J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Le courrier du cœur

Le courrier du cœur

Dès le 17 mars et l’annonce du confinement, l’enjeu de maintenir le lien social pour les personnes âgées confinées en résidences autonomie est apparu crucial pour le CCAS de Créteil. Ainsi, une réflexion a été menée autour d’un projet de correspondance entre des élèves de CM2 de l’école primaire Paul Eluard à Vitry-Sur-Seine, eux-mêmes confinés, et des personnes âgées de la résidence autonomie Joseph Franceschi, à Créteil. 21 élèves se sont mobilisés pour rédiger des courriers à destination de 21 résidents qu’ils ne connaissaient pas. La proximité entre un professeur des écoles et la directrice de cette résidence a permis d’engager cette démarche intergénérationnelle.

Principaux objectifs

  • Rompre l’isolement des personnes âgées durant le confinement à travers un travail de production écrite
  • Sensibiliser les enfants à la question de l’isolement des personnes âgées
  • Faire rencontrer virtuellement, dans un premier temps, deux publics dans un contexte exceptionnel
  • Créer des liens intergénérationnels qui pourraient s’affiner dans le temps
  • Tisser des liens institutionnels et travailler avec de nouveaux partenaires

Contexte

L’action est née d’un échange entre la directrice de la résidence autonomie et son conjoint, professeur des écoles dans une classe de CM2 de la ville de Vitry-Sur-Seine. Une envie commune a émergé : rompre l’isolement des résidents à travers un travail d’écriture produit par les élèves sur la base du volontariat. En ces temps difficiles, la directrice a souhaité donner du baume au cœur à ses résidents particulièrement isolés, à travers la rédaction d’un courrier porteur de sens.

Description / Fonctionnement de l'action

Cadrage de l’action

La directrice et son assistant administratif ont réalisé un sondage auprès des résidents afin de connaître leurs besoins. Le projet n’a pas été dévoilé aux résidents pour conserver un effet de surprise.

Parallèlement, le professeur des écoles a rédigé les consignes de travail et a souhaité mobilisé ses élèves sur la base du volontariat, sans contrainte.

Envoi des consignes aux élèves

Le projet a été présenté aux élèves ainsi qu’à leurs parents par e-mail et par téléphone.

Il a été demandé à chaque élève de rédiger un courrier ou un petit mot à une personne âgée de la Résidence Franceschi (10 à 15 lignes ou plus s’il le souhaitait).

La lettre avait vocation à délivrer un message d’amour et de réconfort. Pour cela, il a été demandé à l’élève d’adopter un ton joyeux et optimiste.

Pour les aider dans la rédaction, les idées suivantes ont été données dans les consignes de travail :

  • Se présenter, présenter sa famille (avec les prénoms),
  • Dire ce qu’il aime, ce qu’il aime moins ou déteste,
  • Expliquer comment il occupe son temps durant le confinement,
  • Raconter une histoire ou une anecdote drôle qu’il a vécu,
  • Poser des questions pour mieux connaître la personne à laquelle il écrit,
  • Dire un mot d’encouragement pour donner le moral et le sourire.

L’élève n’était pas contraint de suivre toutes ces idées. La lettre était avant tout personnelle, elle lui appartenait, c’était à l’élève de choisir ce qu’il voulait finalement y écrire. Un document avec le détail des consignes a été adressé aux élèves ainsi qu’un courrier que le professeur a lui-même écrit à une de ces personnes âgées.

Afin de rendre le courrier plus personnel, il a été proposé aux élèves de joindre au texte une image ou une photo (soit de l’élève lui-même, soit qui représente un paysage ou un sujet qui lui tient à cœur).

Distribution des courriers aux résidents

21 courriers ont été reçus, imprimés et répartis dans des enveloppes. Pour personnaliser le courrier, sur chaque enveloppe, le nom de l’élève a été inscrit, accompagné d’une citation de Paul Éluard.

Pour rendre l’exercice plus ludique et laisser le hasard faire son œuvre, il a été convenu de distribuer les courriers par tirage au sort.

Ainsi, pour garder l’effet surprise et parce que le contexte du confinement le permettait, la directrice, son assistant et le professeur des écoles se sont organisés sur une demie journée pour distribuer les courriers. La distribution des courriers s’est déroulée en respectant les gestes barrières (port du masque, utilisation de gel hydroalcoolique…).

Chaque sourire à la découverte du courrier a été immortalisé par une photo souvenir. Un montage a été ensuite réalisé et projeté dans le hall de la résidence.

Courriers de réponse des résidents aux élèves

Les résidents qui le souhaitaient pouvaient envoyer un courrier de réponse à l’élève. Tous les résidents ont joué le jeu et les lettres réponse ont été scannées aux élèves.

Suite du projet

Certaines correspondances ont été entretenues, approfondis parfois par des échanges téléphoniques et même des rencontres physiques lorsque le contexte le permettait.

Cette démarche a vu la genèse de réels liens qui s’entretiennent au-delà de la période de confinement.

Bilan

Eléments chiffrés

  • 21 enfants impliqués
  • 21 résidents
  • Des correspondances régulières même au-delà de la période de confinement

Apports de la démarche

Au-delà de la joie des résidents de recevoir des courriers d’enfants inconnus qui pensent à eux, cette démarche a généré une réelle dynamique. Par exemple : une résidente a reçu un courrier avec une photo du pays dont l’enfant était originaire. Cette photo a donné envie à la résidente envie de se replonger dans les voyages qu’elle avait entrepris et en a fait le récit à l’élève.

Il apparaît que l’action a eu un réel impact positif sur les résidents.

Les perspectives/suites

  • Promouvoir les liens intergénérationnels dans la société à un échelon local
  • Approfondir le partenariat en allant plus loin (démarche déjà enclenchée à travers des rencontres individuelles, échanges téléphoniques…)

Moyens

Moyens humains

  • Une directrice de résidence autonomie
  • Un professeur des écoles
  • Un assistant de direction

Moyens materiels

  • Masques
  • Gel hydro alcoolique (individuel et collectif)
  • Gants

Coût total du projet

Frais liés à l’impression en couleur des courriers et à l’achat des enveloppes.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

L’éducation nationale, plus spécifiquement l’école primaire Paul Eluard B à Vitry-Sur-Seine.

Les outils pour évaluer l'action

  • Sondage auprès des résidents, des familles et des intervenants : entretiens individuels
  • Retours spontanés de ces derniers qui étaient ravis de ces correspondances

Les observations du CCAS/CIAS

L’opportunité de cette proximité entre la directrice et le professeur des écoles a permis la genèse du projet.

Cette action peut être aisément menée dans d’autres collectivités. Il suffit pour se faire de prendre contact avec les établissements scolaires de proximité (primaire, collège...) qui sont très souvent intéressées par ce type de partenariat générateur de sens.

L’envie de créer du lien entre les différentes générations et de tisser des liens avec les partenaires extérieurs est nécessaire dans la mise en œuvre de ce type d’action.

L’adhésion au projet des différents publics avec le soutien des parents est essentielle à la bonne réussite de celui-ci.

Photos : CCAS de Créteil, sauf vue de la ville (Wikimedia Commons / Suaudeau)

Retour en haut de page