J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Un groupe de parole sur la parentalité et le handicap

Un groupe de parole sur la parentalité et le handicap

Contexte

La problématique de la parentalité est pluridimensionnelle, quels que soient les publics abordés. Le CCAS de la ville de Beauchamp est partie prenante des différents dispositifs mis en place en soutien aux parents dans la relation qu’ils entretiennent avec leurs enfants et les questions qu’ils peuvent se poser sur leur rôle (bien-être, scolarité, conduites à risques …).

Dans la continuité de cette démarche, le CCAS a souhaité en 2008, aborder certains aspects de la parentalité perturbée par le handicap de l’enfant ou de l’un des parents. Les personnes concernées par le handicap qu’il soit, physique ou mental, doivent se situer, avec leur handicap, dans la société, dans le couple et comme parent. Les difficultés habituellement rencontrées par les parents s’accentuent souvent avec le handicap d’un enfant.
Le CCAS a lancé un groupe de réflexion auquel des familles ont participé. Le groupe, en s’appuyant notamment sur un questionnaire rempli par les familles succeptibles d’être intéressées par une telle action, a décidé de mettre en place un groupe de parole ainsi qu’une permanence d’écoute pour permettre aux parents d’enfant porteur d’un handicap de se retrouver et d’exprimer leurs difficultés.

Description / Fonctionnement de l'action

Le groupe de parole a été lancé en octobre 2008. 11 séances se sont déroulées et ont réunies en moyenne 5 à 7 personnes par séance. Animées par une psychologue et une assistante sociale sensibilisée au handicap, les séances collectives permettent d’aborder les difficultés auxquelles sont confrontées les familles, d’écouter les parents (parfois en situation de détresse) et de trouver des solutions. Pour les parents, ces rencontres sont importantes. Elles permettent de se libérer d’un poids et de prendre conscience, en écoutant d’autres témoignages, que leur situation n’est pas unique.

Les permanences d’écoute, permettent de rencontrer la psychologue de manière individuelle et d’aborder parfois des problèmes plus personnels ou délicats et que les parents ne souhaitent pas aborder en groupe. Les rencontres se font sur rendez-vous.
La fréquentation du groupe de parole repose sur une bonne communication du dispositif. Dès son lancement, un effort particulier a été fait pour véhiculer l’information auprès des principaux relais :
- 1 plaquette d’information diffusée au CCAS, en mairie, à la CAF à la MDPH, chez les pharmaciens...
- 1 information est régulièrement publiée dans le journal local
- la psychologue animant le groupe a tisser un réseau de contacts, notamment au sein de l’hôpital le plus proche.

Bilan

Le label « REAAP » a été accordé au titre de projet innovant. Le conseil d’administration du CCAS lors de sa session du 8 septembre 2008 a validé une convention de prestations de vacations concernant la création d’un point écoute parentalité et handicap. Un contrat de projet « Réaap 2008 Handicap et parentalité » entre la CAF du Val d’Oise et le CCAS à été signé le 1er juillet 2008.
Cette action correspond à un besoin des familles qui avait été identifié préalablement à la mise en place du dispositif grâce à un questionnaire. Par ailleurs, avant la mise en place du groupe de parole, différentes réunions d’organisation se sont déroulées avec la participation de parents. De manière générale, la participation des familles est bonne, 41 personnes ont profité du groupe de parole et / ou de la permanence d’écoute individuelle. En le CCAS a constaté que les groupes de parole réunissaient à chaque fois 5 à 7 personnes en moyenne.
En ce qui concerne les permanences individuelles, il est arrivé que des rendez-vous soient annulé du fait du manque de mobilité de certaines familles. Le CCAS travaille donc sur l’éventuelle possibilité de développer des visites à domicile à titre exceptionnel.

Cette action a notamment permis d’identifier une centaine de cellules familiales vivant le handicap. Le CCAS envisage de lancer des actions collectives, peut-être sous forme d’ateliers ou de manifestations, afin de développer avec des partenaires, le soutien à la parentalité et au handicap sur le territoire.

Moyens

Moyens humains :
1 assistante sociale
1 psychologue

Budget : 31 000 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Ville de Beauchamp, MDPH du Val d’Oise et l’ADSEA du Val d’Oise

Ils financent l'action

CAF, Conseil général et DDASS : 5 000 euros de subvention attribuée au titre du REAAP

Les observations du CCAS/CIAS

Cette expérience est pérenne à travers la création du point écoute parentalité et handicap. Elle s’inscrit dans la durée, notamment par le biais des conventions associant différents partenaires.

Photo : Wikimedia Commons / Clicsouris

Retour en haut de page