J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Pour une généralisation de l’offre « clients fragiles »

Pour une généralisation de l'offre « clients fragiles »

L’Observatoire de l’Inclusion Bancaire (OIB), instance de dialogue entre le monde bancaire et le monde associatif fondée par la Banque de France, et à laquelle participe l’UNCCAS, s’est réuni le 28 septembre dernier. Constatant un phénomène encore généralisé de frais bancaires trop importants, François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, a en particulier appelé à une « mobilisation générale » pour le développement de l’offre spécifique aux clients fragiles, que les banques sont tenues de proposer depuis 2014.

Conjugué au droit au compte et à la lutte contre le surendettement, ce dispositif d’inclusion bancaire adapté aux personnes en situation de vulnérabilité financière (qu’elles aient ou non fait face à des incidents de paiement), concerne aujourd’hui 351 000 bénéficiaires mais ne touche que 10 % des personnes potentiellement éligibles.

Si des progrès sont à souligner, puisque 100 000 personnes ont rejoint le dispositif au cours de l’année 2017, le Gouverneur de la Banque de France, appelle les établissements bancaires à redoubler d’efforts, mais aussi les intervenants sociaux des CCAS et réseaux associatifs à contribuer à la connaissance de cette offre pour qu’elle touche plus largement ses destinataires. L’objectif fixé est de développer d’au moins 30 % l’offre d’ici fin 2019 pour toucher au moins 500 000 personnes. Une mobilisation collective à laquelle l’UNCCAS entend participer.

François Villeroy de Galhau a également appelé les banques à respecter leurs engagements en plafonnant à 20 euros par mois et 200 euros par an les frais d’incident de toutes natures, qui sont facturés aux souscripteurs de l’offre spécifique.

Retour en haut de page