J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Réussir l’insertion dans l’emploi des jeunes déscolarisés

Réussir l'insertion dans l'emploi des jeunes déscolarisés

Après une profonde étude et un réel besoin social, le CCAS de Saint Apollinaire se lance dans l’insertion dans l’emploi des jeunes déscolarise.

Contexte

Une partie de jeunes adolescents de la commune se retrouvait la journée et le soir à consommer divers produits sur la place publique créant des nuisances envers les riverains. Les parents semblaient sans solution et désemparés devant la situation. Ces jeunes ont été identifiés par l’espace jeunes de Saint-Apollinaire, structure municipale de loisirs qui s’adresse aux adolescents de la commune. Certains étaient cités plus ou moins régulièrement lors des réunions mensuelles du comité local de sécurité et de prévention de la délinquance.
Une partie se plaignant « qu’on ne faisait rien pour eux », les élus ont décidé de les recevoir afin de les écouter et de prendre connaissance de leurs attentes.

Une de leur première préoccupation était de décrocher un emploi, il a donc été décidé de créer un groupe d’élus et de techniciens chargés de faciliter leur accès à l’emploi avec l’idée de nommer un référent pour chacun d’entre eux. C’est ainsi que s’est constitué le groupe « Réussir ». Il allie les compétences venues de divers champs (social, éducatif, emploi, politique) en regroupant des techniciens issus du terrain tels que la mission locale, le groupe ID’EES 21 (insertion professionnelle), l’espace jeunes, Avenir emploi et le CCAS de Saint-Apollinaire.

Description / Fonctionnement de l'action

Tous les membres du groupe « Réussir » se réunissent une fois par mois afin de faire le point sur les jeunes suivis.
Chaque référent est responsable du parcours d’un jeune. Il fait part des réussites ou des problèmes rencontrés aux autres membres du groupe « Réussir » afin de proposer les solutions les mieux adaptées avec comme objectif principal la mise à l’emploi durable de chaque jeune.

Le référent entretient un contact permanent avec son pupille, il le rencontre régulièrement, il s’assure qu’il respecte ses engagements vis-à-vis de son employeur ou des organismes de stage. En cas de problèmes (retards, absences non justifiées et répétées, problèmes de comportement,...), il le contacte rapidement afin d’éviter que la situation dégénère. Il est important de pouvoir intervenir à la survenue du problème, et non pas, comme bien souvent, une fois qu’il est trop tard.

Une réunion trimestrielle est organisée avec le maire, les membres du groupe « Réussir » et les jeunes suivis par le dispositif afin de faire un point collectif sur leur situation.

Les organismes chargés de l’emploi (ID’EES 21, mission locale et Avenir emploi) proposent des contrats de travail ou des formations aux jeunes, et les services sociaux apportent des éléments quant à la connaissance de la situation familiale afin de pouvoir mettre en place, le cas échéant, une aide pour assurer la meilleure réussite possible.

La bonne connaissance de ces jeunes et de leur famille qui fréquentent ou ont fréquenté l’espace jeunes est un véritable atout.

Bilan

La mise en place du groupe « Réussir » a déjà un intérêt immédiat puisqu’il répond à la remarque de certains jeunes déscolarisés de Saint-Apollinaire qui disaient que la commune ne faisait rien pour eux. Leur convocation pour la présentation du projet puis la création du groupe de travail leur a prouvé le contraire.
Ce dispositif vient également en soutien des parents qui se trouvaient désemparés devant le comportement de leur enfant avec un gros sentiment de solitude (plus d’école, pas de travail, consommations excessives d’alcool, de drogues...).

Cette action crée un cercle vertueux : tous ces jeunes se connaissent et se fréquentent, et dès que plusieurs d’entre eux sont au travail ou en formation, ils sortent moins le soir, et cela oblige les autres à réfléchir sur leur avenir. 

Un des problèmes rencontrés est la consommation de drogues (douces et dures) chez certains jeunes ce qui ne permet pas une stabilité dans le travail.
Depuis un an, tous les jeunes suivis (une dizaine) ont eu des propositions de travail ou de formation.

Moyens

Moyens humains

  • l’adjointe du CCAS
  • le directeur du CCAS
  • 3 agents de l’espace jeunes municipal
  • la responsable d’Avenir emploi
  • 1 agent de la mission locale
  • 2 agents (dont 1 psychologue) d’ID’EES 21

Les partenaires

Partenaires opérationnels

L’Espace jeunes municipal, Avenir emploi, la mission locale, ID’EES 21 (insertion professionnelle).

Ils financent l'action

Avenir Emploi, la mission locale, ID’EES 21 (insertion professionnelle).

Les observations du CCAS/CIAS

Cette expérience a le mérite de montrer aux jeunes que la collectivité s’intéresse à eux, qu’elle est à l’écoute de leurs problèmes. Elle les responsabilise car on leur dit clairement ce qu’on attend d’eux, et que leur référent leur demandera des comptes. Cela permet aux parents de se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls à vivre une situation problématique avec leur adolescent, ils peuvent communiquer sur la situation et ainsi mieux l’appréhender.

Dès que le jeune touche sa première fiche de paye, il peut réaliser certains de ses projets (permis de conduire, achat véhicule, premier appartement,...), ce qui l’incite à persévérer. Le groupe « Réussir » réunit des professionnels de divers champs (politique, social, emploi, jeunesse). Ce travail de partenariat, tout en transversalité, permet une très bonne analyse de la situation du jeune et de sa famille. Un diagnostic fin peut ainsi servir de base à la mise en place de propositions de travail ou de formation.

Photo : Wikimedia Commons / Erkethan

Retour en haut de page
// Open ubermenu on touch with tablet device