J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Jeunes et bénévolat, une autre approche de l’aide apportée aux étudiants

Jeunes et bénévolat, une autre approche de l'aide apportée aux (...)

Contexte

Depuis 1998, le CCAS offre des bourses aux familles d’étudiants résidant sur la commune. Toutefois, les élus et agents du CCAS ont pu constater que la bourse était pour certaines familles un simple complément de ressources et que le jeune n’était souvent pas associé à la demande qui reste avant tout une démarche administrative.< ?XML:NAMESPACE PREFIX = O />

Dans le cadre d’une réflexion générale sur l’aide apportée aux travailleurs pauvres, les élus du CCAS ont souhaité assortir l’aide financière accordée aux étudiants d’une activité de volontariat auprès d’associations ayant une assise locale. En effet, on constate à Lomme comme dans beaucoup de villes, un vieillissement des bénévoles dans le monde associatif, et un non-renouvellement des effectifs concourrant parfois à la disparition de petites associations de quartiers.

Les élus ont souhaité également élargir la cible des familles aidées en incluant les jeunes réalisant des études secondaires professionnelles dans les métiers porteurs d’emploi (bâtiment, restauration, industrie…). Pour les projets particuliers ou hors critères, les demandes des jeunes sont examinées par le conseil d’administration du CCAS, avec avis motivé de la mission locale. De même le handicap est pris en compte dans le dispositif : en effet, alors que l’âge limite d’attribution de la bourse aux étudiants est de 28 ans, aucune limite d’âge n’est appliquée aux étudiants handicapés. 

Cette action comporte donc plusieurs objectifs :
Pour les jeunes : 
- Soutenir financièrement le projet de familles « modestes » ou « travailleurs pauvres » en élargissant la cible des jeunes touchés par l’aide (revalorisation du barème d’accès et aides aux jeunes en études secondaires professionnelles).
- Faire connaître le monde associatif, et assortir l’aide d’une « contrepartie » et impliquer ainsi le jeune dans l’attribution de la bourse.
Pour les associations :
Avoir l’occasion d’accueillir et de connaître des jeunes lommois. Travailler un projet avec le jeune dans le cadre de son volontariat.

Description / Fonctionnement de l'action

L’action a été mise en œuvre à la rentrée 2008. En amont, un groupe de travail regroupant des membres du CCAS, des élus et des associations de la Ville a permis de définir les modalités d’accès au dispositif ainsi son fonctionnement. Par la suite, le dispositif et son intérêt ont été présentés aux associations lommoises. La ville compte environ 200 associations et aucune n’a fait part de rejet vis-à-vis du projet.
En parallèle, le CCAS a travaillé avec le Point Information Jeunesse et le service jeunesse de la Ville qui se sont associés dans la démarche en proposant d’accompagner les jeunes boursiers dans leur recherche de bénévolat (mise en relation avec une association, travail sur le projet du jeune….). Il s’agissait aussi par ce biais de faire connaître les services et dispositifs du point jeunesse de la Ville ( jobs d’été, aide au BAFA…)
Dans le même temps, le barème d’accessibilité aux bourses a été réévalué, permettant de prendre en compte un plus grand nombre de familles y compris celles touchées par le phénomène « travailleurs pauvres ».

Indications pratiques :
Le montant de la bourse varie de 100 à 500 euros par an, selon l’engagement du jeune dans l’activité associative (de 1 à 8 heures de bénévolat).
Une « attestation de participation associative », jointe au dossier de la bourse, est remplie par l’association à la fin de la réalisation de l’activité bénévole du jeune. Le dispositif a démarré en octobre 2008 et s’est poursuivi à la rentrée 2009.

Bilan

Points positifs :
Dans les faits, pour l’année 2008-2009, 80% des jeunes demandeurs ont réalisé une action de bénévolat. 33% ont souhaité travaillé auprès d’associations solidaires, 38% auprès d’une association de quartier, enfin 29% auprès d’associations sportives ou culturelles. Les missions ont été diverses : accompagnement d’une sortie avec les adhérents d’un club sportif, participation à l’organisation du Noel du Secours Populaire, conception d’une lettre d’information pour les bénéficiaires des restos du cœur…

Avec l’appui du service jeunesse, des liens se sont construits entre les associations et les jeunes. Un premier constat a montré que seulement 10 % des jeunes avaient activé leur réseau associatif pour réaliser leur activité bénévole (souvent dans le domaine sportif). Pour le reste, c’est en écoutant les demandes des jeunes que le service jeunesse a orienté son travail avec les associations. En effet, beaucoup de jeunes ont exprimé le souhait de se rapprocher des associations solidaires. Difficultés :
Il a été constaté dans un premier temps une réaction de « défiance » des familles sur ce nouveau dispositif. En effet, certaines familles n’ont pas hésité à faire part de leur inquiétude par rapport au bénévolat. « manque de confiance », « peur du discours véhiculé par certaines associations » « il n’aura pas le temps avec ses études… », il a fallu du temps et du dialogue pour que les craintes soient apaisées.

Moyens

- 1 adjoint administratif chargé du recueil, traitement et suivi des dossiers (1/4 ETP)
- 1 adjoint administratif chargé du suivi comptable de l’opération (1/10 ETP)
- 1 attaché, chargé de la coordination du dispositif, de la mise en œuvre et du suivi (1/10 ETP)< ?XML:NAMESPACE PREFIX = O />

Budget 2008-2009 : 36 000 euros pour 111 demandes

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Associations locales, mission locale, service jeunesse de la Ville, Point Information Jeunesse de la Ville.

Ils financent l'action

Aucun. Le CCAS finance l’action sur ses fonds propres.

Les observations du CCAS/CIAS

L’expérience est intéressante car elle met en valeur la solidarité et le travail complémentaire du monde associatif et des services sociaux. L’aide n’est plus au cœur du dispositif, c’est le jeune qui est acteur de son financement. Des passerelles se sont tissées sur la question des jeunes entre le CCAS et le monde associatif.Ce qui a été particulièrement valorisé par cette expérience est le fait qu’un jeune sur quatre se soit engagé, à la suite de son bénévolat dans l’association qu’il avait découvert. Ceci est particulièrement vrai dans les associations solidaires, ou un jeune sur deux y est encore bénévole. Une convention d’accueil du bénévole est en cours d’élaboration avec les associations, de même la question de la VAE pour les bénévoles va être explorée. Cette année scolaire, les familles ont été moins réticentes au bénévolat pour leurs enfants.

Les élus ont souhaité développer à la suite de cette réussite, de nouvelles offres de partenariat entre les associations et les jeunes.

Le dispositif s’est enrichi cette année, d’une bourse au permis pour les jeunes en formation qualifiante adulte ou en premier emploi, dans les mêmes conditions que les bourses aux études.

Photo : Wikimedia Commons / Serge Ottaviani

Retour en haut de page