J'ai compris, mais plus tard...
Publications

Prévenir les troubles musculo-squelettiques : l’équipe ressource en ergonomie

Illustration du CCAS de Seignanx (40)

Prévenir les troubles musculo-squelettiques : l'équipe ressource en (...)

Les CCAS et CIAS font face à de nombreuses évolutions de la demande sociale sur leur territoire, lesquelles touchent plus particulièrement les agents. Ce constat est d’autant plus vrai dans les Services à Domicile gérés par les CCAS et CIAS où les agents sont au premier plan dans l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie les plus fragiles.

Leurs métiers induisent des contraintes physiques et psychologiques importantes liés à leurs conditions d’exercice, auxquelles s’ajoutent des facteurs organisationnels ou humains, source de nombreux risques : turnover, absentéisme, risques psychosociaux, Troubles Musculo-Squelettiques (TMS)...

L’analyse de ces risques et surtout la façon dont les CCAS/CIAS s’en sont emparés pour y remédier sont riches d’enseignements. C’est pourquoi, en complément du recueil d’expériences La politique Ressources Humaines au cœur des organisations - Focus sur des actions menées au sein de services d’aide à domicile, l’UNCCAS s’est engagée à modéliser quelques-unes des initiatives portées par des CCAS et qui pourraient être inspirantes pour d’autres, afin que ces derniers ne partent pas « de zéro ».

La démarche de modélisation proposée dans ce document analyse donc en détail une action menée à Seignanx (Landes) : son fonctionnement, les difficultés et les conditions de réussite identifiés et, plus généralement, l’ensemble des outils qui pourraient inspirer d’autres CCAS/CIAS dans le montage de leur projet, au regard de leur propre contexte territorial.

L’équipe ressource en Ergonomie

L’équipe ressource est constituée d’aides à domicile formées en ergonomie, chargées d’appuyer et de conseiller leurs pairs. Ces personnes ressources analysent avec l’agent des situations de travail identifiées au domicile des bénéficiaires et/ou dans les pratiques professionnelles, informent et aident leurs collègues sur le champ des TMS.

Cette action met au cœur de la démarche le partage d’expériences et les échanges entre pairs, et vise un changement durable des pratiques. Elle peut être utilisée comme outil RH et constitue un élément structurant du projet de service.

Quels objectifs ?

  • Traiter et/ou prévenir l’usure professionnelle, et notamment prévenir les TMS et les accidents de travail.
  • Favoriser la cohésion d’équipe et le sentiment d’appartenance, en développant la transversalité et la formation entre pairs.
  • Progresser en termes de qualité de service rendu à l’ensemble des habitants.

Quelles conditions de réussite ?

  • Avoir une démarche ascendante tout au long du montage du projet et de son fonctionnement.
  • Créer les conditions pour favoriser les échanges et la formation entre pairs.
  • Choisir les personnes ressources adéquates et les former en ergonomie.
  • Associer le Référent social (ou l’infirmière pour certain SAAD).
  • Obtenir l’adhésion des aides à domicile.
  • Informer et sensibiliser les bénéficiaires sur la démarche.
  • Intégrer l’ergonomie dans le projet de service et adapter le règlement de fonctionnement.
  • Mettre en place des outils de coordination et de gestion de l’action.
  • S’accorder du temps et un « droit à expérimenter et réajuster ».

Quel bilan pour le CIAS du Seignanx ?

Pour le SAAD :

  • Réduction du nombre d’accidents de travail lié aux TMS de 70% en 2014, de 100% en 2015.
  • Coût évité des arrêts de travail : diminution de 325 jours d’arrêt pour 8 agents, soit 26 571 € de moins liés à l’absentéisme.
  • Professionnalisation du service auprès des bénéficiaires et de leur famille.

Pour les aides à domicile :

  • Intégration d’une logique de prévention.
  • Professionnalisation des agents et modification des pratiques professionnelles.
  • Intégration facilitée et opérationnalité immédiate des nouveaux agents.

Pour le bénéficiaire :

  • Amélioration de la relation avec le bénéficiaire et notamment dans les situations dangereuses pour l’agent.
  • Augmentation de la qualité du service rendu aux bénéficiaires.
  • Une plus grande autonomie du bénéficiaire (les aide à domicile redonnent la place à la personne et font avec elle et non à sa place).
Retour en haut de page