J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Médiation sociale de rue

Médiation sociale de rue

Contexte

Le constat a été fait, il y a plusieurs années, que des personnes sans domicile stable et des jeunes errent sans suivi en centre-ville. La décision a donc été prise de mettre en place un travailleur social de rue sur la commune.

Description / Fonctionnement de l'action

Le CCAS affecte un travailleur social à une action de socialisation se concrétisant par un travail de rue auprès des personnes en situation d’errance et de marginalité fréquentant le centre-ville.
L’équipe de rue s’adresse plus particulièrement à :
- des 18-30 ans : jeunes en errance urbaine ayant souvent connu des ruptures familiales,
- des 25-55 ans rencontrant parfois des difficultés liées aux manques d’autonomie et aux aléas du parcours d’insertion sociale,
- des 45-60 ans très désocialisés.
La priorité est donnée aux jeunes adultes afin de les faire adhérer à une démarche d’insertion. L’objectif est d’établir une relation personnalisée avec les personnes suivie pour ouvrir la voie à une prise en charge globale.

Bilan

Plus de 100 personnes ont été rencontrées et suivies tout au long de l’année 2010 dont une majorité de personnes de 25 à 40 ans.
Les hommes restent fortement majoritaires.
L’accompagnement s’inscrit dans la durée avec comme objectif de travailler à la réinsertion. La majorité des personnes accompagnées perçoit les minima sociaux.
Des orientations sont faites vers la mission locale (emploi, formation), des structures de santé (centre de soins, santé mentale…), pour la recherche d’un logement (bailleurs sociaux ou privés) et les associations d’utilité sociale.

Moyens

Moyens humains :
- 1 travailleur social,
- 1 travailleur social du centre de jour de l’association de réinsertion sociale du Limousin (convention de partenariat).

Budget de l’année 2010 : 35 900 euros
CCAS : 12 500 euros
Ville de Limoges CUCS : 15 500 euros
Préfecture FIPD : 4 600 euros
Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) : 3 300 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Association de réinsertion sociale du Limousin, conseil général, caisse d’allocations familiales, caisse primaire d’assurance maladie, associations d’utilité sociale, PASS santé mentale et précarité...

Ils financent l'action

Ville de Limoges, DDCSPP, Préfecture.

Les observations du CCAS/CIAS

Le travail social de rue, appliqué à un public en grande marginalité, ne s’apprécie pas en terme de « réussite », du moins quantitativement.

C’est un travail long et adapté à des situations singulières qui doit conduire à la réinsertion sociale.
Le travail social de rue exige que son action soit menée de façon non intrusive, avec patience et sans jugement. Cette démarche se fonde sur l’observation, la disponibilité, l’acceptation des développements et des ruptures de liens. Le rythme du travail social de rue est donc difficilement prédéterminé.

Photo : Wikimedia Commons / Fonquebure

Retour en haut de page