J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Plan canicule 2019 : activation de la veille saisonnière

Plan canicule 2019 : activation de la veille saisonnière

Dans un contexte d’épisodes de forte chaleur attendus par Météo France cet été et dès la semaine prochaine, le plan national canicule (PNC) a été activé avec son premier niveau de « veille saisonnière » le 27 mai dernier. Composé de quatre niveaux (vert, jaune, orange et rouge), le dispositif est à ce jour positionné dans son niveau vert. Il débute au 1er juin et s’étendra jusqu’au 15 septembre 2019.

Les quatre niveaux d’alerte

  • 1. Veille saisonnière, activé dès maintenant dans l’ensemble des territoires,
  • 2. Avertissement chaleur,
  • 3. Alerte canicule,
  • 4. Mobilisation maximale.

L’activation de la veille saisonnière

Ce plan est activé afin de faire remonter les informations quant aux conditions climatiques et anticiper les éventuels épisodes de canicule pour protéger au mieux les personnes les plus sensibles. Il évoluera en fonction des prévisions de Météo France et sous l’autorité du préfet de la région d’Ile-de-France, préfet de Paris, et des préfets de département (en concertation avec la préfecture de Police pour le niveau orange, le niveau rouge étant déclenché sous l’autorité du Premier ministre).

Les recommandations

Les recommandations à transmettre au grand public en cas de forte chaleur sont les suivantes :

  • Boire régulièrement de l’eau sans attendre d’avoir soif,
  • Se rafraîchir et se mouiller le corps (au moins le visage et les avants bras) plusieurs fois par jour,
  • Manger en quantité suffisante et ne pas boire d’alcool,
  • Eviter de sortir aux heures les plus chaudes et, si possible, passer plusieurs heures par jour dans un lieu frais (cinéma, bibliothèque municipale, supermarché, musée...),
  • Maintenir son logement frais (fermez fenêtres et volets la journée, ouvrez-les le soir et la nuit s’il fait plus frais),
  • Penser à donner régulièrement de ses nouvelles à ses proches et, dès que nécessaire, oser demander de l’aide,
  • Si nécessaire, demander conseil à son médecin traitant, tout particulièrement en cas de problème de santé ou de traitement médicamenteux régulier (adaptation de doses par exemple).

Le numéro d’information « canicule »

En cas d’épisode de forte chaleur, un numéro d’information est mis à disposition du public, le 0800 06 66 66.

Canicule, fortes chaleurs : adoptez les bons réflexes

Le Ministère des Solidarités et de la Santé met à disposition des affiches et des dépliants téléchargeables pour le grand public, les résidents des EHPAD, les travailleurs sociaux...

La carte de vigilance de Météo France

Le site de Météo France permet de suivre la situation en temps réel avec une carte actualisée au moins deux fois par jour, à 6h et 16h.

Actions adaptées aux Ehpad : le plan beu

Le Plan Bleu, réel outil de pilotage en temps de crise, est déclenché par le directeur de l’établissement ou par le préfet du département lors du déclenchement de dispositifs d’alerte et d’urgence. Il doit comporter :

  • La désignation d’un référent (directeur ou médecin coordonnateur), responsable en situation de crise,
  • La mise en place d’une convention avec un établissement de santé de proximité où sont définies les modalités de coopération et d’échanges de bonnes pratiques susceptibles de prévenir les hospitalisations,
  • La mise en place d’un protocole d’information des résidents et de la famille relatif à l’activation du Plan Bleu,
  • Les recommandations de bonnes pratiques préventives en cas de canicule à destination des personnels,
  • Un protocole sur les modalités d’organisation de l’établissement en cas de déclenchement du plan d’alerte et d’urgence.

Les mesures à mettre en place pour assurer la sécurité des résidents en période de forte chaleur :

  • La pièce rafraîchie : les EHPAD ont l’obligation de disposer au minimum d’une pièce climatisée où les résidents pourront être conduits pour se rafraîchir.
  • Le dossier de liaison d’urgence (DLU) : les établissements doivent mettre en place le dossier de liaison d’urgence pour chaque résident. Il permet de faciliter l’intervention d’un médecin extérieur à l’établissement lors d’une prise en charge médicale urgente. Il met à disposition de ce dernier les éléments sociodémographiques, l’évaluation médicale et des soins du résident. La mise à jour régulière du DLU est assurée par le médecin traitant du résident.
  • L’hydratation des résidents : l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation (Anses) recommande de faire consommer au minimum l’équivalent de huit verres d’eau par jour aux résidents. Le suivi de la consommation peut être effectuée en remplaçant les carafes par des bouteilles d’eau, en prenant soin d’assurer leur renouvellement régulier pour les conserver à une température fraîche.
  • L’adaptation des menus : les plats frais et légers, à base d’aliments riches en eau, doivent être privilégiés en période de forte chaleur. Afin de varier l’apport en eau, des collations peuvent être distribuées régulièrement, accompagnées de jus de fruits ou d’eau aromatisée au sirop. Des soupes froides peuvent également leur être proposées.
  • Le rafraichissement des corps : les vêtements légers doivent être privilégiés. Pour rafraîchir les résidents, le personnel doit mettre à disposition et recourir à des brumisateurs et des linges humides appliqués sur le visage et les jambes des personnes âgées. Il est recommandé au personnel d’effectuer les toilettes à l’eau tiède.
  • L’aération des chambres le matin et la fermeture des volets en cas d’exposition de la pièce au soleil : il est recommandé d’aérer les chambres des résidents le matin afin de faire rentrer l’air frais. Les volets doivent être fermés en cas d’exposition de la pièce au soleil. Si besoin, des draps humides peuvent être installés aux fenêtres.
  • La sensibilisation des familles : le personnel ne doit pas hésiter à inviter les familles et les proches venant voir les résidents à s’assurer de leur bonne hydratation durant le temps de la visite.

Les mesures à mettre en place pour préserver le personnel des EHPAD en période de forte chaleur :

  • Organiser l’activité avec des aménagements d’horaires : le gestionnaire doit bien anticiper les modifications de l’organisation du travail, les plannings de congés et le renforcement des effectifs. Les horaires de travail doivent être adaptés. Il est également loisible de recourir aux heures supplémentaires. Les équipes peuvent être renforcées au besoin en recourant à des bénévoles.
  • L’adaptation des plannings : les activités de l’ensemble des agents peuvent être recentrées autour des tâches d’hydratation et de surveillance des signaux d’alerte de dégradation de l’état de santé des résidents.
  • Le renforcement des effectifs de nuit : en amont, la question des astreintes de nuit doit être traitée.
  • Limiter ou reporter les activités susceptibles d’avoir un effet délétère sur la santé du personnel : par exemple, le port de charge ou l’exposition au soleil aux heures les plus chaudes, en aménageant les postes de travail extérieurs.
  • Mettre de l’eau potable fraîche en quantité suffisante à disposition des agents.
  • Organiser des pauses supplémentaires.
  • Afficher les recommandations prévues au niveau du plan d’action : informer tous les agents des risques, des moyens de prévention, des signes et symptômes du coup de chaleur.
  • Vérifier la conformité de la ventilation des locaux à la réglementation, s’assurer d’une aération par ventilation.
  • Prévoir une surveillance des températures des lieux de travail.

L’agent est en droit d’alerter son employeur ou toute autre personne compétente en cas de mise en danger de sa santé ou de l’absence de prise des mesures obligatoires en cas de forte chaleur.

Le dispositif d’information et de prévention de Santé Publique France

Santé Publique France met en place un dispositif d’information et de prévention des risques liés aux fortes chaleurs ainsi qu’un numéro de collection INPES : Repères pour votre pratique intitulé « Risques sanitaires liés aux fortes chaleurs chez la personne âgée ». Ce dernier propose des mesures concrètes et des gestes simples à mettre en œuvre pour éviter les pathologies liées à la chaleur dont la plus grave est le coup de chaleur.

Le guide de l’UNCCAS

A l’attention des CCAS, des CIAS et plus généralement des acteurs sociaux des territoires, l’UNCCAS propose un guide à la fois théorique et pratique présentant les principaux dispositifs à connaître : veille, prévention, information, alerte, coordination...

Il vise à promouvoir leurs capacités à intervenir à la fois dans l’urgence mais aussi de manière pérenne et structurée, guidés en cela par un objectif de prévention et de maintien du lien social.

Cet outil est vendu au prix de 19 € sur le site de l’UNCCAS.

Retour en haut de page