J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Plate-forme d’accueil d’urgence

Plate-forme d'accueil d'urgence

Contexte

La veille sociale avait besoin de se décentraliser parce qu’elle était située auparavant dans les locaux d’un CHRS. Le CCAS, qui mettait alors en place un accueil de jour et de nuit, du 2 novembre au 31 mars, lui a mis un bureau à disposition dans ses locaux. Cette démarche était notamment l’occasion de développer un accueil de jour ouvert toute l’année afin d’assurer les besoins élémentaires du public visé.

Description / Fonctionnement de l'action

Après plusieurs années, le CCAS est parvenu a développer un accueil d’urgence pérenne jour et nuit. Des repas repas y sont servis. Il est notamment possible de se doucher et de laver et sècher son linge.
Des activités sont également organisées (jardinage, construction ou réparation de meubles pour ceux qui se voient attribuer un logement). Le but est de créer du lien social et d’amener peu à peu les sans abris à investir leur logement, le cas échéant, en leur apprenant les principes de base (civisme vis à vis du voisinage, cuisine, entretien) et en leur rendant visite régulièrement.

Bilan

Douze bénéficiaires fréquentent quotidiennement l’accueil de jour permanent. Ils s’investissent dans les activités diverses. Trois ont été relogés et un suivi régulier est assuré. Beaucoup de personnes sont de passage. La difficulté réside dans les quelques accès de violence (surtout verbale).
Depuis, juillet 2009, le CCAS n’héberge plus les services du 115, par manque de place.

Moyens

Toute l’année, deux agents sociaux assurent l’accueil et le suivi.
L’hiver, l’équipe est renforcée par trois veilleurs de nuit. Un travailleur social compléte l’équipe.

Le budget :
CCAS : 49 400 euros, PDI (Plan Départemental d’Insertion) : 40 000 euros, ASI (Action Sociale pour l’Insertion) : 30 000 euros, DDASS : 73 533 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Le CCAS et le 115 qui dépend du CHRS l’Ancre à Charleville Mézières.

Ils financent l'action

Le CCAS, le CHRS l’Ancre, la DDASS 08, le conseil général.
Passage en CROSMS le 15 mars 2005 avec avis favorable à l’unanimité pour la pérennisation de ce dispositif.

Les observations du CCAS/CIAS

L’insertion par le logement de sans abris, en assurant un suivi à domicile, est rarement expérimentée puisque ce public n’est pas destinataire des mesures d’accompagnement social liées au logement. Dans ce dispositif, aucune durée dans le temps n’est définie, ce qui permet de laisser à chacun son rythme et son droit à l’échec. Ce travail de suivi peut aussi être assuré auprès d’un public logé mais très isolé.

Photo : Wikimedia Commons / Franeck08

Retour en haut de page