J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Quelles actions de la commission européenne en 2020 ?

Quelles actions de la commission européenne en 2020 ?

Ursula von der Leyen, présidente de la commission européenne a présenté ses grandes priorités politiques 2019-2024. Ce programme ambitionne d’apporter des bénéfices concrets pour la société, les entreprises et les citoyens européens, autour de plusieurs grands axes : « un pacte vert pour l’Europe », « une économie au service des personnes », « une Europe adaptée à l’ère du numérique », « protéger notre mode de vie européen », « une Europe plus forte sur la scène internationale », « un nouvel élan pour la démocratie européenne ».

Ces grandes orientations doivent maintenant être déclinées en actions concrètes. Pour faire progresser ses idées et les mettre en œuvre, la commission européenne présente annuellement un programme de travail construit autour d’actions clés qui seront mises en œuvre. Le programme 2020 a été adopté en janvier dernier.

De nombreux défis sont à relever pour les états membres dont le changement climatique, le passage au numérique et les migrations. Aussi le Pacte Vert Européen (European green Deal) et l’accompagnement des entreprises et des citoyens dans la transformation numérique sont-ils au cœur du programme 2020. Le Pacte Vert Européen porte l’ambition d’une Europe climatiquement neutre pour le reste monde d’ici 2050. Il repose sur un ensemble de mesures visant une transition écologique durable. Dès 2020, une proposition législative consacrera en droit cet objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050. Il s’agira également de préparer les travaux de la COP 26 en insistant sur la biodiversité et le soutien aux agriculteurs au moyen de la stratégie « De la ferme à l’assiette ».

Concernant le volet numérique, il s’agira principalement d’un travail sur les données à caractère non personnel et l’intelligence artificielle. Le but sera de viser le respect des « valeurs européennes » et des droits de l’homme, à travers une législation qui concernera le marché unique des services numériques.

A travers la notion d’économie au service des personnes, les annonces de janvier dernier pour une Europe sociale forte pour des transitions justes devraient trouver une nouvelle déclinaison : en effet, les constats de ces derniers mois tendent à montrer que le niveau d’emploi n’a jamais été aussi important ces dernières années au sein de l’UE. A contrario, les taux de chômage et de pauvreté restent élevés, tandis que les disparités régionales augmentent, le tout dans un contexte de ralentissement économique.

Ainsi, la commission présentera en 2020 :

  • un instrument juridique visant à instaurer des salaires minimums équitables pour les travailleurs de l’UE, dans le respect des traditions nationales,
  • une proposition relative à un régime européen de réassurance chômage pour aider les personnes qui travaillent et protéger celles qui ont perdu un emploi,
  • une garantie européenne pour l’enfance. Outil de lutte contre la pauvreté, cette garantie devrait notamment permettre à tous les enfants d’accéder aux services de base.
  • le renforcement de la garantie jeunesse qui devra permettre aux jeunes d’accéder à l’éducation, à la formation et aux débouchés professionnels dont ils ont besoin.

En outre, des mesures seront également proposées pour la promotion d’un mode de vie européen. Ancrés dans les valeurs de l’Union européenne (solidarité, égalité et équité), ce mode de vie doit permettre à chacun de se sentir en sécurité et en sûreté, avoir l’esprit tranquille, aider les plus vulnérables et soutenir l’inclusion.

Ce volet concerne des sujets comme la santé. La commission envisage la mise en place d’un « plan européen de lutte contre le cancer » en soutien aux états membres. L’acquisition de compétences, l’éducation et l’inclusion sont également en perspective, dans l’objectif de faciliter l’adaptation des citoyens européens aux transitions et la mutation de la société (climat, numérique...). La commission est fermement résolue à faire de l’espace européen de l’éducation une réalité d’ici 2025.

Conscient de la nécessité d’avoir une approche qui s’intègre à tous les stades de la vie de la petite enfance à l’âge adulte, la stratégie en matière de compétences pour l’Europe tentera ainsi de répondre à des pénuries de compétences, des évolutions de besoins et des besoins émergents.

La commission entend enfin se doter d’un nouveau plan d’action sur l’intégration et l’inclusion, de manière à garantir que nos sociétés protègent les plus vulnérables, et d’un nouveau pacte sur la migration et l’asile, volet essentiel d’une approche globale.

L’UNCCAS suivra attentivement ces travaux et sera force de proposition pour représenter et défendre les intérêts du réseau des CCAS et CIAS.

Retour en haut de page