J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Journée coup de main

Journée coup de main

Contexte

La nouvelle équipe du CCAS de Saint-Pierre Bellevue (250 habitants) prend ses fonctions après les élections municipales de 2008. Son premier objectif est de prendre connaissance de ses statuts et de ses moyens d’action afin d’élaborer un projet. Elle poursuit les missions classiques d’aide sociale auprès des personnes en difficulté. Mais afin d’élargir son champ d’action, le CCAS a organisé le 27 septembre 2008, une réunion avec les partenaires engagés dans les services de proximité : UTAS, UDAF, LABEL VIE, LES SOINS et REPAS à DOMICILE ainsi qu’un des médecins généralistes installés sur le canton. L’objectif de cette rencontre est d’établir des relations de continuité avec ces interlocuteurs traditionnels et de déterminer les axes de priorité de l’action d’un CCAS en milieu rural. Deux thèmes se sont imposés : la mobilité et la solidarité.

Les membres de l’équipe recherchent des réponses à ces deux préoccupations. Ils constituent des fiches destinées aux habitants : une fiche consacrée aux services de proximité avec leur rôle et leur coordonnées. Une fiche consacrée aux passages des cars et aux commerces ambulants. Une fiche récapitulant les activités destinées aux enfants dans la zone géographique… Mais la question de la mobilité reste un problème difficile à résoudre par manque de moyens.

La question du lien social est la deuxième préoccupation de l’équipe. Afin de favoriser les relations avec les habitants, ils saisissent certaines circonstances : soit par exemple la remise du colis des aînés par les membres eux-mêmes du CCAS à leur domicile, soit encore des visites lorsqu’une personne est hospitalisée... 

C’est à partir de cette recherche de stimulation des rencontres et des échanges, de lutter contre l’isolement des personnes que se dessine l’idée d’organiser une journée de solidarité, nommée : Journée Coup de main 

Description / Fonctionnement de l'action

Journée coup de main, une journée d’échanges, de services… Cette journée se concrétise par deux types de manifestations :
- donner des coups de main à ceux qui le souhaitent.
- présenter et transmettre des savoir-faire.

1. Le samedi matin les volontaires se retrouvent à la salle polyvalente. Trois petites équipes réunissant des personnes aux compétences variées sont formées. Elles parcourent les villages de la commune et se mettent à la disposition des habitants qui le souhaitent pour leur rendre des services.

Il ne s’agit pas de réaliser des travaux de professionnels, mais de donner des coups de main. Il peut s’agir de déplacer un objet encombrant, débarrasser un local, remettre une prise de courrant, réparer un interrupteur, réparer une serrure, remettre une barrière…

2. Durant cette journée, d’autres volontaires, réunis dans la salle du Compeix présentent leur savoir-faire… Faire de la couture, du tricot, du tissage, rempailler une chaise, apprendre la recette du creusois, faire du pain, aiguiser un couteau… toutes les idées sont les bienvenues.

A 13 heures une potée limousine cuisinée par les bénévoles est offerte aux participants.

Bilan

La grande surprise de cette manifestation fut la réaction de la presse. Le déplacement d’un journaliste de Limoges et un reporter de Radio France. Le lundi, une demi page était consacrée à cette manifestation, ce qui a eu un effet très valorisant et très stimulant sur la population.

La difficulté principale fut de convaincre les membres sceptiques du CCAS, craignant la méfiance des habitants et de trouver des portes closes. En réalité, pour cette tentative, les actions réelles ont été relativement limitées, une dizaine en tout. En revanche, l’accueil des habitants des villages a été très chaleureux, anticipant les tâches qu’ils pourraient confier une autre année. Comme s’ils réalisaient ce qu’ils pouvaient attendre de cette journée.

Moyens

Moyens humains : 
- 3 équipes de 3 personnes circulant dans les villages.
- Une dizaine de personnes présentant leur savoir-faire et préparant la potée limousine. Coût de la journée : 250 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

La journée 2009 a été réalisée uniquement par le CCAS.
Dans son souhait de multiplier les échanges, le CCAS a prévu en 2010 d’inviter les quatre associations de la commune, qui ont donné leur accord. 

Ils financent l'action

Aucun

Les observations du CCAS/CIAS

Cette expérience est déjà repérée dans le calendrier, les associations relaient l’information et préparent des présentations de savoir-faire (atelier d’écriture, maniement de l’ordinateur...) pour la prochaine édition. Quatre raisons de valoriser la journée :

  • lors des épisodes climatiques difficiles, les habitants des communes rurales souffrent de l’isolement et n’osent pas toujours demander de l’aide. La multiplication des rencontres est un facteur facilitant pour franchir ce pas. La journée coup de main apporte un côté familier et festif aux échanges. Dès lors que l’on rentre une stère de bois, que l’on répare une prise, qu’on débarrasse un local… on établi naturellement une relation joviale, sympathique qui se prolonge dans le temps ;
  • c’est une attention personnalisée aux habitants ;
  • cette manifestation peut en même temps permettre aux associations de dépasser leurs éventuelles rivalités et de se retrouver sur un objectif commun simple et généreux ;
  • elle ne nécessite pas un gros budget. 

Image : Wikimedia Commons

Retour en haut de page