J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Nouveau Gouvernement et action sociale locale

Nouveau Gouvernement et action sociale locale

Depuis le 6 juillet, le Gouvernement placé sous l’autorité du Premier ministre Jean Castex, compte 31 membres. Parmi eux, on retiendra notamment la reconduction d’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé mais aussi l’arrivée à ses côtés, en tant que ministre déléguée en charge de l’autonomie, de Brigitte Bourguignon. L’ancienne présidente de la commission des affaires sociales à l’Assemblée nationale s’est vue confiée entre autres la mission de créer cette fameuse cinquième branche de la sécurité sociale, qui selon elle constitue « plus qu’une réforme, il s’agit d’ajouter une nouvelle dimension à notre pacte social et républicain ». L’enjeu est donc de taille.

Au regard des conséquences économiques de la crise auxquelles les CCAS/CIAS seront immanquablement confrontés sur leurs territoires, la mission de « relance » confiée à Bruno Le Maire, par ailleurs ministre de l’économie et des finances, fera l’objet de toutes les attentions. De même que la nomination de Brigitte Klinkert, ministre déléguée en charge de l’Insertion auprès d’Elisabeth Borne, ministre du travail et de l’emploi. Une nomination à suivre notamment dans le contexte de la poursuite des travaux de la stratégie de lutte contre la pauvreté que la désormais ex présidente du conseil départemental du Haut-Rhin n’avait certainement pas manqué de suivre jusque-là.

A l’heure où le thème de la déconcentration de l’Etat reste plus que jamais d’actualité et tandis que les échanges avec les collectivités locales se sont révélées cruciaux pendant le confinement, on retiendra qu’au-delà de la nomination de Gérald Darmanin à l’Intérieur, Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales est maintenue dans ses fonctions. A ses côtés, Nadia Hai, jusqu’ici députée des Yvelines et membre du groupe d’études villes et banlieues, devient ministre déléguée en charge de la Ville. Sans oublier, Amélie de Montchalin, ministre de la transformation et de la fonction publique, et dont l’action devrait s’inscrire dans le prolongement des mesures engagées ces deniers mois et censées « remettre l’usager au centre du service public et permettre de renforcer la confiance avec l’administration ».

Dans le contexte du taux d’abstention record aux dernières élections municipales - que l’on ne saurait imputer intégralement à la crise sanitaire –on notera également les intitulés des postes de Marc Fesneau, ministre délégué auprès du Premier ministre, en charge des Relations avec le Parlement mais aussi – et c’est nouveau - de la « participation citoyenne », tandis que Marlène Schiappa devient quant à elle ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, en charge de la « Citoyenneté ».

En outre, au-delà des commentaires liés à la prise en compte de la dimension écologique au travers de la nomination de Barbara Pompili au poste de ministre de la transition écologique, on notera cette nouveauté qu’est la présence à ses côtés d’Emmanuelle Wargon, désormais ministre déléguée en charge du logement. Ou comment le dossier de la lutte contre la précarité énergétique pourrait être abordé sous un angle nouveau.

Enfin, nos adhérents ultra-marins auront repéré que Sébastien Lecornu devient ministre des Outre-mer.

Reste à savoir qui seront les Secrétaires d’Etat dont la nomination est attendue prochainement...

Retour en haut de page