J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience


NOE : Nouvel Objectif Emploi – Booste ton projet

NOE : Nouvel Objectif Emploi – Booste ton projet

Le projet « Nouvel Objectif Emploi » est un programme d’accompagnement renforcé vers l’emploi et/ou l’alternance et/ou la formation qualifiante intégrant une approche globale de l’insertion du jeune : dimension sociale et professionnelle, conformément à la palette de compétences et de métiers développés par le CCAS de Carvin.

Principaux objectifs

  • Repérer le public jeune le plus éloigné de l’emploi, dans une approche différente consistant à aller vers les publics sur leur lieu habituel de vie, au domicile, sur les city-stades et à des horaires atypiques
  • Proposer un accompagnement global, mobilisant toutes les compétences du CCAS et des partenaires, un regard multiple sur la situation de la personne afin d’assurer un relais pertinent vers une étape adaptée du parcours
  • Adapter l’accompagnement - parcours cousu main, souple - et proposer des actions de redynamisation permettant au jeune de reprendre confiance en lui, de tester sa résistance physique, de développer la cohésion d’équipe
  • Maintenir le lien avec la famille : intervention dans le milieu familial, médiation, adhésion du jeune et des parents au parcours d’accompagnement, valorisation des compétences informelles activées dans l’environnement familial
  • Définir, tester et valider un projet professionnel
  • Reconnecter le jeune avec les institutions présentes et le réseau de partenaires sociaux du territoire afin de lui redonner une place
  • Faire vivre et développer un réseau d’entreprises bienveillantes sensibilisées à la problématique de ces jeunes, favorisant la reconnexion du jeune et du monde professionnel et offrant des perspectives d’intégration sur le marché du travail (visites d’entreprise, rencontres employeurs, opportunités d’emploi…)

Public(s) Ciblé(s) par l'action

Jeunes ni étudiants, ni employés, ni stagiaires (NEET) âgés de 16 à 25 ans, non suivis par les services publics de l’emploi et rencontrant des freins à leur insertion professionnelle (absence de qualification, absence de projet, problèmes d’addictions….).

Ces profils très variés se croisent sur certains points :

  • Décrocheurs scolaires et en incapacité de se projeter et d’imaginer un avenir
  • Cumul de freins multidimensionnels repérés à l’issue d’un diagnostic systémique
  • Faible niveau de qualification voire absence de qualification et maîtrise des savoirs de base parcellaire
  • Absence de mobilité (physique et psychologique)
  • Jeunes en voie de marginalisation et d’isolement (ce qui pose une réelle difficulté de repérage et impose un accompagnement pluridisciplinaire original et multi partenarial)
  • Manque de confiance en soi, conjuguée à une méconnaissance du monde du travail, perçu sans réalité précise et lors d’une intégration en formation ou à l’emploi
  • Fragilité manifeste qui est à l’origine de rupture dans le parcours de réussite
  • Absence de savoirs-être des jeunes
  • Incivilités ou suivis judiciaires pour certains

Contexte

Carvin est une commune de 17 512 habitants située dans le département du Pas-de-Calais, au cœur de l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais.

Carvin compte 2014 jeunes de 15 à 24 ans, soit 11,9 % de la population totale. Parmi ces derniers, 1181 sont scolarisés, soit 58,6%. 904 jeunes de 15-24 ans sont actifs (en emploi ou au chômage), soit 44.9 % des 15-24 ans. 549 (27,2%) sont actifs occupés et 355 actifs non occupés soit 39,2%.

L’analyse des besoins sociaux réalisée en 2016 confirme les données suivantes :

  • A Carvin, on constate un faible taux d’emploi chez les jeunes de 15-24 ans. Seulement 26% d’entre eux sont en emploi alors que l’on vérifie que très peu d’entre eux poursuivent des études supérieures. On constate un arrêt précoce de la scolarité et des difficultés à entrer sur le marché du travail.
  • Les jeunes de Carvin ont un niveau de qualification plus bas que la moyenne nationale. Ils sont environ 190 (soit 27% des 20-24 non scolarisés) à n’avoir aucun diplôme supérieur au Brevet National des Collèges.

De par son expérience de plus de 10 ans en matière d’insertion socioprofessionnelle des publics jeunes en fragilité, le CCAS de Carvin pose un triple constat :

  • Le gisement de NEET se renouvelle.
  • La volonté de travailler : l’orientation professionnelle des 16/25 ans décrochés du système scolaire et encore plus particulièrement en ce qui concerne les 16/18 ans qui ont quitté l’école sans qualification est manifeste. Ils sont peu enclins à reprendre un cycle de formation et/ou d’accompagnement.
  • Le besoin de lever les nombreux freins particulièrement sociaux, que cumulent les jeunes NEET du territoire, avant d’envisager leur insertion sociale et professionnelle.

Les jeunes les plus éloignés de l’emploi se caractérisent pour beaucoup par la méconnaissance voire le rejet des « institutions » et par le recours privilégié au système de la « débrouille ».

Description / Fonctionnement de l'action

Un CCAS, par sa proximité avec les usagers et par la diversité de ses champs d’action, a toutes les compétences pour :

  • recueillir les préoccupations et les attentes des usagers,
  • leur permettre d’accéder à un accompagnement global (santé, logement, ressources, administratif...) afin de répondre à leur projet de vie
  • leur donner les moyens d’accès à leur autonomie et des perspectives durables.

Il s’agit d’un programme qui se veut avant tout adapté et proche du public ciblé ; le CCAS propose pour cela de mettre en place des parcours de 6 mois en prenant en compte les caractéristiques de chaque jeune dans une logique d’entrées et de sorties permanentes. Individualisation et souplesse seront les mots clés de l’accompagnement.

NOE, c’est permettre au jeune de découvrir tous les acteurs mobilisables pour la réussite de ses projets dans le cadre d’un accompagnement systémique phasé.

  • Offrir à tous les jeunes en difficulté d’insertion sociale et professionnelle et sans suivi, un accompagnement global, souple et adapté en assurant un coaching personnalisé.
  • L’utilisation des outils numériques et réseaux sociaux, pour diversifier les modalités de repérage et l’entrée en dialogue avec les jeunes, s’avère pertinente.
  • La dimension de « raccrochage » et de sécurisation du parcours est un facteur clef de succès de la stratégie de repérage et de mobilisation.

Il s’agit non seulement de renouer le contact avec les acteurs du territoire et de favoriser une remobilisation, mais aussi d’assurer à l’issue de cette phase le relais vers une étape adaptée au parcours en construction.

Action 1 – Du repérage précoce à la contractualisation de l’engagement d’accompagnement

  • Aller-vers : repérage hors les murs et travail en collaboration avec les différents partenaires pour détecter le public, effectué par le coach en insertion,
  • Gagner la confiance des jeunes accompagnés pour qu’ils s’engagent dans un parcours d’accompagnement
  • Etablir un diagnostic complet de leur situation pour en dégager un plan d’actions et contractualiser un engagement réciproque

Action 2 – Redynamisation, lever les freins

  • Proposer des actions individuelles ou collectives sportives ou culturelles visant à acquérir des savoirs-être et l’esprit d’équipe et de collaboration indispensable en entreprise
  • Lever les freins à leur insertion (mobilité, maîtrise de l’outil informatique, conciliation vie professionnelle et vie familiale, santé...)
  • Proposer des ateliers et mettre en avant leurs talents pour que chacun reprenne confiance en lui.

Action 3 – Définition d’un projet professionnel et validation

  • Offrir aux jeunes NEET la possibilité de découvrir le monde du travail, de définir un projet professionnel
  • Valider via des visites d’entreprises, des contacts employeurs et des immersions

Action 4 - Positionnement en emploi ou formation et sécurisation du parcours

  • Repérer et sensibiliser un réseau d’entreprises bienveillantes s’engageant dans le parcours des jeunes
  • Positionner chaque jeune accompagné, en formation, en alternance, en emploi à travers un coaching individualisé opéré par l’OISP Référent de parcours et le Chargé de relations entreprises,
  • Sécurisation des parcours pour que la solution trouvée, que ce soit en formation ou en emploi, perdure.

Les intervenants

Actions 1 et 2 : Coach en insertion pour le repérage et la redynamisation des publics.
Action 3 : Conseillère en insertion socioprofessionnelle pour la construction et la validation du projet professionnel
Action 4 : Chargé de relations entreprises et conseillère en insertion socioprofessionnel pour les PMSMP, pour le repérage des entreprises bienveillantes et pour les positionnements Emploi/Formation

Bilan

Objectifs quantitatifs obtenus sur 3 ans :

ObjectifRéalisation
Repérage 300 330
Suivi 160 162
  • 66% des jeunes accompagnés sortent du dispositif avec une solution
  • 30% en contrat de travail (intérim, CCD, CDI),
  • 13% en formation (formation qualifiante, alternance, reprise d’étude...),
  • 23% en dispositif d’accompagnement (FIJ/Epide/Mobilité Européenne/Service civique),
  • + 60 participants ont effectué pendant leur accompagnement NOE un CDD court ou une mission intérimaire (premier emploi pour la plupart).

Le dispositif a fonctionné car :

  • 66 % des jeunes NEET ont trouvé une solution positive,
  • Consolidation de la relation avec les partenaires (mise en place de réunions interservices, lien étroit pour le suivi des parcours de jeunes avec la Mission Locale et le Pole Emploi, facilitation dans les démarches administratives),
  • Rapprochement avec le monde de l’entreprise (sensibiliser les employeurs à ces profils de poste atypiques porteurs de potentiels, opportunités de visite d’entreprises),
  • Partage d’expériences entre partenaires entreprises et jeunes lors de mises à l’honneur effectuées en fin d’année,
  • Ce sont les jeunes qui envoient d’autres jeunes vers le dispositif d’accompagnement.

Le projet NOE a été redéposé dans le cadre du financement FSE-IEJ.
Nous avons fait évoluer le contenu en fonction des problématiques rencontrées par les publics. Nous ciblons plus particulièrement les 16/18 ans sans projet, non accompagnés.

En amont à l’action NOE, le CCAS s’est doté d’une nouvelle compétence par le recrutement d’un éducateur social, non financé dans le cadre du projet NOE, dont les missions sont d’aller au contact des jeunes et adultes sur des horaires atypiques (horaires en soirée et week-end principalement) et ciblant des jeunes encore plus éloignés d’un parcours d’insertion professionnelle.

Moyens

Moyens humains

2.5 ETP :

  • Coach en Insertion Socioprofessionnelle (1 ETP)
  • Conseillère en Insertion Socioprofessionnelle (0.8 ETP)
  • Chargé de Relations Entreprises (0.7 ETP)

Moyens materiels

  • Un lieu identifié en accueil permanent
  • 2 bureaux
  • 2 téléphones portables
  • Matériels informatiques

Coût total du projet

128 660 €

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Repérage des publics :

  • L’éducateur de rue de la Ville de Carvin
  • La PSAD – Plateforme de Soutien et d’Appui aux Décrocheurs
  • Les services publics de l’emploi, Pôle Emploi, la mission locale

La levée des freins périphériques :

  • Les services du CCAS et les différents services de la ville (jeunesse, culture, service des sports…)
  • La MDS - Maison Des Solidarités
  • Le club de prévention

La découverte de l’entreprise, les immersions et les positionnements emploi :

  • Les entreprises de travail intérimaires
  • Les entreprises d’insertion par l’activité économique
  • La plateforme proch’ emploi
  • Les entreprises du territoire

Ils financent l'action

Ce projet est financé par le FSE-IEJ, à hauteur de 91,89 %.

Les outils de communication sur l'action

Reportages sur le dispositif effectué par ILTV

Les outils pour évaluer l'action

Les observations du CCAS/CIAS

Cette action vise à repérer et à accrocher les jeunes les plus éloignés. De fait, un bon nombre de jeunes ne sont plus identifiés par les services publics de l’emploi et sont en grande difficulté. Leur situation déjà précaire se détériore, l’accès au premier emploi est difficile pour ces jeunes non qualifiés.

Le constat fait sur notre territoire par rapport à ce public en difficulté et en voie de précarisation est sensiblement identique sur l’ensemble du territoire national, d’où l’intérêt de développer ce type d’action qui répond à une réalité sociale complexe et non prise en compte actuellement.

  • Favoriser l’alliance de travail avec les partenaires du territoire et avoir la capacité d’analyser ensemble la situation individuelle du jeune (du repérage à la solution)
  • La notion d’ « aller vers » est primordiale dans la prise en compte du jeune et de ses difficultés périphériques, il s’agit de remobiliser le jeune en s’adaptant à son environnement et ses habitudes et non pas en le laissant venir vers nous. L’accroche du jeune va prendre différentes formes en fonction des spécificités de celui-ci et nous nous adaptons à chacun afin de mettre en place une relation d’écoute sur mesure
  • Proposer un accompagnement souple et adapté (un lieu identifié, avec et sans rendez-vous, moyens de communication les plus utilisés par les 16/25, Facebook, snapchat, équipe pluri disciplinaires)
  • Evaluer la situation du jeune de manière systémique via le diagnostic socio-professionnel afin d’anticiper les problématiques pouvant freiner le parcours d’insertion
  • Mobiliser l’entourage du jeune et Favoriser la reconnexion avec la cellule familiale (PPR)
  • Mettre en place des actions de remobilisation à travers des activités culturelles, ludiques, sportives prétextes à la levée des freins et au repérage des potentiels  ; le coach en insertion décèle et évalue les évolutions des compétences et savoirs-être transférables dans le milieu professionnel
  • Co-construire le parcours avec le jeune en respectant la notion d’ « empowerment » (Pouvoir d’agir) ; valoriser et maintenir une démarche positive en proposant des choix multiples d’actions et amener le jeune à « essayer », sortir de sa zone de confort avec pour objectif d’acquérir de l’autonomie dans ses démarches,
  • Mettre au cœur du projet, les acteurs du monde économique en les mobilisant tout au long de l’action (rencontre employeur, visite d’entreprises, immersion, sécurisation des parcours d’intégration…). Le rôle du chargé de relation entreprise permet de reconnecter ces jeunes en voie de renoncement à une perspective plus positive d’intégration dans le monde de l’entreprise. Un suivi sur site nous permettra d’établir un lien avec le jeune et son tuteur et d’anticiper toutes difficultés d’ordre administratives, sociales ou d’intégration.

Le projet a été présenté à son démarrage aux différents acteurs du territoire, les documents de liaison ont été créés. Des rencontres ont été organisées tout au long du dispositif.

Photo : Wikimedia Commons / Jérémy Jännick

Retour en haut de page