J'ai compris, mais plus tard...

Il s’agit d’un dispositif qui permet à des patients malades chroniques d’améliorer la prise en charge de leur(s) pathologie(s) et leurs conditions de vie grâce aux activités physiques. D’un point de vue territorial, il s’agit de lutter contre la sédentarité et les maladies cardiovasculaires.

Contexte

L’activité physique régulière est un levier reconnu d’intervention, notamment pour les pathologies de diabète de type 2, l’hypertension artérielle, et la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Depuis 2013, l’association AFRET (association pour la formation et la recherche en éducation thérapeutique) et la ville d’Issoire par l’intermédiaire de son CCAS, ont travaillé en étroite collaboration sur ce projet commun d’éducation thérapeutique des patients.

Le diagnostic territorial qui avait été fait avait souligné les besoins importants sur le territoire d’Issoire, avec une prévalence importante et supérieure à la moyenne nationale des maladies cardiovasculaires. Celles-ci représentent une cause importante de décès et d’invalidités. La Ville d’Issoire adhère au réseau français des villes santé de l’OMS depuis 2012 et impulse une large politique en faveur de la promotion de la santé par les activités physiques. Dans ce contexte, le CCAS a fait le choix de développer et de maintenir depuis 2014, le dispositif Issoire, sport santé sur ordonnance.

Description / Fonctionnement de l'action

Issoire, sport santé sur ordonnance propose, en relation avec les médecins traitants du territoire, des séances d’activités physiques adaptées aux personnes qui souffrent d’une maladie chronique identifiée comme facteur de risque des maladies cardiovasculaires.

L’accès au dispositif se fait par le biais d’un médecin prescripteur, souvent le médecin traitant. Une ordonnance de non contre-indication à la pratique d’une activité physique permet, au choix :

  • la formule collective : participation à un programme d’une heure par semaine, gratuitement durant une année,
  • la formule individuelle : participation à un programme de réadaptation à l’effort, gratuitement pendant 12 semaines
  • la formule collective + la formule individuelle.

Les séances ont lieu pour les cours collectifs au choix les vendredis de 13h à 14h au gymnase Laura Flessel ou les samedis de 9h à 10h au gymnase Pierre de Coubertin. La première année de pratique est gratuite. Des séances individuelles (à la demande) de 12 semaines sont proposées gratuitement.

Pour les personnes qui achèvent leur première année de séances sportives, il est tout à fait possible de poursuivre l’activité dans le groupe. Une tarification sociale est établie suivant le revenu fiscal de référence. Le montant varie de 12 à 48 euros par trimestre afin d’inciter et faciliter ainsi la poursuite de l’activité.
Les habitants de la commune âgés de 70 ans et plus peuvent solliciter le transport à la demande après adhésion pour se rendre aux séances d’activités.

Bilan

L’encadrement des séances collectives ou individuelles est assuré par la même éducatrice sportive.
Ce dispositif a accueilli une quarantaine de personnes en 2019. Les personnes sont majoritairement des personnes atteintes de diabète même si les porteurs d’autres pathologies ciblées sont également représentés. Actuellement ces personnes viennent de 7 communes du Pays d’Issoire Val d’Allier Sud et sont âgées de 36 à 86 ans.

Le nombre de personnes inscrites est stable. Il y a une forte implication des médecins du secteur. Les retours des usagers du dispositif sont très positifs. Les séances se déroulent dans une ambiance très conviviale générée par l’éducatrice sportive. On constate une cohésion importante dans les groupes avec des liens sociaux qui se tissent. La gratuité du dispositif la première année permet de limiter l’exclusion sociale et de sensibiliser aux bienfaits de l’activité physique. Ce dispositif est bien souvent le tremplin à la reprise d’une activité physique que ce soit en autonomie, en club ou association. A ce jour, une quinzaine de personnes font plus d’activités physiques car elles se sont également inscrites dans des clubs (randonnées, yoga…). Devant les bénéfices constatés, on ne peut que souligner l’importance de développer des initiatives de prévention sport et santé de cet ordre.

Moyens

Moyens humains

  • 1 personne en charge des missions de secrétariat (inscriptions et gestion administrative),
  • 1 éducatrice sportive pour la conception et l’encadrement des séances.

Coût total du projet

10 000 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Ville d’Issoire, CLIC Issoire Bassin Montagne, AFRET (Association pour la formation et la recherche en éducation thérapeutique), les professionnels de santé du territoire, le Centre hospitalier Paul Ardier, la Clinique de SSR Les Sorbiers, le CCAS Issoire.

Les observations du CCAS/CIAS

Issoire a été la première ville de France de moins de 20 000 habitants et la troisième ville au total à mettre ce dispositif en place. Cette action porte sur différents aspects de l’action sociale et de l’accompagnement à l’échelle d’un territoire et permet d’agir sur les leviers suivants :

  • cohésion sociale et lutte contre l’isolement,
  • promotion de la santé,
  • accès équitables aux services et loisirs,
  • prévention santé,
  • autonomie.

Photo : Wikimedia Commons / Vinckie

Retour en haut de page