J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Le nouveau rapport statistique du Secours Catholique est disponible

Le nouveau rapport statistique du Secours Catholique est disponible

Publié chaque année, le rapport sur la pauvreté du Secours Catholique – Caritas France permet de suivre l’évolution dans le temps des visages revêtus par la précarité. En 2018, le rapport se fonde sur l’observation de 72 000 situations parmi 1 347 500 personnes accueillies.

Profil général des personnes rencontrées

Le Secours Catholique dresse le profil des personnes rencontrées par ses bénévoles. Des similitudes émergent par rapport aux caractéristiques rencontrées par les CCAS/CIAS. Pour ne donner qu’un exemple, le Secours Catholique constate une vulnérabilité des jeunes familles monoparentales qui sont fortement représentées parmi les personnes accueillies : « les familles monoparentales restent le type de ménage le plus sensible à la pauvreté extrême : elles sont trois fois plus présentes dans les accueils que dans la population générale » (p.12). L’enquête Vivre de l’UNCCAS montrait quant à elle que 68% des CCAS/CIAS étaient sollicités fréquemment pour des aides par des familles monoparentales (p.24).

Le Secours Catholique observe chez les personnes qu’il rencontre une hausse de l’extrême pauvreté depuis 2016 (à l’inverse des taux de pauvreté sous les seuils de 60% et 50% du revenu médian, qui sont globalement stables). A noter que 20% des personnes accueillies sont sans aucunes ressources.

Le rapport souligne la précarisation des conditions de logement, avec une part croissante des personnes accueillies vivant en logement précaire : « si, en 2010, près de 22% des personnes rencontrées indiquaient vivre dans des hôtels, hébergements, abris de fortune ou chez des amis, elles représentent désormais près de 30% des personnes accompagnées par l’association » (p.42).

Une augmentation des situations de non-recours aux prestations sociales est également notée, aussi bien pour le RSA que pour les allocations familiales. Cette hausse représente un enjeu fort pour les CCAS/CIAS, services publics de proximité. L’enquête Vivre établissait en effet qu’après les demandes d’aides financières ou en nature, les motifs de sollicitation des CCAS/CIAS les plus fréquents étaient liés à la complexité administrative de l’accès aux droits (demande d’accompagnement des usagers dans leurs démarches et dans des situations de rupture ou d’attente de droits). Les personnes accueillies par le Secours Catholique expriment quant à elles en priorité des besoins liés à l’écoute, le conseil, l’accueil (61% des cas) et l’alimentation (52%).

Zoom thématique sur les personnes migrantes

En complément du profil général des ménages accueillis par ses bénévoles, le Secours Catholique a choisi cette année de réaliser une analyse thématique approfondie sur la situation des migrants et leur accès aux droits.

Les étrangers représentent 44% des personnes rencontrées par les bénévoles du Secours Catholique, une proportion qui croît depuis plusieurs années, tandis que leur part n’augmente que faiblement dans la population française globale (7,1% en 2018). Le Secours Catholique livre l’analyse suivante de ce phénomène : « c’est donc bien l’extrême vulnérabilité de leur statut légal et socio-économique et parfois l’absence de ressources et de droits reconnus (ou leur non-connaissance) qui expliquent leur surreprésentation dans les accueils du Secours Catholique » (p.15).

Retour en haut de page