J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Un CCAS au Festival d’Avignon

Un CCAS au Festival d'Avignon

Situé sur un territoire particulièrement marqué par la pauvreté, le CCAS de Sallaumines (Pas-de-Calais), s’inscrit dans une logique de projet, de préférence à une logique de guichet. Confronté aux demandes d’aide ponctuelle des visiteurs, il entend les rendre acteurs de leur vie, les aider à retrouver leur citoyenneté, leur demontrer qu’ils sont des experts du quotidien.

C’est dans cet esprit qu’il accompagne depuis 2012 le Théâtre Débloc, une troupe fondée par une jeune retraitée et composée essentiellement de personnes en difficulté, qui ont bénéficié ou non d’aides de la part de la municipalité. Femmes et hommes, âgés de 35 à 78, ils co-écrivent les pièces qu’ils interprètent, dans lesquelles ils racontent leurs parcours, parfois hors du commun. « Ce n’est pas une activité », insiste néanmoins Saâdi Lougrada, directeur du CCAS, « c’est vraiment du théâtre ».

Suite à une première collaboration avec le CCAS d’Avignon qui avait permis à la troupe, en 2015, d’assister à 6 spectacles du Festival d’Avignon et, les deux années suivantes, de participer à la programmation de deux spectacles choisis par leur soin (fixation de dates, contrats, communication, aspects techniques, présence technique, accueil des artistes et du public...), le Théâtre Débloc présentera en 2018 sa nouvelle pièce, On invente rien, dans le cadre de la programmation officielle du Festival Off.

Une grande première qui, selon Saâdi Lougrada, renoue avec l’ambition initiale de Jean Vilar de promouvoir un théâtre populaire en Avignon. « On a été un peu pris de haut par les gens de la culture », raconte-t-il, « alors que quelque part, on leur rend service en étant présents ».

Données dans un théâtre mis à disposition par le Centre Socio-Culturel géré par le CCAS d’Avignon, les représentations s’inscriront dans un programme du 9 au 13 juillet, qui prévoit également la projection d’un film sur le Père Wresinski (en partenariat avec ATD-Quart Monde), des débats, et une représentation privée réservée aux travailleurs sociaux du département (conseil départemental, de la CAF, écoles de travail social). Elle sera l’occasion de présenter par l’exemple à ces partenaires les spécificités de l’action des CCAS et l’accompagnement personnalisé qu’ils proposent, au-delà de la seule logique distributive.

Retour en haut de page