J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Petits déjeuners à l’école : retour sur l’expérience britannique

Petits déjeuners à l'école : retour sur l'expérience britannique

La Gazette des Communes rappelait récemment que le projet de petits déjeuners à l’école débattu dans le cadre de la stratégie pauvreté s’inspirait directement du modèle des Magic Breakfasts déployé au Royaume-Uni. Contrairement au projet français, reposant sur un financement de l’Etat et un déploiement par chaque commune, ces « petits déjeuners magiques » d’Outre-Manche sont cependant portés par un acteur associatif et se fondent sur des conventionnements individuels avec les établissements, privés ou publics.

Proposés avant la classe à tous les enfants de l’établissement, les petits-déjeuners se veulent non-discriminants et répondent à un cahier des charges nutritionnel précis visant à éviter une alimentation trop grasse, trop sucrée ou trop salée. Ils peuvent être accompagnés d’animations pédagogiques, comme dans l’école Thorney Close de Sunderland (nord de l’Angleterre).

Sur le blog de cette école, Catherine Jones, principale, évoque d’autres avantages du modèle : réduire les retards et les conflits avant le début des cours, débuter ensemble la journée dans le calme, libérer du temps pour l’ensemble des familles, au-delà des plus précaires…

Du fait de leur fonctionnement associatif, les Magic Breakfasts reposent largement sur la générosité des donateurs. Encore absents du Pays de Galles ou de l’Irlande du Nord, ils ne couvrent pas la totalité du territoire. Le besoin lui, reste massif : l’association estime en effet que 1,8 millions d’enfants britanniques souffrent encore de la faim le matin.

Retour en haut de page