J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience


Une bouffée de sérénité au CCAS

Une bouffée de sérénité au CCAS

Le CCAS de la Ville de Tours a souhaité se lancer dans une démarche de bien-être au travail large et globale à travers la sophrologie, un entraînement du corps et de l’esprit pour développer sérénité et mieux-être grâce à des techniques de relaxation et d’activation. L’idée est de travailler ses propres valeurs, mieux se connaître et par extension mieux entrer en empathie avec les autres.

Principaux objectifs

Affirmer le bien-être comme élément central du développement personnel :

  • Développer la relaxation, notamment pour les situations créant du stress
  • Promouvoir la connaissance de soi
  • Mettre les agents en situation de formation

Mettre en place un parcours sérénité transversal

  • Proposer des ateliers aux résidents des résidences autonomie
  • Organiser des temps de relaxation pour les intervenants
  • Valoriser une approche globale permettant aux agents et au public de participer aux mêmes activités

Favoriser le mieux vivre ensemble dans les résidences

  • Rassembler plusieurs résidents d’une même résidence pour créer un sentiment d’appartenance
  • Développer de nouvelles activités pour les résidents
  • Favoriser l’ouverture de la résidence sur son environnement direct

Public(s) Ciblé(s) par l'action

Les résidents des résidences autonomie et les agents du CCAS (les animateurs et animatrices en premier lieu).

Contexte

Cette action a reposé tout d’abord sur le constat que les relations sociales au sein des structures gérées par le CCAS n’étaient pas satisfaisantes, tant pour les résidents que pour les agents. Les animateurs et animatrices ont donc réfléchi à une action alliant lien et relaxation afin d’être accessible à tout un chacun et attirer un maximum de participants.

En parallèle, le CCAS de la Ville de Tours a souhaité se lancer dans une démarche de bien-être au travail large et globale, suite aux observations du service Sécurité, Hygiène, Prévention qui a mis en avant des situations pouvant générer du stress.

Description / Fonctionnement de l'action

À travers ce projet, c’est tout le développement personnel, dans ses dimensions multiples, qui renforce la confiance et l’estime de soi.

Après avoir expérimenté la sophrologie dans une résidence autonomie du CCAS de Tours, le projet s’est élargi vers d’autres établissements, de nouveaux publics et vers les agents intervenant au sein de la structure. C’est l’image d’un entonnoir inversé qui caractérise le mieux ce projet. Le rayonnement se veut large et transversal en décloisonnant les actions compartimentées entre agents et bénéficiaires, pour un projet global où tout le monde y gagne.

Le montage du projet s’est déroulé au croisement d’un triple faisceau : le CCAS souhaite développer des actions de bien-être pour ses agents, un service animation qui a voulu remettre du lien dans les résidences entre les personnes et un consultant en sophrologie qui a montré les bienfaits d’une telle pratique sur l’humeur, le développement personnel et l’empathie.

Une première expérimentation a vu le jour au sein d’une Résidence Autonomie (sur les six que composent le parc du CCAS). Très vite, l’intérêt pour les personnes s’est fait sentir et de nouveaux liens se sont créés. Par exemple, une personne a décidé d’accompagner une autre qui avait peur d’oublier d’aller aux ateliers, alors qu’auparavant elles n’échangeaient que rarement.

Plusieurs agents ont été initiés aux techniques de sophrologie pour devenir eux-mêmes formateurs et garantir la continuité et la pérennité de l’action pour les résidents. Le CCAS, en s’emparant de ce projet pour l’étoffer au sein des équipes, a permis de développer le bien-être de ses agents tout en les mettant en valeur auprès des autres collègues. Le projet devenait alors global et sortait d’une logique cloisonnée.

Enfin, la sophrologue a proposé un kit à bien vivre au CCAS pour accompagner la pratique et que celle-ci rayonne plus largement. Ce kit se compose d’un support et d’un guide de mise en œuvre du parcours Gagner en sérénité, au sein duquel l’ensemble des 7 séances est décrit.

Ce projet a débuté en mars 2015 et va prendre encore plus d’ampleur puisque les équipes de l’EHPAD (4 structures, 355 lits et 240 agents) souhaitent pouvoir bénéficier de ce programme.

Bilan

Le nombre de personnes ayant participé a progressé chaque année :

  • En 2016, 24 résidents (21 femmes et 3 hommes) se sont répartis sur 4 parcours
  • En 2017, ce sont 41 personnes qui ont pris part à l’action (37 femmes et 4 hommes)
  • Enfin, en 2018, 59 séniors ont assisté aux ateliers mensuels (51 femmes et 8 hommes).

Les résultats qualitatifs observés par l’ensemble des agents impliqués relèvent du mieux vivre ensemble au sein des résidences et d’une plus grande solidarité entre les personnes. Dans une résidence au sein de laquelle les séniors n’avaient que peu de liens, les ateliers de sophrologie ont rapproché des voisins. De là, certains ont ensuite échangé des repas et des activités en extérieur. Les agents animateurs n’étant pas tous les jours dans les établissements, cela permet d’assurer des relations en dehors des temps prédéfinis.

Grâce à une meilleure estime de soi et une confiance retrouvée, de nombreux participants ont également pu ressortir en extérieur, ce qu’ils n’osaient plus faire.

Le parcours Gagner en sérénité a aussi fait naître les séances Sérénité entretien qui permettent de maintenir les acquis et de créer un autre espace de rencontre.

Pour terminer, les évolutions prévues pour cette action seront un déploiement au sein des quatre établissements de l’EHPAD gérés par le CCAS, ainsi que, plus largement, le renforcement de la démarche bien-être au travail pour l’ensemble des agents de l’institution.

Moyens

Moyens humains

  • 1 animatrice coordinatrice du projet
  • 4 animatrices
  • 1 agent d’accueil

Moyens materiels

Cette action ne nécessite pas de matériel coûteux, hormis du petit matériel (stylos, photocopies, etc.) et des enceintes Bluetooth pour la diffusion musicale.

Coût total du projet

8 342,5 euros depuis 2015 (hors temps agent pris en charge par le CCAS)

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Le partenaire opérationnel est la personne en charge de la sophrologie et des formations.

Les outils de communication sur l'action

  • Pour communiquer autour de ce projet, un article a été rédigé dans le journal trimestriel gratuit à destination des Seniors de la Ville : le Tours Anim’Séniors.
  • La Nouvelle République a aussi fait paraître un article.
  • Une présentation de l’action a été réalisée lors d’une réunion de l’UDCCAS d’Indre-et-Loire.
  • Enfin, le CCAS a diffusé des affiches et des flyers pour faire part du lancement des ateliers.

Les outils pour évaluer l'action

Pour évaluer cette action, des réunions de bilan par site ont été organisées avec le consultant en charge de la sophrologie afin de mesurer les bienfaits perceptibles pour l’ensemble des participants.

Aussi, les animatrices et responsables de résidences se sont retrouvées pour établir le mieux vivre ensemble au sein des structures.

De plus, les propos recueillis des participants constituent autant de données qualitatives qui permettent de d’ajuster le projet en fonction de ces retours.

Les observations du CCAS/CIAS

Penser en termes d’entonnoir inversé

Tester la pratique sur un petit groupe, dans une résidence, avec quelques collègues pour avoir un premier retour. Puis, le déployer progressivement en mettant en place des indicateurs et des critères d’évaluation précis afin de rester objectif. Enfin, donner plus d’ampleur en développant différents projets transversaux à partir de ce premier : art-thérapie, yoga, ateliers bien-être, etc.

Penser en termes d’approche globale

L’intérêt de ce projet est qu’il réunit sous une même égide le public des CCAS et les agents. Ainsi l’on décloisonne et l’on offre tant aux bénéficiaires qu’à ses propres collègues les outils pour mieux vivre et favoriser le développement de soi.

Photo : Wikimedia Commons / Tango7174

Retour en haut de page