J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

L’aide à domicile rapporterait au moins 1,5 milliard d’euros à la collectivité

L'aide à domicile rapporterait au moins 1,5 milliard d'euros à la (...)

Le site Localtis, du Groupe Caisse des Dépôts, relaie une étude du cabinet Citizing, commandée par la Fédération nationale Adessadomicile et l’Ocirp pour évaluer les bénéfices socio-économiques générés par les soins infirmiers à domicile et l’aide à domicile.

Selon cette étude, l’aide à domicile apportée aux personnes âgées dépendantes et à leurs aidants rapporterait au moins 1,5 milliards d’euros à la collectivité. Chaque euro public consacré à l’aide à domicile en direction des personnes âgées dépendantes génère 1,62 euros de gains socioéconomiques.

Une heure d’aide à domicile par semaine pendant un an réduit en effet la probabilité de recourir aux urgences de 11% pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Elle diminue également la probabilité d’être contraint de recourir à un hébergement en EHPAD de 6%, et augmente, de façon générale, la probabilité d’être en meilleure santé mentale et physique.

L’aide à domicile soulage les aidants familiaux et les aide à conserver une activité professionnelle, entraînant des hausses de revenus. Chaque heure d’aide à domicile permet à l’aidant familial de réduire son temps d’aide de 21,25 minutes. Elle leur offre un répit des aidants familiaux, leur apportant un soulagement psychologique.

A cela, viennent s’ajouter des gains pour les familles : les économies de reste à charge sont évaluées à près de 2 milliards d’euros, en raison des séjours en EHPAD et à l’hôpital évités ou réduits.

Du côté des finances publiques, les effets sont également significatifs :

  • réduction des coûts pour la Sécurité Sociale due à la diminution des hospitalisations d’urgence ;
  • infériorité du coût pour l’Etat d’une aide à domicile à celui d’un accompagnement en EHPAD ;
  • recettes fiscales générées par la participation des aidants au marché du travail (impôts, cotisations sociales, TVA) ;
  • recettes fiscales générées par l’embauche des intervenants de l’aide à domicile (impôts, cotisations sociales, TVA).
Retour en haut de page