J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Programme de sensibilisation de la population aux gestes d’urgence

Programme de sensibilisation de la population aux gestes d'urgence

Contexte

En France, on compte 50 à 60 000 décès par an suite à un arrêt cardiaque. Depuis le 4 mai 2007, toute personne, même non-médecin, est habilitée à utiliser un défibrillateur automatisé externe (DAE). Il est impératif de réagir vite et de mettre en œuvre le plus rapidement et efficacement possible la chaîne des secours. Les urgentistes et les cardiologues sont unanimes : la formation du grand public est indispensable si l’on souhaite améliorer le taux de survie consécutif à un arrêt cardiaque.
Encadrées par des facilitateurs, ces initiations courtes à la défibrillation sont désormais possibles grâce notamment à l’utilisation de mini-kit de formation : Mini-Anne. Chaque participant conserve son kit de formation pour former son entourage durant une semaine, favorisant ainsi une démarche citoyenne « spontanée » de participation aux formations plus longues dispensées par les associations de secourisme.
Suite à la demande du Maire, un groupe de travail a été constitué sur l’implantation de défibrillateurs sur la commune de Lisieux, ce groupe intègre différents partenaires et des membres du conseil municipal et du conseil des sages.
Proposée au titre de la promotion de l’accès aux soins et de la prévention, cette action vise à permettre notamment aux populations concernées, par les politiques de la Ville, d’accéder à une sensibilisation aux gestes d’urgences. En effet, les formations traditionnelles en matière de premiers secours sont onéreuses et le public des quartiers repérés en difficultés ne peut pour la plupart, y avoir accès.Cette action est développée à des vues essentiellement préventives et dans la perspective de valoriser la sensibilisation aux gestes qui sauvent proposée aux jeunes des quartiers en marge d’une action de sensibilisation d’un plus large public.

Répondant à la recherche d’implication des familles dans la prise en charge de leur santé et de celle de leurs enfants, cette action développe aussi une démarche citoyenne et intergénérationnelle.

Description / Fonctionnement de l'action

Le programme de formation se compose d’actions spécifiques à l’utilisation du défibrillateur automatisé externe (DAE) :
- formation DAE pour les personnels paramédicaux ou bénéficiaires de l’ancien AFPS,
- formation PSC1 pour les personnels non bénéficiaires de l’AFPS.Ces formations sont proposées à l’ensemble des agents du CCAS et de la Ville. Le programme intergénérationnel de sensibilisation se décline ainsi :
- communication par voie de presse de l’installation des défibrillateurs implantés par la commune, carte représentant les lieux d’implantation de ceux-ci, 
- organisation de demi-journées de sensibilisation avec la Croix Rouge et les sapeurs pompiers à destination du grand public,
- sensibilisation à l’utilisation des DAE pour l’ensemble d’une classe d’âge (l’ensemble des élèves de seconde de la commune), soit près de 1 000 personnes chaque année. Cette sensibilisation passe par l’acquisition de deux DAE et de matériels d’entraînement à cette destination et la mise en œuvre de 85 sessions de formation par les sapeurs-pompiers et la Croix Rouge financées par une action intergénérationnelle instituée par le CCAS.
- sensibilisation d’enfants de 10 ans et plus fréquentant les centres de loisir sans hébergement de la Ville et de leur entourage par le biais de mini-kits prêtés aux enfants durant le week-end ou la semaine pour démultiplier le message d’information par le biais d’un équipement ludique et précis.

Chaque kit comprend :
- un mannequin gonflable,
- un DVD d’initiation,
- un téléphone factice,
- un défibrillateur factice avec électrodes adhésives,
- des lingettes désinfectantes,
- 2 voies respiratoires de rechange.

Bilan

Nombre de bénéficiaires en 2010 : 1 200 personnes en accès direct + 75 par diffusion « spontanée » via le mini-kit. Soit plus de 5 % de la population Lexovienne.
Nombre de bénéficiaires durant la globalité de l’action (soit sur la durée de fin de mandat) : 4 800 personnes en accès direct + 300 par diffusion « spontanée » via le mini-kit. Soit plus de 21 % de la population Lexovienne.

Moyens

Moyens humains : 
- 1 équipe de formateurs (Croix Rouge, associations de pompiers et hôpital), pour assurer la formation et l’organisation d’évènements « grand public ».
- 2 agents du CCAS pour la coordination globale de l’action et les équipes des centres de loisirs.

Moyens matériel :
Acquisition de 5 défibrillateurs pour le domaine public et de 2 défibrillateurs d’entraînement, achats de kits « Mini-Anne ».

Moyens financiers :
13 625 euros d’investissement (achat de matériel) et 4 200 euros pour la rémunération de formateurs et la maintenance des défibrillateurs.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Les responsables des services d’urgences :
- de l’hôpital Robert Bisson de Lisieux,
- des sapeurs-pompiers de Lisieux,
- de la Croix Rouge,
- les membres du conseil municipal et du conseil des sages de la Ville,
- les personnels des services de soins et d’aide à domicile.

Ils financent l'action

Fondation CNP, Sanofi-Aventis, Mutame, GRDF

Les observations du CCAS/CIAS

L’atout de ce projet est la mise en œuvre scrupuleuse des recommandations de l’association française de cardiologie à la fois pour l’implantation et la formation indispensable à l’utilisation de défibrillateurs sur une commune et pour la valorisation des gestes d’urgences auprès du grand public. L’utilisation de mini-kit, auprès des enfants et de leur entourage en complément de la formation de l’ensemble des élèves de seconde et du personnel municipal, qui permet à l’enfant de partager cette sensibilisation reçue auprès de ses parents, sa fratrie et ses amis.

L’originalité de ce projet passe aussi par son mode de financement.

  • le mécénat d’entreprise a été très fortement sollicité pour cette action innovante et ambitieuse à l’échelle d’une commune de 24 000 habitants,
  • une action intergénérationnelle (frais de réservation du banquet des aînés reversés au titre d’une bourse « jeunes » en vue d’une formation de promotion des actes citoyens et solidaires).

Photo : Wikimedia Commons / Rundvald

Retour en haut de page