J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Rapport : quand les villes s’engagent à mettre en œuvre le Socle Européen des Droits Sociaux

Rapport : quand les villes s'engagent à mettre en œuvre le Socle Européen (...)

Suite à une consultation menée dans 20 villes de 12 États membres de l’Union européenne., représentant environ 20 millions de citoyens, le réseau Eurocities a publié un rapport répertoriant des mesures conformes aux principes du Socle Européen des Droits Sociaux. Soulignant que nombre de ces politiques sociales inclusives préexistaient à l’élaboration de ce texte, le rapport déplore que les efforts des villes ne soient pas toujours connus ni reconnus aux niveaux national et européen.

Education inclusive, égalité des genres, égalité des chances, accès au marché du travail… le rapport offre un aperçu des compétences des villes dans chacun des quatre domaines structurant le socle. Il analyse les tendances et défis sociaux actuels, recense les bonnes pratiques rencontrées et les obstacles identifiés, en énonçant des recommandations à l’attention des villes comme des Etat membres de l’Union.

Principales observations

Pour Eurocities, les villes jouent un rôle clé dans la mise en œuvre du Socle européen des droits sociaux. Echelon le plus proche des citoyens et de l’économie locale, elles sont les premières à constater les évolutions du marché du travail et la croissance rapide des inégalités, d’où la nécessité croissante, elle aussi, de garantir les droits sociaux de tous et de préserver la cohésion sociale.

La plupart des collectivités locales étudiées ont les compétences légales pour agir et vont souvent au-delà de leurs obligations, en matière d’éducation inclusive, de promotion de l’égalité des genres, d’égalité des chances, et d’accompagnement actif vers l’emploi. En tant que décideurs et prestataires de services, les villes :

  • Elaborent des stratégies locales visant à réduire les inégalités d’accès à l’éducation et au marché du travail, à lutter contre les discriminations et à garantir l’égalité des chances,
  • Mettent en œuvre des actions ciblées pour promouvoir l’inclusion des groupes les plus vulnérables, notamment les migrants et les réfugiés, les demandeurs d’emploi de longue durée, les personnes âgées, les personnes handicapées, celles vivant dans la pauvreté ou dans les zones les plus défavorisées,
  • Innovent de façon constante pour adapter leurs services aux nouveaux besoins des groupes vulnérables et pour intégrer l’éducation, l’emploi et les services sociaux dans des actions locales coordonnées,
  • Prennent des mesures pour prévenir le décrochage scolaire, améliorer les niveaux d’alphabétisation et de qualification des adultes et faciliter le passage de l’éducation ou de la formation vers l’emploi,
  • Introduisent des clauses sociales dans les marchés publics pour promouvoir l’égalité des genres, la formation et l’emploi inclusifs des migrants, des demandeurs d’emploi de longue durée, des personnes avec peu ou pas de qualification,
  • Renforcent la capacité de leur personnel municipal à fournir un accès sans discrimination aux services,
  • Complètent l’action des services publics de l’emploi en apportant un accompagnement sur mesure aux personnes les plus éloignées du marché du travail (aide à la recherche d’emploi, coaching, conseil et orientation),
  • Coordonnent les partenariats locaux entre les services publics, les employeurs, les prestataires de formation et les associations pour répondre à l’offre et la demande sur le marché du travail local.

Les recommandations

Les villes se sont engagées à transformer les principes du Socle européen des droits sociaux en actions concrètes, mais ont besoin d’un soutien accru aux niveaux national et européen. Eurocities recommande donc à l’Union Européenne et aux Etats membres :

  • D’allouer davantage de ressources financières, au niveau local, grâce aux budgets de l’État et des fonds de l’UE. Cela permettrait de renforcer la capacité d’action des services locaux et de fournir le soutien le mieux adapté aux groupes les plus vulnérables.
  • D’impliquer les villes en tant que partenaires dans l’élaboration des politiques sociales aux niveaux national et européen pour garantir qu’elles répondent efficacement aux besoins réels sur le terrain. Une gouvernance à plusieurs niveaux pour la politique et le financement, y compris les programmes opérationnels du Fonds Social Européen +, est plus que nécessaire.
  • De soutenir le développement urbain intégré pour lutter contre les inégalités croissantes dans les zones urbaines et améliorer les conditions de vie en combinant des solutions basées sur les personnes et sur les zones.
  • D’adopter une stratégie de l’Union Européenne pour l’après 2020 relative à l’égalité des chances et à l’inclusion sociale, assortie d’une approche intégrée de lutte contre les inégalités et d’une focalisation spécifique sur les défis des zones urbaines.
Retour en haut de page