J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

La maltraitance : comprendre, réagir, prévenir

La maltraitance : comprendre, réagir, prévenir

Denis Piveteau, président de la Commission de promotion de la bientraitance et de lutte contre la maltraitance des personnes vulnérables, a remis le 24 janvier dernier une note d’orientation à Agnès Buzyn, ministre de la solidarité et de la santé et à Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées. Parallèlement, l’Unccas consacre une fiche pratique au phénomène.

38 propositions remises au gouvernement

Fruit de nombreuses auditions et travaux, la note d’orientation remise au gouvernement vise à alimenter une future « stratégie de protection des personnes vulnérables » et la mise en place d’un plan national de lutte contre les maltraitances d’ici la fin de l’année.

Phénomène complexe et multiforme, « violence cachée », la maltraitance renvoie à une large diversité de situations auxquelles les personnes âgées ou en situation de handicap sont plus fortement exposées, en raison de leur vulnérabilité. Le rapport souligne ainsi l’existence de freins à l’expression de la victime de maltraitance, dont les déficiences peuvent constituer une « barrière intérieure à la révélation du phénomène » notamment lorsque des « déficits cognitifs, ou des troubles dans la représentation du monde et de soi-même, empêche de bien comprendre et de bien nommer ce qui se passe ». Il existe des situations dans lesquelles les victimes redoutent des « conséquences pires » ou ne veulent « pas nuire à l’auteur des violences ».

Une autocensure qui peut se retrouver également du côté des familles qui, confrontées à la pénurie de place en établissement, n’osent parler. L’enjeu est alors de redonner aux personnes et à leurs accompagnants les moyens d’agir, d’installer par des actions de communications et de sensibilisation une vigilance de tous.

La loi du silence, le manque de recul sur les pratiques en établissement, le défaut de formation des professionnels ou de lisibilité du dispositif de signalement, sont autant de dysfonctionnements soulignés par la Commission auxquels la future stratégie devra remédier. Dans cette optique, la note formule 38 propositions structurées autour de 3 axes :

  • comprendre les situations et phénomènes de maltraitance,
  • mieux y réagir collectivement,
  • prévenir leur survenance par une profonde transformation des approches.

Parmi les propositions avancées figure notamment une meilleure structuration du temps des professionnels intégrant des espaces d’interrogation des pratiques (prises de recul, analyses partagées). La Commission le souligne, « la visée de bientraitance s’adresse à tous et doit donc se préoccuper tout autant des conditions de travail des professionnels et de la qualité de vie des accompagnants familiaux ». Elle est une « démarche globale, visant à redresser l’ensemble des causes possibles, directes ou indirectes des situations ou actes maltraitants ».

Une nouvelle fiche pratique de l’Unccas

Pour permettre aux CCAS/CIAS de mieux appréhender les diverses formes que peut revêtir la maltraitance et l’attitude à adopter lorsqu’un cas se présente, cette fiche pratique dédiée retrace :

  • le cadre institutionnel ;
  • ce que recouvrent les situations de maltraitance ;
  • l’attitude à adopter devant un cas de maltraitance ;
  • les bonnes pratiques en matière de prévention des situations de maltraitance et de promotion de la bientraitance ;
  • les guides et outils utiles ;
  • les références juridiques.

Contacts

Handicap

 
Florence Angier
Juriste et chargée de mission « handicap - politiques sociales »
fangier@unccas.org
 

Personnes âgées

 
Elodie Bacoup
Conseillère technique « pôle politiques sociales »
ebacoup@unccas.org

Retour en haut de page