J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Progression de l’habitat dégradé et indigne en Île-de-France

Progression de l'habitat dégradé et indigne en Île-de-France

L’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) d’Île-de-France publie en collaboration avec la DRIHL, le conseil régional et l’ARS un état des lieux du mal-logement portant sur des données collectées de septembre 2017 à octobre 2018. Avec 157 000 logements « potentiellement indignes » le phénomène, présent dans l’ensemble des départements franciliens, concerne 4% du parc privé.

Selon l’IAU, la pression liée aux demandes croissantes d’hébergement et de logement social, et l’attractivité générale de la région pour les plus modestes, tendent à encourager un « sous-marché » du logement où l’on retrouve un parc ancien dégradé, une mobilisation de locaux impropres à l’habitation, des phénomènes croissants de division pavillonnaire et de « cabanisation » des fonds de jardin.

Des phénomènes qui demeurent difficile à mesurer avec précision et à contenir, malgré les efforts entrepris par les pouvoirs publics pour identifier l’habitat indigne et lutter contre les « marchands de sommeil ».

Retour en haut de page