J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

L’UNCCAS, avec l’Europe, au service de l’action sociale à Mayotte

L'UNCCAS, avec l'Europe, au service de l'action sociale à (...)

Du 17 au 22 juin, une délégation d’élus et de salariés de l’UNCCAS s’est rendue sur l’Île de Mayotte dans le cadre du programme Pass’Palas, co-financé par le Fonds social européen (FSE). Ce voyage a été l’occasion de rencontres avec les CCAS impliqués dans le parcours de formation de l’UNCCAS et avec les autres acteurs du territoire, afin de mieux connaître leurs projets.

Temps fort du séjour, la présentation, le 19 juin, du diagnostic social réalisé par le cabinet Le Compas dans le cadre du programme a permis de faire le point sur les besoins sociaux des Mahoraises et des Mahorais.

Voir l’album photo sur Facebook

Premières rencontres à Mamoudzou

Dès l’atterrissage, le 17 juin, de la délégation de l’UNCCAS - constituée de Joëlle Martinaux, présidente, Sylvie Carrega, 1ere vice-présidente et responsable d’ELISAN, Laurent Guyot, 7ème vice-président en charge du réseau, Eliane Guiougou, membre du conseil d’administration représentant les outre-mer, Laure Berthon, responsable réseau et intercommunalité sociale, Kristine Stempien, responsable Europe et international et Nicole Toussaint, directrice du CCAS de Marseille - un rassemblement d’élus et de directeurs du territoire était présent, pour un accueil dans les traditions mahoraises.

S’en est suivi, dans les salons de l’hôtel Maharaja de Mamoudzou, un premier entretien avec Anchya Bamana, maire de Sada, qui a présenté les différentes actions menées par le CCAS et les difficultés quotidiennes auxquelles sont confrontés les élus locaux.

Le lendemain, la délégation de l’UNCCAS est allée à la rencontre de Mohamed Majani, maire de Mamoudzou, de Mohamed Moindjie, vice-président du CCAS et de l’ensemble de ses administrateurs. L’occasion d’échanger sur les problématiques spécifiques de cette commune qui, avec 71 000 habitants, est la plus peuplée de l’île. Domiciliation, actions en faveur de la jeunesse, scolarisation, hébergements d’urgence, immigration... les sujets à aborder ne manquaient pas et ont permis à tous d’amorcer les réflexions pour le développement du CCAS.

Issa Abdou, 4ème vice-président du conseil départemental et président de la commission "action sociale, solidarité et santé", a reçu l’UNCCAS en début d’après-midi. Un échange riche de sens et prometteur, au cours duquel Issa Abdou a notamment affirmé son souhait de « s’appuyer sur les CCAS pour être au plus près de la population ».

La journée s’est conclue par une intervention de Joëlle Martinaux auprès de l’Union départementale des Associations Familiales (UDAF) qui tenait le jour même son assemblée générale dans les locaux du conseil départemental.

Quels besoins et quelles pistes d’actions à Mayotte : un diagnostic global

La restitution du diagnostic territorial élaboré dans le cadre du programme Pass’Palas s’est tenue à Tsingoni le 19 juin, à travers des interventions successives de l’UNCCAS et du bureau d’études Le Compas, opérateur du diagnostic. L’événement a réuni 100 participants, élus, responsables et agents de CCAS et des villes, représentants d’institutions : Conseil départemental, CPAM de Mayotte, Direction de la Jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, Agence Française de Développement, associations. Elle s’est tenue en présence des services des partenaires financiers du programme : le Fonds Social Européen (FSE), représenté par Jean-Christophe Delmas, gestionnaire FSE et le Secrétaire général aux affaires régionales (SGAR), représenté par Fatima Fetouhi, Adjointe au Secrétaire général aux affaires régionales.

L’UNCCAS au Journal télévisé de Mayotte

Recueil de données, questionnaires auprès des populations, temps d’analyses partagés avec les partenaires locaux, ce travail ayant nécessité 10 mois d’investigations fait émerger quelques thématiques principales : l’accès aux droits comme moyen de faire face aux difficultés financières, les dispositifs nécessaires pour répondre aux besoins des familles et des jeunes, et les besoins des personnes âgées et/ou en situation de handicap. Dressant une photographie globale du territoire, le diagnostic consacre également une synthèse dédiée à chacune des 17 communes et des préconisations thématiques sous forme d’une quinzaine de fiches actions.

Impliqués dans la réalisation de ces dernières, les responsables des CCAS de Koungou, Bandraboua, Mamoudzou et Sada ont pris la parole pour présenter quatre fiches actions par thématique : "Faire connaître les CCAS", "Qui fait quoi en matière d’aides financières ?", "Action prévention santé" et "Le soutien aux aidants". Les participants ont également été sensibilisés à l’intérêt de Balises-UNCCAS, outil en ligne permettant de retrouver toutes les données sociales de son territoire et d’affiner sa connaissance des besoins sociaux.

La journée s’est achevée par un entretien avec Dominique Fossat, sous-préfet à la cohésion sociale et à la politique de la ville. L’occasion d’affirmer que le développement des CCAS est une priorité importante pour le département de Mayotte et d’aborder des problématiques concrètes d’accès aux droits, d’illettrisme, de santé, d’inclusion et d’intermédiation bancaire... mais aussi la nécessité de professionnaliser les travailleurs sociaux et agents des CCAS. Le sous-préfet a par ailleurs confirmé sa volonté de s’appuyer sur l’expertise de l’UNCCAS pour accompagner le changement et répondre aux besoins sociaux du territoire.

Des CCAS parfois récents et déjà très engagés

Le 20 juin, l’UNCCAS a rencontré l’association MLEZI MAORE, membre du Groupe SOS, qui s’avère être le 4e employeur de l’île. Impliquée dans l’insertion, la jeunesse, la santé, la lutte contre les exclusions, l’organisation sera un interlocuteur clefs des CCAS : des ponts sont déjà en place et n’attendent qu’à être renforcés.

Puis la délégation a été accueillie par Hanima Ibrahima, maire de Chirongui, où le CCAS compte 200 agents et se montre très actif à travers ses aides légales (instruction des dossiers, domiciliation, permanences décentralisées, conventions avec de nombreux partenaires locaux...), ses aides facultatives (alimentation, logement), son service d’aide à domicile (SAD)... Le CCAS porte également des chantiers d’insertion, organise de nombreuses actions auprès des seniors avec le comité des sages et avait été salué par le Prix de l’Innovation Sociale Locale en 2016 pour son travail de sensibilisation à la santé, à la nutrition et à la gestion du budget

De retour dans le sud de l’île, l’UNCCAS est allé le 21 juin à la rencontre du CCAS de Boueni, créé en 2016 et en plein développement depuis seulement un an. L’occasion pour nos élus de rappeler l’importance de s’appuyer sur l’Analyse des Besoins Sociaux (ABS) pour prioriser les actions à mener pour répondre aux besoins sociaux des habitants de cette commune qui travaillent quasiment tous à Mamoudzou (80% des actifs de la commune). La rencontre s’est conclue par l’adhésion du CCAS à l’UNCCAS.

Ahmed Soilihi, maire de Kani Kéli, dont le CCAS a reçu l’UNCCAS lors d’un temps d’échange convivial au restaurant La Citronelle, présentant la nouvelle équipe du conseil d’administration à la délégation .

La journée du 22 juin a permis, enfin de visiter le CCAS de Pamandzi, en pleine expansion lui aussi, avec des projets d’ouverture d’un EHPAD et d’un accueil de jour, ainsi que sa volonté de s’investir dans l’accès aux outils numériques. Le séjour s’est conclu par la visite du centre hospitalier de Mayotte à Mamoudzou.

Prochaines étapes

Le programme de formation se poursuivra à Mayotte jusqu’en octobre 2018 : dans ce cadre, les stagiaires pourront notamment appréhender le rôle du travailleur social, le management et les ressources humaines, la méthodologie de projet, le recours aux fonds européens.

Une évaluation globale du programme sera alors réalisée en novembre, suite à laquelle le diagnostic présenté le 19 juin et l’ensemble des résultats et perspectives du projet seront présentés à Bruxelles devant les instances européennes, pour voir quelles suites pourront être envisagées pour le développement opérationnel de l’action sociale mahoraise.

Photo : Studio Maurel

Retour en haut de page