J'ai compris, mais plus tard...

Contexte

Commune et canton, l’Ile de Groix fait partie de la Communauté d’agglomération du Pays de Lorient, du Pays de Lorient et de l’Association des Iles du Ponant (AIP).
Son territoire d’environ 8 km sur 3 (1 482 ha, 31 km de côtes) est riche d’un patrimoine naturel diversifié, reconnu d’intérêt européen et protégé à divers titres : espaces naturels sensibles, sites inscrit et classé, réserves naturelles, recherches archéologiques ...
Jusqu’à la seconde guerre mondiale, la pêche a structuré toute la vie économique et sociale de l’île. L’agriculture familiale de subsistance, assurée par les femmes, a aménagé le territoire et modelé les paysages, partant des hameaux et villages jusqu’au bord de côtes (culture en « sillons »).Les bouleversements économiques qui ont suivi (déclin de l’activité maritime et remembrement notamment) ont eu de lourdes conséquences :
- Exode des jeunes actifs, vieillissement et paupérisation de la population insulaire
- Affaiblissement de l’économie primaire et prépondérance de l’activité touristique saisonnière
- Agriculture céréalière conventionnelle, perte de biodiversité, épuisement des sols
- Résidentialisation d’une partie des 35 hameaux et villages
- Enfrichement des espaces naturels délaissés par l’agriculture, fermeture des paysages, déséquilibres des milieuxLe recensement de 2006 traduit l’amorce d’un redressement : en baisse permanente depuis plus de 60 ans, le chiffre de population s’est stabilisé. En 2005, une classe supplémentaire a été ouverte en maternelle.
- Le nombre d’actifs s’est accru. Des petites entreprises artisanales et commerciales se sont créées : 22 se sont pérennisées en 6 ans. Les services indispensables se maintiennent, et certains se renforcent. De nouveaux agriculteurs se sont installés. Un jeune pêcheur a investi dans un chalutier moderne. Un pêcheur de Guilvinec (langoustines) s’installe à Groix en janvier 2008. Les activités de culture marine se développent.

Du fait du caractère insulaire de la commune, il nous est apparu qu’il était difficile pour les familles de se rendre sur le continent pour une consultation chez l’orthophoniste, ou rencontrer l’assistante sociale . En effet, il faut souvent compter une journée d’absence en fonction des horaires de bateau et les consultations.
L’idée est alors née de mettre en place une plateforme medico-psychologique.

L’acquisition de locaux jouxtant la Mairie, appelé l’Entraide ont permis la mise à disposition de locaux pour des intervenants sociaux et des usagers qui disposent ainsi d’un lieu neutre et confidentiel pour effectuer leurs démarches.
La présence de ces services est indispensable sur l’île tant pour le dépistage et la prise en charge précoces chez les enfants que pour l’aide aux adultes et personnes âgées en souffrance psychique.

Description / Fonctionnement de l'action

En septembre 2002, l’antenne médico-psychologique a démarré son activité dans les locaux de l’Entraide avec une psychologue et une orthophoniste qui intervenaient une journée par quinzaine.
Depuis 2004, les consultations sont hebdomadaires et l’orthophoniste est présente sur l’île une journée supplémentaire pour les personnes âgées. Une augmentation progressive des demandes d’interventions de la psychologue a recentré les interventions auprès des enfants et des adolescents. Les adultes sont réorientés vers les intervenants du CMP Blanqui.

Une consultation psychiatrique a vu le jour en avril 2005. Deux équipes d’infirmiers psychiatriques du Centre hospitalier Charcot sont présents sur l’île, en alternance, chaque semaine, l’une pour les personnes de plus de 60 ans, l’autre pour les moins de 60 ans. Un psychiatre intervient en consultation une fois par mois.

Des assistantes sociales du Département, de la CRAM et de l’ENIM assurent des permanences selon des fréquences différentes. Hebdomadaires pour l’assistante du Département, mensuelles pour les autres.

Depuis décembre 2009, un service de soins à domicile le SESSAD de Lorient intervient sur le territoire. Une psychologue reçoit les familles dans les locaux de l’Entraide, les infirmiers et ou psychomotriciens interviennent au domicile des familles.
Les locaux mis à disposition sont mutualisés en fonction des jours d’intervention de chacun. Un véhicule est mis à disposition par la commune pour permettre aux intervenants de se rendre aux domiciles des personnes.

Bilan

Points positifs :
La mise en place de cette plateforme a permis aux insulaires d’avoir une prise en charge améliorée.
Aujourd’hui les familles sollicitent d’elle même la psychologue. Les demandes de prises en charge ne vont qu’en croissant.
Un lien avec les enseignants permet un dépistage des enfants de façon plus précoces.
La mise en place d’un nouveau service avec le Sessad permet de rendre un service supplémentaire aux familles de l’Ile.

Points négatifs :
La difficulté de réunir en un même lieu les différents intervenants pour faire le point sur des situations communes. Le trajet de bateau sert souvent pour mettre en place ces échanges.

Difficultés rencontrés :
Le côté insulaire ne permet pas d’étendre le service proposé.

Moyens

Moyens humains :
1 orthophoniste libéral,
1 psychologue rémunéré par le CCAS,
3 assistantes sociales (permanence une fois par semaine),
des infirmiers mis à disposition par les différents organismes.

Coût annuel :
- personnel pour le CCAS : 12 000 euros
- prise en charge du transport (billets de bateau) : 1 000 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Conseil général du Morbihan, Hôpital Charcot de Lorient, SESSAD « A Denn Askell » de Lorient

Ils financent l'action

Conseil général

Les observations du CCAS/CIAS

Cette action permet aux familles de leur faciliter la prise en charge d’une situation, quelque fois difficile et permet aux enfants de ne pas perdre une journée de classe.Cette action met en valeur la mutualisation de locaux et de moyens au sein d’un même territoire et une offre de services proche de celle proposée sur le continent.

Une démarche pour étendre le service avec l’extension d’une antenne du CMPP de Lorient devrait voir le jour dans les années à venir.

Photo : Wikimedia Commons / LPLT

Retour en haut de page