J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Q/R : Partage des résultats de l’ABS

Question d’un adhérent :
Le CCAS a procédé à l’élaboration de l’analyse des besoins sociaux par un cabinet extérieur. La première partie de cette analyse, le recueil des données quantitatives, est terminée. Cette première étude peut-elle être divulguée à l’extérieur de nos services ?

Réponse de l’UNCCAS

Nous vous confirmons que cette première étude quantitative peut être partagée à des partenaires externes sous réserve de faire attention à ne pas divulguer toute donnée nominative ou personnelle couverte par le secret professionnel (sur ce sujet, voir la Fiche pratique UNCCAS consacrée au cadre en vigueur).

Pour revenir à votre demande, cette diffusion est possible dans la mesure où elle rejoint la philosophie même de l’Analyse des Besoins Sociaux (ABS) qui inclut une dimension « d’analyse partagée  », laquelle suit généralement cette analyse quantitative. En effet, l’article R.123-1 du code de l’action sociale et des familles prévoit que l’ABS est établi « avec l’ensemble des partenaires, publics ou privés, qui participent à la mise en œuvre des actions de prévention et de développement social (…) ». Ainsi, l’ABS ne vise pas seulement à la connaissance des besoins sociaux mais aussi à leur interprétation et compréhension. Elle nécessite donc un croisement des regards et des analyses exprimés par l’ensemble des acteurs concernés par les problématiques étudiées. Cette analyse partagée permet de donner davantage de sens aux chiffres et de co-construire les réponses à déployer.

Dès le lancement de l’ABS, l’UNCCAS recommande ainsi de mobiliser différents acteurs autour de la table pour dresser le diagnostic de la situation actuelle et à venir du territoire : partenaires institutionnels (Conseil départemental, CAF, MDPH, CPAM, PMI, Pôle Emploi, Missions locales, CARSAT, Education nationale), mais aussi associations locales, acteurs éducatifs et sanitaires, bailleurs sociaux, représentants d’usagers, élus et agents du CCAS/CIAS, Ville/Intercommunalité, observatoires…

Ce temps d’analyse partagée répond à trois ambitions :

  • Un espace formatif destiné à restituer les données collectées dans la phase précédente. Ce temps de formation permet notamment d’expliquer les modalités de recueil de l’information, les possibilités d’analyse du matériau, les limites liées aux données. Il permet aussi aux participants de mieux connaître les dispositifs et intervenants à partir des données fournies.
  • Un espace de confrontation des points de vue entre les différents participants. La lecture des données issues des phases de collecte et des indicateurs construits dans le cadre de la démarche, permettent à des analyses, divergentes ou convergentes, de s’exprimer. C’est au cours de ce temps d’analyse que s’effectue la confrontation entre la connaissance d’une thématique ou d’un territoire avec les données et indicateurs. L’objectif est d’organiser un aller-retour entre ces deux éléments afin de permettre l’élaboration d’un diagnostic fin.
  • Un espace de préconisations. Il est essentiel qu’à l’issue de cette démarche, un certain nombre de préconisations puissent émerger des groupes de travail. Il ne s’agit pas de lieux de décisions qui relèvent des instances concernées, mais les analyses produites doivent permettre d’interpeller ces instances de décisions. Il faut noter que l’analyse partagée, au-delà de la préconisation, permet aussi à chaque institution participante de s’interroger sur ses priorités et pratiques, cette approche étant facilitée par les échanges avec les autres institutions concernées. Dès lors, même si l’action n’est pas formulée directement dans le rapport d’ABS, elle peut être induite par les analyses produites dans le cadre des échanges entre partenaires. C’est là une des externalités positives rendue possible par l’ABS.

Une fois ces deux étapes achevées (étude quantitative et qualitative), l’ABS fait traditionnellement l’objet d’une restitution présentée par les instances de pilotage du CCAS/CIAS (Comité de suivi, Groupes de travail etc.), auprès des décideurs politiques, institutionnels, des partenaires impliqués, mais également ouverte à l’ensemble de la population.

Pour approfondir la démarche, sachez que l’UNCCAS propose un Site internet spécialement dédié à l’ABS qui pourrait vous être utile. D’autres outils sont également mis à disposition dans l’Espace Adhérents, depuis la Page consacrée à l’ABS :

Par ailleurs, il existe un Guide d’aide à la réalisation de l’ABS ainsi qu’une Plateforme en ligne « BALISES-UNCCAS » qui vise à faciliter la réalisation de l’ABS en apportant aux CCAS/CIAS une vision des données-clés de leur territoire. Enfin, l’UNCCAS et le bureau d’étude Compas-Tis ont créé un nouvel Outil de diagnostic « SONAR », conçu pour identifier les risques économiques et sociaux révélés par la crise, anticiper leur évolution et construire une réponse durable à travers un projet de territoire sur mesure, s’appuyant sur les expériences des CCAS et CIAS.

Retour en haut de page