J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Redistribution d’aides facultatives en direction des travailleurs pauvres

Redistribution d'aides facultatives en direction des travailleurs (...)

Contexte

Depuis 2007, le CCAS et ses partenaires (Caisse des Allocations Familiales et le Conseil général) constatent l’émergence d’un nouveau public : les travailleurs pauvres. Malgré leur emploi, ces personnes connaîssent une situation sociale fragile en raison de leur précarité professionnelle (emploi à temps partiel, intérim, bas salaires) et de l’augmentation des charges et du coût de la vie (loyer, énergie, budget alimentaire). Dans ce contexte, une difficulté conjoncturelle (perte d’emploi, problème de santé, endettement) peut rapidement déséquilibrer leur budget déjà fragile.Le CCAS a donc décidé de consacrer, dans le cadre de ses aides facultatives, une enveloppe financière à destination de ce nouveau public, afin de lui apporter une aide substantielle pour résoudre des difficultés ponctuelles. Afin de s’assurer de la pertinence de l’action et notamment de la bonne utilisation de l’aide financière apportée, l’implication des travailleurs sociaux de la CAF et du service social de polyvalence a été demandé pour l’évaluation de la situation des bénéficiaires, la constitution de leurs dossiers ainsi que leur accompagnement, le temps de résoudre leurs difficultés.

Description / Fonctionnement de l'action

Ce dispositif s’adresse aux travailleurs pauvres confrontés à des difficultés financières occasionnelles, résidant au Pré Saint-Gervais depuis au moins un an. Les bénéficiaires doivent être salariés ou avoir récemment perdu leur emploi et être suivi par un service social. Les personnes souhaitant bénéficier de l’aide sont reçues par le service social de polyvalence ou la CAF pour une évaluation de leur situation. Si l’évaluation confirme la possibilité de bénéficier du dispositif, les services sociaux constituent un dossier présentant le budget du bénéficiaire, le montant de l’aide sollicité, le projet du demandeur et son engagement à solder sa dette.

Ce dossier est ensuite remis à une commission qui réunit chaque mois la responsable du service social, un représentant de la CAF, la directrice de l’action sociale au CCAS et l’élu en charge de l’action sociale. Cette commission attribue les aides en fonction de la composition familiale, du reste à vivre, des difficultés et des perspectives à venir exposées dans le dossier. Le montant maximum accordé est de 400 euros, néanmoins l’aide peut exceptionnellement être augmentée en fonction du dossier et de l’état de l’enveloppe financière. L’aide est attribuée en une seule fois ou de manière échelonnée, sous forme de chèques alimentaires et / ou d’espèces.

Bilan

Points positifs :
Depuis décembre 2007, 30 personnes ont été aidées. Grâce à cette aide et à l’accompagnement social réalisé par les services sociaux, la majorité des bénéficiaires ont pu stabiliser leur situation.

Difficulté :
Dans un premier temps, l’aide était distribuée exclusivement sous forme de chèques alimentaires, permettant ainsi aux bénéficiaires d’économiser sur le budget alimentaire et d’utiliser les économies réalisées pour résoudre leurs difficultés. Cependant la diffusion de l’aide par chèques alimentaires a rapidement été difficile à gérer pour les personnes seules qui étaient incitées à consommer les chèques alors qu’elles n’avaient pas autant de besoins alimentaires. L’action a donc été réajustée pour permettre de verser des espèces et des chèques alimentaires.

Moyens

1 agent du CCAS pour la préparation des commissions (lien avec les partenaires CAF et Service Social)
Les agents d’accueil du CCAS pour la distribution des aides 
La directrice de l’action sociale et l’élu aux affaires sociales pour l’étude des dossiers avec les partenairesBudget en 2008 de 12 000 euros : 6000 euros sous forme de chèques alimentaires, 6000 euros sous forme d’espèces.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Le Conseil Général via le service social de polyvalence
La CAF via une conseillère en économie sociale et familiale et une assistante sociale
Ces deux partenaires assurent l’évaluation, la constitution des dossiers et l’accompagnement social des personnes.

Ils financent l'action

Aucun. Le financement provient de l’enveloppe d’aides facultatives du CCAS

Les observations du CCAS/CIAS

Ce dispositif répond à un réel besoin identifié par le CCAS et ses partenaires. Sans communication autour de ce programme, 30 personnes ont été identifiées. D’une valeur conséquente, cette aide permet réellement aux bénéficiaires de faire face à une difficulté conjoncturelle.

Photo : Wikimedia Commons / Zantastik

Retour en haut de page