J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Mise en place du dispositif TIG

Mise en place du dispositif TIG

Contexte

La Ville de Provins a été la première commune de Seine et Marne à signer, en 1984, une convention avec le service pénitentiaire et de probation de Seine et Marne (SPIP) pour mettre en place le travail d’intérêt général, mais avait abandonné le dispositif. Cependant, l’action est relancée sur la commune depuis septembre 2004.

Description / Fonctionnement de l'action

Suite à la mise en place du dispositif travail d’intérêt général et la sollicitation du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) du département auprès du CCAS en septembre 2003, le CCAS s’est engagé à accueillir, chaque année, dans différents services municipaux, en moyenne cinq « tigistes » condamnés à des peines mineures. Les élus et les chefs de service se sont ainsi concertés afin de mettre en place efficacement cet accueil.

Le rôle du CCAS consiste à assurer la relation et la médiation entre le SPIP et les chefs de service, à planifier des missions en fonction du profil des candidats, à être garant de la bonne éxécution de la mission, du suivi de la personne et à être médiateur en cas de problème. Le CCAS s’est attaché aux principes de réparation, de prévention et de réinsertion. Pour ce faire, un poste polyvalent de référent a été créé, il est occupé par un agent volontaire du CCAS.

Les TIG concernent des personnes responsables de délits mineurs. Elles sont tenues d’accomplir cette mission de réparation sur une durée variant de 40 à 140 heures. Ainsi, après réflexion, le CCAS a proposé d’associer plusieurs services de la commune (services des sports, des parcs et jardins, des fêtes et cérémonies) afin de diversifier les missions.

Bilan

Le bilan est positif : le CCAS se donne les moyens d’avoir des bilans satisfaisants durant la période d’accueil des candidats. Des points réguliers sont effectués avec le tuteur et le SPIP afin de rendre compte de la motivation, de la ponctualité, de l’assiduité et du travail effectué.
L’expérience permet aux tigistes d’avoir un pied dans le monde du travail et de repartir sur de bonnes bases.
Il est à noter que pour les cinq candidats accueillis, le relationnel a été positif avec le personnel avec lequel ils ont été en collaboration.

Moyens

Moyens humains :
- 1 agent du CCAS, responsable du TIG pour faire le lien entre le SPIP et les services,
- encadrement des chefs de service auprès des personnes accueillies,
- acccompagnement des tigistes par des tuteurs pour les tâches qui leur sont confiées.

Budget :
Le temps consacré à l’encadrement de tigistes par le personnel municipal est pris en charge par la Ville. Les contrats (réunions et bilans d’évaluation) entre les services municipaux, le CCAS et le SPIP sont effectués durant le temps de travail des agents.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

La commune (services des sports, espace verts, services fêtes et cérémonies), la police municipale, le SPIP de Melun.

Ils financent l'action

Aucun.

Les observations du CCAS/CIAS

Le dispositif d’accueil des tigistes consiste à étudier le profil du candidat, ses compétences, ses projets professionnels et à lui adapter un stage innovant et motivant qui l’encourage à effectuer ses missions dans de bonnes conditions.

Le dispositif permet également de sensibiliser les chefs de service au rôle éducatif qu’ils ont à jouer : accueillir le « tigiste » comme un stagiaire motivé et non comme un petit délinquant qui doit purger une peine, ne pas avoir d’a priori. Au-delà de l’éxécution d’une peine, la mise en place de TIG est ainsi perçue comme une main tendue.

Pour le candidat, cela doit permettre de provoquer des prises de conscience, d’ouvrir et de faire connaître le fonctionnement des collectivtiés, de prévenir les récidives et pourquoi pas susciter des vocations. La démarche est une réussite dans la mesure où elle s’articule en partenariat avec les différents services municipaux et non un seul service, ce qui évite la démobilisation et l’épuisement des chefs de services.

Photo : Wikimedia Commons / Wikinade

Retour en haut de page