui sont accompagnées par le pôle insertion du CCAS pourront notamment participer à cette formation. A ce jour deux personnes pourraient construire un parcours professionnel dans la couture car leur savoir-faire a été validé et des contacts à pôle emploi sont établis.

Le projet d’approvisionnement des produits alimentaires en circuits courts sera renouvelé en 2018. Une réflexion aura lieu au printemps quant au contenant.

Moyens

Moyens humains

Pilotage et coordination : le CCAS ;
Pôle insertion du conseil départemental et une centaine de bénévoles pour la fabrication des sacs.

Moyens matériels

  • Don de tissu par une entreprise,
  • Prêt de salles par la commune, le CCAS et le Conseil Départemental.

Coût / budget

  • Coût de l’achat des produits alimentaires : 25 000 euros
  • Fabrication du diaporama, petites fournitures textiles, goûter final de février 2018 : 1000 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

La déléguée du conseil départemental par l’intermédiaire de la maison des solidarités et de la vie sociale de Gérardmer : appui au pilotage du projet, organisation des ateliers de coupe avec le public en réinsertion (personnes allocataires du RSA, demandeurs d’emploi, …) avec l’aide de diverses associations de réinsertion locales : Regain, la fédération médico-sociale.

Ils financent l'action

  • Le CCAS / la Ville ;
  • Le Parc des Ballons dans le cadre d’un appel à projet : rémunération de la personne qui a fait le film et les photos du projet.

Les remarques du CCAS/CIAS

C’est un projet à prévoir longtemps à l’avance car il implique beaucoup de personnes et qu’il faut prévoir le temps de démarcher les entreprises pour ne pas avoir des coûts trop élevés. Le soutien des élus notamment dans cette étape est important.

« Je crois que contrairement à ce qui se dit souvent : le bénévolat existe encore, tout ne doit pas se monnayer. Il faut trouver le bon projet, celui qui va réunir le plus grand nombre. La convivialité est aussi un élément essentiel. »

Laurence Goujard, adjointe aux affaires sociale, vice-Présidente du CCAS.

Chaque individu possède des compétences. Des actions comme celle-ci permettent de les mettre en lumière.

Pour qu’un projet aboutisse positivement, il faut laisser le temps à chaque acteur de trouver sa place et de la définir ensemble sans commande formelle. Il s’agit de favoriser la mutualisation, le partage et les rencontres en étant un guide bienveillant.

Le CCAS a été contacté par téléphone par une autre commune vosgienne, qui souhaitait connaître les modalités du projets, lors du déroulement de l’action.

Photo : Wikimedia Commons / Christian Amet

Retour en haut de page