J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Jardin partagé sur l’esplanade du Bastion par les « Incroyables citoyens »

Jardin partagé sur l'esplanade du Bastion par les « Incroyables citoyens (...)

Pour rompre l’isolement et le manque de vie sociale des personnes en situation de précarité habitant Bourg-en-Bresse, le CCAS a pris le parti de les associer à la co-construction et à la réalisation d’un projet collectif. Cette action avait été présélectionnée dans le cadre du Prix des CCAS/CIAS 2018.

Principaux objectifs

En direction des habitants

  • Développer le lien social en créant une dynamique de groupe, un réseau,
  • Acquérir ou développer des compétences et savoirs-être (ponctualité, relations...),
  • Partager des centres d’intérêt (même en dehors du groupe : nature, sortie, culture...),
  • Développer l’autonomie et la confiance en soi (se situer dans un groupe, prendre des initiatives, prendre la parole, proposer des idées...),
  • Se sentir citoyen, être reconnu, avoir une place dans la cité, être acteur,
  • Acquérir des compétences dans la construction d’un projet collectif (connaitre les enjeux, travailler avec des partenaires, solliciter des financements, se confronter aux contraintes d’un projet communal et partenarial...).

En direction des travailleurs sociaux

  • Diversifier l’accompagnement des habitants (individuel/collectif),
  • Redynamiser le travail,
  • Être acteur d’un projet innovant en étant force de proposition auprès des financeurs (Ville/département),
  • Développer le travail en partenariat interne et externe,
  • Modifier la vision du travail social hors-les-murs,
  • S’inclure dans un projet plus global de réaménagement d’un territoire municipal.

Public(s) Ciblé(s) par l'action

Les habitants accompagnés par le service dans le cadre du dispositif RSA et les usagers du CCAS. Ce public accompagné par les travailleurs sociaux dans le cadre du RSA est un public constitué de personnes seules vivant dans un logement ou domiciliées au CCAS.

Contexte

  • Lors de l’élaboration du Contrat d’Engagement Réciproque (CER), les bénéficiaires du RSA expriment des difficultés à développer une vie sociale et à sortir de l’isolement (le lien social faisant partie des thématiques de ce contrat),
  • On constate une diminution du nombre d’actions d’insertion à visée sociale sur le territoire (financées par le département dans le cadre du dispositif RSA)
  • Les travailleurs sociaux manifestent une volonté de développer des actions collectives et ce en lien avec le projet de service.

Description / Fonctionnement de l'action

A partir de ces constats, les travailleurs sociaux ont décidé de s’engager dans une démarche de projet pour construire une action à visée sociale. Il est apparu nécessaire voire naturel, du fait de l’expérience du CCAS, de faire participer les habitants dès le début de la réflexion.

Ce projet s’est décliné en 3 phases :

  • Mobilisation des usagers et constitution d’un groupe de réflexion autour de la thématique du lien social,
  • Mise en œuvre du projet,
  • Evaluation et consolidation de l’action avec notamment le développement du réseau des partenaires.

Phase 1 : de mars 2015 à février 2016

Mars à octobre 2015 : phase de sensibilisation autour de la question de la vie sociale. 6 rencontres animées par les 2 travailleurs sociaux afin de définir le lien social, repérer les freins actuels, les manques, nommer les centres d’intérêt, les supports possibles à une redynamisation de la vie sociale. L’activité "Jardin" a été proposée par les habitants et validée, avec comme lieu repéré l’esplanade du Bastion (espace vert situé à proximité du CCAS).

Afin de construire un projet autour de cette activité, les habitants ont souhaité rencontrer des acteurs déjà engagés dans cette thématique : visite des jardins familiaux de la ville pour mieux comprendre l’organisation, la temporalité, les contraintes...

Février 2016 : la municipalité lance une concertation auprès des habitants et des structures proches de l’esplanade du Bastion afin d’envisager son réaménagement. Le CCAS associe le groupe d’habitants et participe à la réunion publique visant à recenser les différentes attentes des habitants par rapport au nouveau projet concernant cette esplanade du centre-ville. Lors de cette réunion le groupe a pu exposer son projet de création d’un jardin partagé sur cette esplanade.

Phase 2 : de mars 2016 à mars 2017

Juin 2016 : la ville valide le projet d’implantation du jardin partagé et une rencontre est réalisée avec l’élue déléguée à la proximité, aux travaux et à l’environnement. Une visite du lieu avec les services municipaux a permis de valider la configuration du jardin sous forme de bacs et la disposition de ceux-ci.

Juillet 2016 : installation de 4 bacs et livraison de terre et terreau par les services espaces verts et 1er temps de plantation. Il est à noter que certaines personnes ayant participé à la réflexion ont souhaité se mettre en retrait du projet pour différentes raisons (essentiellement des problèmes de disponibilité : emploi, action insertion, mobilisation sur d’autres actions voire un manque « d’intérêt » pour le support jardin).

Aussi, le CCAS a pu sensibiliser de nouveaux usagers qui s’y sont inscrits sur le principe de la libre adhésion.

Août 2016 : livraison de 2 bacs supplémentaires en bois, réalisés dans le cadre d’une action d’insertion portée par une association sur le territoire et temps de plantation commun.

De Juillet à mi-Septembre  : des temps hebdomadaires ont été organisé afin de faire vivre le projet et de donner des repères aux personnes autour des activités de jardinage : entretien, plantation, arrosage, récolte, entretien et relooking des bacs (peinture).

Novembre 2016 : élaboration d’un budget avec le groupe d’usagers du CCAS (recensement des besoins de matériel, recherche de prix...) et présentation de la demande de budget de fonctionnement au Conseil d’Administration du CCAS (validation pour un montant de 400 €).

Hiver 2016/2017 : création d’un logo et réflexion sur le nom du groupe qui devient « Les incroyables citoyens ».

Durant toute cette phase, l’action a été relayée (article de presse, Facebook de la Ville ...) et des temps conviviaux ont été organisés autour de repas collectifs.

Phase 3 : d’avril 2017 à ce jour

Printemps - été 2017 : le groupe a planifié ses activités :

  • sortie pour l’achat de matériel, graines et le nécessaire pour les moments de convivialité,
  • sollicitation par flyer des acteurs de proximité repérés comme partenaires potentiels : école, crèche, club personnes-âgées, hôpital de jour, Basiliade tous riverains de l’esplanade.

Suite à cette démarche, 2 rencontres ont été organisées pour présenter le projet du jardin partagé et sa finalité autour du lien social : l’école et notamment l’enseignante de la classe ULIS et l’espace petite enfance de la Ville.

L’école ayant également une activité jardin dans son enceinte, un projet commun a été élaboré autour de 4 actions :
l’implication des parents en les sollicitant pour qu’ils fournissent graines et/ou plants pour 1er temps de plantation,
l’organisation de temps communs de plantation en avril et en juin 2017 avec un temps de convivialité favorisant les échanges,
la décoration des bacs par les enfants,
le maintien d’un lien même en dehors de la période printemps-été.

La rencontre avec l’espace petite enfance a également donné lieu à un temps commun de plantation en juillet 2017. Les enfants les plus grands et les auxiliaires ont participé régulièrement : plantation, entretien et décoration

Septembre 2017 : Organisation d’une sortie aux Floralies (événement national) organisées à Bourg en Bresse cette année.

Octobre 2017 : temps d’échanges pour aborder les perspectives 2018 co-animée par une stagiaire Assistante de Service Social qui avait en amont rencontré individuellement chacun des membres du groupe pour connaître effets et attentes autour de cette action. Les usagers ont su se montrer force de proposition (« visite et repas à l’Epicerie Solidaire », « développer la dimension culturelle », « élargir le groupe en accueillant de nouvelles personnes »...).

Novembre 2017 : temps d’échanges avec l’école autour de la sortie aux Floralies. Les enfants ont proposé aux adultes un temps de jeux de société.

Décembre 2017 : visite des jardins d’hiver de la Ville et notamment présentation par les enfants du sapin qu’ils ont décoré en collaboration avec les résidents d’une maison de retraite. Temps de convivialité au CCAS où les enfants remettent à chacun des usagers et professionnels une carte de vœux décorée par leurs soins.

Janvier 2018 : visite et présentation du fonctionnement de l’Epicerie Solidaire suite à la demande des usagers. Cette visite a été suivie d’un atelier « chasse au gaspi » ou comment agrémenter les restes et cuisiner bon pour pas cher. Atelier co-construit par l’épicerie et les usagers. Un questionnaire préalable a permis d’évaluer les ustensiles et l’électroménager dont dispose chaque usager afin que l’atelier soit adapté au quotidien des personnes et leur permettre de mettre en pratique à leur domicile. Cet atelier s’est déroulé le 14 juin 2018.

Février 2018 : sortie en soirée à la MJC de Bourg en Bresse pour la projection du film « Saisons » réalisé dans l’enceinte de l’hôpital psychiatrique de la Ville et la découverte du parc de l’hôpital à travers les 4 saisons. A la suite de cette projection a eu lieu un temps d’échange avec le réalisateur et le musicien.

Mars 2018 : plantation « d’hiver » avec les enfants de l’école au CCAS. Préparation de plants exposés derrière de grandes baies vitrées du CCAS pour le futur jardin.

Avril 2018-mai 2018 : les différents échanges ont permis de faire naître un projet « artistique » commun autour de créations communes (dessins, peinture, collage, etc.) sur la thématique « Nature » avec une exposition des œuvres sur les murs du CCAS durant 2 mois.

Vernissage de l’exposition le jeudi 31 mai 2018 en présence des enfants, de leurs parents, des enseignantes et ATSEM, des usagers et professionnels du CCAS ainsi que des membres du Conseil d’Administration.

Lors de cette inauguration, les enfants ont interprété une chanson co-écrite avec les Incroyables citoyens sur le thème du Jardin et un usager du CCAS les a accompagné à la guitare après avoir lui-même composé la musique.

Durant chaque phase les habitants ont occupé une place importante. Au fil du temps, ils sont devenus de vrais acteurs du projet. Ils ont pu être force de proposition. Si les premiers échanges avec les enfants de la classe ULIS étaient timides, des liens forts se sont créés, permettant parfois aux adultes en difficultés de se dépasser.

Bilan

Un stagiaire du CCAS a rencontré individuellement usagers et professionnels dans le cadre de son travail d’ISIC (Intervention Sociale d’Intérêt Collectif), ce qui a permis de recueillir de nombreux retours d’expérience.

Du Côté des usagers

  • « Ces rencontres régulières sont pour moi des points de repères »,
  • « Au départ, je n’avais pas d’intérêt vis à vis du support jardin mais au fil du temps j’ai apprécié »,
  • « Cela fait 10 ans que j’habite ici...Je n’ai pas réussi à tisser de liens, mais dans ce groupe, c’est étonnant, je me suis découvert un rôle d’écoutant auprès de certains membres du groupe, une qualité que je me méconnaissais »,
  • « J’ai apprécié cette sortie, je ne l’aurais pas fait tout seul, c’était une belle opportunité  »,
  • « J’apprécie la régularité des rencontres qui permet de créer du lien social. C’est dommage nous ne sommes pas assez nombreux »,
  • « J’ai apprécié les rencontres avec les enfants, ils ont beaucoup à nous apprendre »...

L’un des effets positifs repérés est une meilleure confiance en soi qui se traduit notamment par des prises d’initiative.

Par exemple concernant l’entretien des bacs, chacun a aussi pu mettre en œuvre des compétences : jardinage, cuisine, musique, information sur l’actualité culturelle, mais aussi au delà, avec le chèque énergie etc...

Pour certains, un lien a été crée en dehors des « temps jardin », avec un engagement au sein du groupe ressources bénéficiaires du RSA, passages au centre social...

Du côté des travailleurs sociaux

  • « Ce projet apporte une dynamique nouvelle dans les accompagnements »,
  • « Ce contexte d’intervention différent a permis d’instaurer une relation de confiance »,
  • « Ce cadre permet de mobiliser des personnes en dehors du bureau mais aussi de renforcer les complémentarités entre nous »,
  • « Contexte d’intervention facilitateur... plus de souplesse dans les modalités de rencontre... réelle plus-value dans la relation d’aide ».

Du côté du CCAS

Ce projet permet de mobiliser toute l’équipe : recherche de plants, de graines, accueil des enfants de la classe ULIS dans les locaux (plantation, exposition).

La proximité du jardin permet le passage des agents lors des rencontres sur l’esplanade et une aide à l’arrosage des plantations.

Cette action permet de donner une autre image du CCAS qui n’est pas uniquement un guichet d’aides financières.

Du côté des autres services de la ville

Cette action a permis un travail en transversalité et un rapprochement avec certains services : les services espaces verts, le service communication, la direction de la citoyenneté et de la Ville durable, l’espace petite enfance, créant ainsi une meilleure connaissance mutuelle des rôles et missions de chacun.

Du côté des partenaires

Le rapprochement avec l’école a permis de redynamiser le projet. Le lien avec les enfants a amené les usagers du CCAS sur des postures différentes : rôles d’apprenant, de lecteur, d’écoutant... Les temps communs de jeu de société, de visites des jardins d’hiver, de création commune d’une chanson ont aussi été riches.

Moyens

Moyens humains

Cette action mobilise de manière régulière 2 travailleurs sociaux du CCAS et un groupe de 7/8 usagers :

  • pour l’école, 1 enseignante et 2 AVS avec un groupe de 10 enfants,
  • pour la crèche, 2 professionnels et un groupe de 5/6 enfants.

Moyens materiels

Outre le petit matériel de jardinage que le CCAS a pu acquérir grâce au budget alloué, l’action a nécessité des plants, des graines, des arrosoirs, des tuteurs, des gants, du matériel pour repérer les plantations etc... Le CCAS a également acheté des pinceaux et de la peinture pour embellir les bacs. Les bacs sont mis à disposition par le service espaces verts de la Ville.

Le CCAS s’est parfois appuyé sur des revues spécialisées, récupérées au sein de l’entourage des participants.

De même, pour tout ce qui concerne la communication, le CCAS dispose d’un appareil photo du service, de téléphones et d’ordinateurs.

Enfin, pour l’aspect convivial (avec un temps d’accueil café « ritualisé »), le CCAS dispose d’un budget dédié.

L’exposition artistique s’est appuyée sur le matériel mis à disposition par l’école.

Coût total du projet

Budget 2017  : 300 € de budget de fonctionnement et 3 000 € de valorisation de personnel dans le cadre de la convention RSA.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

  • Classe ULIS école Saint-Louis (enfants, enseignante, AVS et directrice de l’établissement) et Espace Petite Enfance du Bastion dans la co-construction de l’action et la réalisation de celui-ci
  • Services municipaux, espaces verts, communication, pole comptable comme services ressources
  • Riverains et /ou utilisateurs de l’esplanade (partenaires spontanés et occasionnels)
  • Directrice du CCAS en soutien technique sur la méthodologie de projet.

Ils financent l'action

  • Le CCAS à travers un budget de fonctionnement,
  • La Ville de Bourg-en-Bresse (mise à disposition matériel : bacs, terreaux, agents pour installation),
  • Le Conseil Départemental de l’Ain pour l’intervention des travailleurs sociaux dans le cadre de la convention Ainsertion + RSA,
  • L’école primaire Saint-Louis : mise à disposition locaux, matériel jardinage, matériel pour création œuvres artistiques.

Les outils de communication sur l'action

Après avoir fait signer une autorisation à chaque participant concernant le droit à l’image nous avons pu mobiliser différents outils de communication :

  • page Facebook de la Ville de Bourg en Bresse,
  • site intranet,
  • livret d’informations du CCAS,
  • lettre d’insertion du Conseil départemental,
  • C’est à Bourg (Bulletin municipal bimestriel),
  • affichage dans les bacs pour la sensibilisation et l’information sur les temps de rencontres hebdomadaires de Juin à Septembre,
  • réunions de service pour informer sur l’avancée du projet et mails,
  • intervention dans différentes instances Conseil Départemental regroupant les partenaires de l’insertion,
  • flyer pour solliciter les partenaires potentiels riverains de l’esplanade,
  • cahier de liaison des enfants pour l’école,
  • sensibilisation individuelle par les 2 travailleurs sociaux auprès d’usagers susceptibles d’être intéressés et mobilisés par l’action.

Les outils pour évaluer l'action

Bilan individuel par la stagiaire Assistante de Service Social à l’automne 2017 et échange entre le travailleur social et l’usager lors des RDV dans le cadre de l’accompagnement lié au dispositif RSA.

Indicateurs :

  • régularité de la présence des usagers,
  • prise d’initiative par les usagers pour entretenir les bacs en dehors des temps programmés,
  • demande des usagers pour enrichir le projet ,
  • participation de certains usagers à d’autres actions ou initiatives,
  • régularité du lien avec l’école en dehors des temps exclusivement jardin.

Les observations du CCAS/CIAS

  • La co-construction avec les usagers dès le début : faire en fonction de leur rythme, de leur autonomie, de leurs besoins, de leurs compétences,
  • Fixer des temps de rencontres réguliers (repères temporels pour les usagers),
  • Choisir un espace proche des locaux du CCAS : disponibilité, facilité organisationnelle, temps d’accueil.

Photo : Wikipedia / FRED

Retour en haut de page