J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Prévention nutrition dans les écoles de Lormont

Prévention nutrition dans les écoles de Lormont

Contexte

La région Aquitaine a sollicité Lormont pour travailler sur le thème de l’alimentation, l’obésité, l’insuffisance pondérale et le suivi des bilans de santé. Pour satisfaire cette demande, le CCAS a choisi de continuer sur la dynamique des actions initiées depuis deux ans, au sein d’écoles primaires de la ville. En effet, depuis 2008, le CCAS se rapproche des établissements scolaires afin de proposer un projet créatif autour d’un thème lié à l’alimentation. En 2008 par exemple, il s’agissait de faire travailler les enfants sur des sketches liés à l’alimentation utilisés pour des films d’animation 3D de 30 minutes.
Pour l’année 2009/2010, un travail à partir d’une bande dessinée a été proposé à plusieurs groupes d’une dizaine de classes du CE2 au CM2. L’objectif était d’imaginer un scénario sur l’alimentation, la « mal-bouffe » et les bons comportements. Pour les plus jeunes, un travail sur des jeux (7 familles, jeux de plateau, mémory) concernant les jardins potagers semblait plus adapté.

Description / Fonctionnement de l'action

Les actions menées en établissements scolaires permettent de mobiliser les enfants et leurs enseignants autour de projets créatifs et ludiques sur des thèmes de l’alimentation. La partie organisationnelle et logistique est assurée par le service promotion de la santé du CCAS (contact des établissements et des enseignants, sélection des thèmes abordés, coordination avec les infirmières et médecins scolaires, conception des projets, contact des différents intervenants). La prévention et l’information sur les thèmes traités sont assurés par les infirmières scolaires, les projets sont ensuite travaillés en classe avec les enseignants et différents intervenants (plasticiens, scénaristes, etc.).

Il est essentiel de toucher les parents afin de rendre les préconisations du médecin lors des bilans de santé plus efficaces. Un des objectifs de ce dispositif est donc de toucher les parents grâce aux créations de leurs enfants. C’est pourquoi un effort particulier est fait pour que chaque projet donne naissance à un DVD, un album BD... que les enfants peuvent ensuite conserver et visionner en famille.

Parallèlement, les enfants et leurs parents ont pu assister aux représentations de « L’Interlégumineuse », spectacle sur l’alimentation proposé par la troupe de théâtre « Fenêtre sur clown ». Une représentation a même été préparée avec des traductrices en langues turque, anglaise, vietnamienne et arabe afin de permettre aux parents ne parlant pas bien le français de saisir le sens du spectacle. A la fin de chaque représentation, un débat est organisé avec le public, les acteurs et une infirmière. Ce temps de convivialité permet d’informer sur la prévention santé, le suivi des bilans de santé effectués en fin de maternelle et de primaire et l’alimentation. Concernant ce dernier thème, le discours porté par le dispositif se veut moins restrictif et moins culpabilisant que celui diffusé par le ministère de la santé. L’objectif est de sensibiliser et d’amener les parents à faire les choix les plus justes, compte tenu de leurs situations individuelles. Par ailleurs, l’alimentation faisant lien avec la culture de chaque individu, le discours est adapté.

Bilan

L’exigence de qualité sur la forme des produits permet à chaque élève de valoriser son propre travail et de le faire partager.
La restitution du travail des élèves lors d’un goûter en présence des parents rencontre toujours un vif succès. Les parents sont présents, apprécient le travail de leurs enfants et sont plus réceptifs aux interventions des sociologues et diététiciens. Parallèlement, au travail mené toute l’année, une sociologue, aidée d’une stagiaire en Master 2 de l’ISPED, est intervenue pour essayer de mieux comprendre les freins des parents à établir le suivi santé-alimentation de leur enfant. De ce travail doit être élaboré un outil permettant d’intervenir de manière plus efficace. Une étude menée sur un échantillon d’élèves suivis de la fin de la maternelle à l’entrée en collège permettra d’en savoir davantage et de compléter le travail amorcé auprès des parents.

Moyens

Moyens humains :
- le responsable et la chargée de mission du service promotion de < ?XML:NAMESPACE PREFIX = ST1 />la santé du CCAS, 
- une stagiaire de l’ISPED en master 2 de santé publique,
- une sociologue, spécialisée en santé publique, 
- une plasticienne du service culture

Moyens financiers :
Budget pour 2008-2011 : 36 400 euros dont 10 100 euros attribués par le Groupement régional de santé publique.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Des professionnels dans les différents supports choisis : dessinateurs, scénariste, cinéastes, plasticienne…
Techniciens et réalisateur de Marlou Films.
Les infirmières et le médecin scolaires pour préparer les élèves sur le thème choisi, afin de pouvoir ensuite élaborer des scénarios.
L’Education nationale.

Ils financent l'action

Le Groupement régional de santé publique, La ville de Lormont.

Les observations du CCAS/CIAS

Cette dynamique fait tâche d’huile au niveau des élèves et des professeurs des écoles. D’autres écoles sont demandeuses de ce type d’expérience. Les supports conservés par les enfants servent de souvenir mais plus encore de référence. L’intérêt est également que ces supports vont ensuite pouvoir véhiculer un message auprès de l’entourage de chaque enfant. Néanmoins, ce dispositif est encore trop récent pour voir un changement comportemental à long terme chez les enfants ou leurs familles.

Photo : Wikimedia Commons / Christophe Durand

Retour en haut de page