J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Le libre service de solidarité

Le libre service de solidarité

Contexte

Malgré la reprise économique très sensible dans la région, la précarité reste d’actualité. La situation de non-emploi, de délai de carence pour l’accès aux droits, de minima sociaux, ajoutés aux situations de rupture nécessitent deux types d’intervention : l’urgence sous forme de colis alimentaires, aides financières, bons d’achats et l’accompagnement social visant l’accès aux droits, l’augmentation des ressources, une meilleure gestion du budget.

Description / Fonctionnement de l'action

L’accès au libre service de la solidarité est réservé à une vingtaine de ménages pour lesquels une aide alimentaire ciblée pendant une durée déterminée permet une amélioration durable de leur situation. Les activités collectives peuvent être élargies à l’accueil de publics non bénéficiaires de l’aide alimentaire sous réserve de place disponible. Le libre service de la solidarité a pour objectif passer de l’aide alimentaire, simple forme d’assistance, au libre service de la solidarité, lieu d’accueil, d’échanges, de soutien et d’aide éducative.

Depuis plusieurs années, ce libre service de la solidarité regroupe six communes : Meythet, Metz-Tessy, Argonay, Epagny, Pringy et Nonglard (depuis 2010) qui ont décidé de créer une épicerie sociale permettant de favoriser un égal accès à l’aide alimentaire pour les habitants de ces six communes, de les aider à résoudre les problèmes budgétaires, de faciliter les échanges d’informations et de conseils, de faciliter le lien social, de créer une culture d’échanges. Les permanences de vente des produits alimentaires et les actions collectives se tiennent tous les jeudis après-midi.
A noter que le libre service solidarité se dénomme, depuis 2005 « Soleil et saveur ».

Bilan

Le bilan est positif. Dans le contexte socio-économique actuel, l’aide alimentaire reste nécessaire mais l’accompagnement individualisé et les actions collectives sont devenus primordiaux pour les bénéficiaires. L’adhésion à Soleil et Saveurs permet le maintien du lien social et est, pour un bon nombre d’entre eux, un tremplin. Depuis son ouverture, de nombreuses personnes ont réussi une réinsertion professionnelle.

Moyens

Moyens humains :
Le Secours Populaire assure la coordination matérielle de l’action, l’accueil des usagers, les travailleurs sociaux (conseil général) sont chargés de l’étude et de l’orientation du public, la conseillère ESF de la CAF anime les actions collectives.
Le CCAS a un rôle de coordinateur pour cette action. Il est également membre de la commission d’attribution avec le conseil général 74 et la CAF.

Moyens financiers :
Aide financière annuelle des six communes concernées au prorata de la population de chacune.
Participation du conseil général en fonctionnement de 6 500 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Commune de Meythet, CCAS d’Argonay, d’Epagny, de Pringy, de Metz-Tessy, de Meythet, la CAF, le conseil général, le Secours Populaire.
Equipe de bénévoles pour les actions collectives, bibliothèque, centre culturel du Rabelais, association du centre social Victor Hugo.

Ils financent l'action

Pour 2009 :
Argonay : 1537,14 euros, Epagny : 2633,88 euros, Metz Tessy : 1633,74 euros, Pringy : 2130,97 euros, Meythet : 6270,73 euros, conseil général 74 : 6 500 euros, CAF : 450 euros pour une animation inter-gaf menée par les bénéficiaires de Soleil et Saveurs.

Les observations du CCAS/CIAS

La réussite de cette action consiste principalement dans le fait d’avoir pu fédérer plusieurs communes et partenaires (CAF, conseil général, associations) autour de personnes en difficulté. Des petites communes situées en périphérie d’une commune centre (Annecy) ont su mettre en place une action collective répondant aux besoins de leur population en leur donnant accès à des produits alimentaires, et en leur permettant de renouer avec la société environnante à travers des actions collectives, avec échanges de savoirs, accès à la culture, connaissance et acceptation de l’autre.

Photo : Wikimedia Commons / Florian Pépellin

Retour en haut de page