J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Accueillir les enfants durant les horaires « vides »

Accueillir les enfants durant les horaires « vides »

Depuis 2014, le CCAS de Bègles a mis en place un mode de garde spécifique pour s’adapter aux horaires décalés de certains parents. Le dispositif, sous forme de garde à domicile, a été réfléchi afin que l’enfant puisse être accompagné tout en gardant son environnement familial : le Relais Assistants Maternels (RAM) propose de mettre à disposition des parents d’enfants de 0 à 11 ans des intervenants sur des horaires dits « vides », à partir de 5h du matin et après 18h le soir, lors du temps scolaire ou périscolaire.

Deux axes complémentaires

En convention avec l’IRTS de Talence, le RAM met en relation les parents demandeurs avec les étudiants des formations spécifiques de l’IRTS. Les parents étant employeurs des étudiants, leur relation est complètement autonome. En tant que médiateur, le RAM doit s’assurer que les horaires proposés n’empiètent pas sur la formation de l’étudiant en travaillant par binôme.

Un accompagnement pour les familles en difficulté financière est par ailleurs proposé, reposant sur le Chèque Emploi Service Universel (CESU). Ce système permet aux familles de ne financer que partiellement la garde de l’enfant, le reste étant pris en charge par le CCAS.

Une couverture universelle des familles du territoire

En 2014, le dispositif fonctionnait parfaitement et toutes les demandes des familles avaient reçu une réponse positive. Depuis quelques années, le RAM du CCAS peine à trouver des étudiants de l’IRTS. Ainsi, en septembre 2019, une dizaine de demandes de garde ont été enregistrées, pour seulement deux étudiantes intervenantes.

Aussi les deux axes du projet, au départ complémentaires, ont-ils donné au fil du temps lieu à des dispositifs plus nettement distincts, le CCAS se voyant contraint d’orienter les bénéficiaires des Chèques Emploi Service Universel vers d’autres moyens de garde que les étudiants.

Une enquête va être réalisée par le RAM en 2020, afin de comprendre d’où vient le manque de motivation des étudiants et de trouver de nouvelles solutions adaptées pour les bénéficiaires.

Les recommandations du CCAS

Un CCAS qui souhaiterait développer une action comme celle-ci doit étudier les besoins des familles et être en mesure de leur proposer d’autres solutions s’il considère qu’elles sont plus adaptées financièrement. Deux entretiens minimum sont conseillés afin d’analyser la situation.

La garde à domicile par un étudiant homme peut engendrer de la méfiance chez certains parents, qu’il convient d’anticiper : les personnes en charge du dispositif se doivent le cas échéant de rassurer les bénéficiaires, et de lutter contre les idées préconçues.

En tant que médiateur, le CCAS se doit de travailler sur la relation « employeur-apprenti », qui se crée entre le parent et l’étudiant.

Photo : Wikimedia Commons / Marc Teulet

Retour en haut de page