J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

M’ ton corps, programme santé alimentation et activité physique

M' ton corps, programme santé alimentation et activité physique

Contexte

Depuis 2003, le service de restauration scolaire municipal de Saint-André-Lez-Lille a constaté une amélioration du comportement alimentaire des enfants et une sensibilisation des familles suite aux actions réalisées auprès de ce public.
Le CCAS, via son service de restauration à domicile ou en foyers restaurants, a constaté que le repas proposé aux aînés est souvent la seule prise alimentaire équilibrée de la journée. Une enquête réalisée auprès des seniors a montré que nombre d’entre eux négligeaient leur alimentation par manque d’envie de cuisiner ou par manque d’autonomie pour le faire.
D’autre part, le CCAS a pu observer que les personnes en situation de précarité ne sont souvent pas en mesure de mettre la priorité sur l’équilibre alimentaire.
La municipalité, via le CCAS, a donc entamé une véritable politique de prévention santé en s’engageant sur le terrain de l’alimentation et de l’activité physique.

Les objectifs déterminés suite à plusieurs réunions avec les partenaires de terrain sont les suivants :
- développer une action de prévention et d’éducation à la santé pour acquérir les bases d’une bonne hygiène de vie,
- présenter des comportements adaptés,
- induire des réflexes et automatismes sains,
- corriger des habitudes néfastes au bien-être,
- encourager la pratique d’une activité physique adaptée.

Un programme a donc été établi, adapté à trois publics très différents (les enfants et leurs familles, les seniors et les personnes en situation de précarité) mais aux problématiques proches en ce qui concerne le bien-être.

Description / Fonctionnement de l'action

Un questionnaire portant sur les comportements en matière d’alimentation, d’activité physique, d’hygiène de vie et sur les motivations, adapté à chaque public, a été distribué aux enfants par les enseignants des écoles, aux personnes en difficultés sociales par les partenaires qui travaillent à leur contact et aux aînés de la commune de plus de 70 ans.

Le public jeune :
Des activités sont proposées aux enfants pendant le temps scolaire : organisation de petits déjeuners, participation à la semaine du goût, découvertes sensorielles avec les fruits, parcours santé, pratique culinaire,...
Des recettes de cuisine sont remises aux enfants et à leurs familles, de même que des kits pédagogiques.

Le public senior :
Le mardi, jour de marché, est le moment privilégié choisi par le département seniors pour organiser des animations ciblées sur la santé dans les foyers restaurants. Les aînés sont invités à participer à l’élaboration des menus, la diététicienne expliquant alors les raisons du choix de certains aliments.
Des activités de gymnastique supervisées par un professeur d’éducation physique sont proposées tous les jeudis.

Pour ces deux publics, un journal interactif est réalisé chaque mois. Il reprend les conseils santé prodigués et les lecteurs peuvent poser des questions via une « boîte à questions ». Le thème est alors abordé dans un prochain numéro.

Le public en précarité :
Un séminaire est organisé tous les trimestres, au cours duquel est abordé le thème de la santé, en même temps que ceux de l’estime de soi, de l’esthétique, du bien-être. En s’appuyant sur les problématiques vécues par les personnes, une socio-esthéticienne, un diététicien et une psychologue présentent les fondamentaux de l’approche de la santé.
Le repas de midi, pris en commun avec l’ensemble des intervenants , est le moment privilégié pour aborder les habitudes alimentaires (bonnes ou mauvaises) et donner ds conseils adaptés.

Bilan

Les publics sensibilisés par cette action ont ainsi pu mettre au cœur de leurs priorités leur santé, leur bien être à la fois physique et mental.

L’apprentissage des enfants aux bonnes pratiques en matière d’alimentation relève d’une politique à portée préventive afin d’induire le plus tôt possible des réflexes et comportements sains en matière de santé. Cet apprentissage a un impact sur les parents, le journal d’information remis aux enfants en même temps que la grille des menus leur permet d’être sensibilisés.

Les actions entreprises auprès du public en difficulté permettent de créer un climat de confiance, de lui donner un statut différent que celui de demandeur d’aide.

En ce qui concerne les seniors, ils participent de plus en plus nombreux aux activités proposées montrant leur intérêt à participer activement à cette démarche de prévention.

Les difficultés résident dans la coordination d’actions dirigées vers des publics aux préoccupations différentes. Cela nécessite un investissement en temps, en moyens et en mobilisation des partenariats non négligeable.
Pour estomper cette difficulté, le CCAS s’est positionné comme terrain de stage pour de jeunes étudiants en fin de cycles scolaires qui, en se familiarisant avec le monde du travail, deviennent sources de propositions en exerçant un regard nouveau sur son action.

Moyens

Personnel du CCAS, service restauration scolaire de la Ville en particulier son diététicien, une psychologue et une socio-esthéticienne.

Budget 2007 : 59 000 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Conseil général, associations locales, INPES (fourniture de documentation).

Ils financent l'action

Groupement régional de santé publique du Nord-Pas-de-Calais.

Les observations du CCAS/CIAS

Par cette action de prévention santé, le CCAS sort du domaine classique de ses interventions. Cette démarche est une plus value pour l’équipe impliquée, plus value partagée par le public ciblé.
La thématique de l’alimentation et du bien-être touche tous les individus, quel que soit leur âge ou leur situation sociale, cela permet d’aborder plus facilement, par des moyens détournés, des problématiques généralement tues comme l’alcoolisme ou la malnutrition.

Au-delà des enfants, seniors et personnes en difficulté directement impliqués, leurs familles sont également touchées et sensibilisées à une démarche vers le bien-être et la santé.

Photo : Wikimedia Commons / Philippe Brizard

Retour en haut de page