J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Service public de proximité

Service public de proximité

Contexte

Belvès, chef lieu de canton (4 171 habitants, 14 communes) est situé dans un milieu fortement rural avec une industrie de transformation du bois, une maison de retraite, un foyer de vie occupationnel. La population est viellissante, les jeunes trouvent difficilement des emplois sur place. Le taux de chômage était en hausse régulière lorsque s’est engagée la réflexion pour créer le point public.

Description / Fonctionnement de l'action

Le point public de Belvès est une structure gérée par le CIAS de Belvès. Accessible à tous, il a pour mission d’accueillir, écouter, informer, orienter vers les services adéquats dont il est le relais. Il concerne l’emploi, la formation, la vie quotidienne, les loisirs, la retraite et le grand âge. Son animatrice est le relais local des administrations et des services qui ont souhaité être partenaires et qui effectuent des permanences à fréquence régulière (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles, ADIL 24, RAM, conciliateur de justice, mission locale...).
C’est un lieu de rencontres et d’échanges où sont organisées des animations et des conférences sur différents thèmes : santé, Europe, législation...
C’est aussi un lieu de documentation : de nombreuses revues spécialisées sont à disposition (recherche d’emploi, formation, retraite, vie quotidienne, famille).
C’est également un point d’information jeunesse agréé par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, un point info familles (PIF) labellisé en 2005, un relais Maison de l’emploi depuis 2007 et un relais services publics conventionné par l’Etat en 2008. C’est également un Point relais pour le Pôle emploi, la CAF, la CPAM et le Greta.

Bilan

Trois règles ont permis à ce service de trouver sa place :
- Répondre à un vrai besoin compte tenu de l’éloignement des services,
- S’adapter à la demande du public ;
- Respecter les autres services publics car en effet, le point public ne se substitue pas à eux (Trésor public, Poste).
L’activité et la fréquentation sont suivies régulièrement afin d’en rendre compte au comité de pilotage où interviennent l’Etat, la sous-préfecture, les partenaires avec lesquels a été établie une convention.

Moyens

En 1996, lorsque l’Etat proposa des aides pour la création de points publics, le dossier constitué par Belvès a reçu l’approbation de tous les services et une subvention de 42 686 Euros (investissement et fonctionnement) a été allouée.
Le point public a fonctionné dès sa création et jusqu’en 2006 grâce à des emploi aidés. Etant donné l’augmentation de la fréquentation, un CAE (30h) a été recruté afin de seconder la responsable de cette structure.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Le point public est porté par le CIAS. Des conventions ont été signées avec des partenaires garantissant la prospérité du point public : hôpital de Belvès, la CAF, la MSA, la Maison de l’emploi, le Pôle emploi (relais gratuit) ainsi que Jeunesse et Sport (PIJ).

Ils financent l'action

Jusqu’à présent, le point public fonctionne avec la subvention de l’Etat et grâce aux emplois aidés. A cela s’ajoute les aides des partenaires financiers (hôpital de Belvès, MSA, les communes du canton),

Les observations du CCAS/CIAS

Au vu de la fréquentation (2 505 visites et 1 971 contacts avec les institution en 2008 et 3 052 visites et 1964 contacts en 2009) l’objectif qui était de réunir en un seul lieu d’écoute, d’orientation, d’information et de documentation toutes les demandes est atteint. Le point public du canton de Belvès est devenu indispensable par la diversité qu’il offre aux personnes venant chercher un renseignement, une écoute, une aide pour accomplir une formalité, un emploi.

Photo : Wikimedia Commons

Retour en haut de page