J'ai compris, mais plus tard...

Contexte

Entre les deux derniers recensements, la population de Besançon a augmenté de 3,4 %. Dans le même temps, celle des plus de 85 ans a augmenté de 50,5 %.
Si l’isolement et la solitude se développent dans nos sociétés modernes, l’âge et le handicap sont des facteurs aggravants.
Le conseil d’administration avait la volonté d’aller au-delà du « service marchand » (aide à domicile, repas, déplacement, etc.) pour compléter la réponse aux besoins des personnes vulnérables.
C’est à partir de ce contexte que « Prévenance » a vu le jour pour lutter contre l’isolement et la solitude des personnes fragilisées par l’âge ou le handicap. Il s’agit d’aller au devant des désirs d’intégration des personnes dans leur milieu de vie.
Proposer une écoute, un cadre, une possibilité d’établir des liens relationnels à toutes personnes isolées, âgées et/ou handicapées, est l’enjeu du service Prévenance.

Description / Fonctionnement de l'action

L’action du service « Prévenance » s’appuie sur le dispositif réglementaire du « Plan canicule » pour faire émerger une action de lutte contre l’isolement dans une logique de développement social.
Pour lutter contre la solitude, « Prévenance » favorise la rencontre avec l’autre, la mise en place de relations stables.
En fonction du degré d’isolement de la personne, du désir de la personne et des ressources locales, le professionnel élabore avec l’intéressé une réponse sur mesure pour favoriser le lien social des personnes souffrant de solitude.
Cette réponse est apportée par le service lui-même, par l’engagement citoyen de bénévoles aux côtés des personnes seules de leur quartier, par des actions existantes ou à créer ou encore par un réseau d’acteurs locaux.

Les missions de « Prévenance » requièrent donc différents types de réponses :
- la mise en relation avec un professionnel,
- la mise en relation avec un bénévole (une charte définit les droits et les devoirs des intervenants),
- la participation à des actions collectives,
- agir pour la prévention de la perte d’autonomie,
- encourager la participation à des actions existantes,
- redynamiser des actions concourant à l’objectif.
- la mise en relation de personnes seules entre elles.

Cependant, afin d’optimiser les résultats et de créer le cadre favorisant la régularité et la fréquence des contacts, l’action doit être territorialisée pour mieux identifier les personnes isolées et les bénévoles, mais aussi pour construire une action efficace, sur mesure, avec tous les acteurs locaux. Ainsi, depuis 2008, chaque travailleur social est chargé d’une fonction territoriale (un ou plusieurs quartiers) et d’une fonction spécialisée (Actions de prévention de la perte d’autonomie, formation des bénévoles, développement des clubs du 3ème âge, prévention canicule...)

Sur les milieux de vie (quartiers, portion de quartier, immeuble,etc.), « Prévenance » propose aux acteurs locaux :
1) l’établissement d’un diagnostic partagé sur :
> le degré d’isolement des personnes âgées et/ou handicapées,
> les ressources locales,
> le recensement des actions existantes de lutte contre l’isolement.
2) l’organisation d’actions pour :
> affiner le diagnostic,
> répondre aux besoins des personnes isolées.
3) la mise en place d’un comité de pilotage.

Bilan

A fin février 2007, le résultat est le suivant :
- 302 personnes isolées recensées,
- 41 personnes souhaitant participer bénévolement,
- 25 mises en relation régulières,
- 765 visites,
- 128 journées par participant aux actions collectives.
Il reste à développer : une mobilisation par quartier pour identifier les personnes les plus isolées et les personnes ressources et développer des actions de solidarité, d’entraide pour recréer du lien social.

Moyens

Moyens humains : 4,8 ETP : chef de service, travailleurs sociaux, assistantes.

Budget de l’année 2008 : 182 000 euros
Dépenses :
Achats : 1 300 euros, services extérieurs : 47 010 euros, impôts et taxes : 22 euros, frais de personnel : 132 624 euros

Recettes :
Conseil général : 57 946 euros, Plan Régional de Santé Public (PRSP) : 11 000 euros, CCAS : 112 010 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Les services sociaux et médico-sociaux : conseil général, caisses de retraite, CCAS.
Les services à la personne : aide à domicile, repas à domicile,
Les associations organisant le bénévolat : France bénévolat, Agir ABCD, Réseau d’échange.
Les associations et structures de quartier : centres sociaux, maisons de quartier, Espaces solidaires, associations, bailleurs sociaux.

Ils financent l'action

conseil général, CRAM, DDAS, CNSA.

Les observations du CCAS/CIAS

Encore assez récente, cette expérience est ambitieuse :

  • l’objectif : favoriser le « bien-vivre » à partir de la solidarité du voisinage,
  • une pédagogie de prévenance qui place la personne au cœur de son projet de vie,
  • des actions de mises en relation, individuelles ou collectives, adaptées à la demande de chacun.

Un projet décliné en deux phases :

  • la création d’un service qui s’appuie sur un dispositif réglementaire pour faire émerger une action de lutte contre l’isolement dans une logique de développement local,
  • le partage, à partir d’expérimentations, d’une posture professionnelle de Prévenance dans l’ensemble des actions portées par le CCAS.

Photo : Wikimedia Commons / Erkethan

Retour en haut de page