J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

La perte d’autonomie des personnes âgées à domicile : quelles disparités entre les départements ?

Etude Drees

La perte d'autonomie des personnes âgées à domicile : quelles disparités (...)

Les collectivités locales ont en charge l’aide et l’action sociales en direction des personnes âgées en perte d’autonomie. Ces politiques peuvent influencer l’offre et la demande d’aide à destination des personnes âgées. En effet, les départements orientant leur politique gérontologique vers le domicile peuvent induire un besoin plus important à domicile découlant d’un moindre recours à l’institutionnalisation.

Pour la première fois, une enquête nationale de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) entend brosser le portrait de la population des personnes de 60 ans et plus vivant à domicile, et notamment leurs conditions de santé et d’autonomie, département par département.

Des territoires inégalement marqués par la perte d’autonomie à domicile

La prévalence de la perte d’autonomie à domicile est plus faible dans les régions Bretagne, Pays de la Loire, Centre-Val de Loire et Île-de-France. Elle s’accompagne d’un faible recours à l’aide professionnelle et de l’entourage.

Une prévalence des limitations d’activités générales (GALI) à domicile est plus élevée en Guadeloupe. Les départements situés au Nord de la France, certains départements situés à l’Est, une majorité des départements du Centre, des départements d’outre-mer et quelques départements du Sud présentent une prévalence départementale supérieure à la prévalence moyenne. A l’opposé, la Seine-et-Marne, le Morbihan, l’Ille-et-Vilaine et l’Essonne connaissent une prévalence significativement plus faible que la prévalence nationale.

A l’opposé de la Guadeloupe, le Morbihan est le département au sein duquel le risque de déclarer des difficultés pour se laver à domicile est le plus faible.

L’Ariège est le département où les individus de 75 ans ou plus vivant à domicile cumulent plus souvent au moins deux limitations fonctionnelles, de par la forte prévalence des limitations sensorielles sur ce territoire.

A domicile, la Réunion est le département le plus touché par les limitations dans les fonctions physiques. Le risque d’avoir des limitations physiques est le plus élevé pour les départements situés au Nord de la France, pour certains situés plutôt à l’Est, pour une majorité du centre, pour les départements d’outre-mer et pour quelques départements du Sud.

Le centre de la France est plus touché par les limitations fonctionnelles sensorielles à domicile.

Les prévalences départementales des limitations sensorielles sont encore moins dispersées que pour les limitations physiques. Ces écarts entre départements peuvent trouver leur origine dans des disparités de catégorie socioprofessionnelle.

Les habitants du Sud vivant à domicile sont plus touchés par les limitations fonctionnelles cognitives comparativement aux autres types de limitations fonctionnelles

La Guadeloupe présente la prévalence maximum, représentant plus de trois fois celle du Morbihan. L’Ariège, le Gers et la Corrèze ont des prévalences significativement plus élevées que la moyenne nationale. A l’inverse, la Marne se distingue par une prévalence significativement plus faible que la moyenne nationale. Les facteurs déclenchants de limitations cognitives sont l’exposition à certaines pollutions, des conditions de travail difficiles, l’obésité et le diabète.

L’Essonne est le département pour lequel la proportion de personnes se déclarant en mauvaise et très mauvaise santé à domicile est la plus faible.

A l’opposé, la Guadeloupe présente la prévalence maximale.

Les maladies ou problèmes de santé chroniques touchent de manière plus uniforme l’ensemble des départements.

La majorité des individus de 75 ans ou plus sont confrontés à ces problèmes de santé quel que soit leur lieu de résidence. La prévalence des maladies ou problèmes de santé chroniques varie de 54 % (Vienne) à 77 % (Guadeloupe).

L’entourage est plus impliqué dans l’aide à la vie quotidienne à domicile à la Réunion.

A l’opposé, la prévalence la plus faible se situe à Paris. Ces disparités peuvent traduire des habitudes de solidarités familiales différentes selon les territoires. La prévalence est la plus élevée dans les départements situés plutôt dans le Nord, dans l’Est, au centre et dans les départements d’outre-mer.

La déclaration du recours à l’aide professionnelle à domicile est la plus forte en Haute-Corse.

Des disparités de perte d’autonomie liées au contexte socio-économique et d’offre sur le territoire

Une perte d’autonomie élevée à domicile est corrélée à un faible taux d’équipement en places en établissement d’hébergement pour personnes âgées…

Sur les territoires où le taux d’équipement est faible, l’incapacité à domicile est plutôt forte. La proximité entre les établissements d’hébergement pour personnes âgées et le lieu de résidence des personnes âgées ainsi que la forte densité d’établissements autour du domicile peuvent contribuer à une meilleure acceptabilité de l’entrée en institution. Elles réduisent la rupture géographique et sociale. Les départements où le taux d’équipement en EHPA est élevé sont plutôt des départements où la dépendance en général à domicile est faible.

… et par une offre et un recours à l’aide à domicile élevés

A l’inverse, les départements où l’aide à domicile est élevée sont des départements où les incapacités à domicile sont fortes.

Le niveau de pauvreté comme facteur explicatif de la perte d’autonomie

Les départements où le niveau de pauvreté est élevé sont des départements où les incapacités à domicile sont elles aussi plutôt élevées.

Des incapacités à domicile plus fréquentes dans les départements où vivent davantage d’anciens ouvriers, employés ou agriculteurs

Les départements où les prévalences des incapacités sont les plus faibles concentrent davantage d’anciens cadres ou professions intermédiaires. Signe que la pénibilité au travail a des conséquences sur les fonctions physiques les plus importantes.

Retour en haut de page