J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Intégration des jeunes nouveaux arrivants en milieu rural

Intégration des jeunes nouveaux arrivants en milieu rural

En Suède, un projet basé sur la nature, les loisirs et la culture comme vecteurs d’intégration et d’accès à l’emploi et au logement reçoit le prix rural « Ullbaggen » du meilleur projet pour l’inclusion sociale des migrants. De quoi en prendre de la graine...

Contexte

Dans les années 2010, tandis que la part de la population suédoise née à l’étranger augmente, un projet d’accueil “Ny på landet” (Nouveaux arrivants) est lancé qui s’adresse directement aux jeunes de 16 à 25 ans issus de l’immigration.

Le projet vise à les accompagner dans leurs démarches d’intégration afin de lever certains freins liés à l’apprentissage de la langue, la connaissance des us et coutumes du pays, etc. soient autant de risques d’exclusion sociale. Le projet est dirigé par un groupe de jeunes « chefs d’équipe », eux-mêmes migrants.

Une coopération s’installe entre les villes de trois zones rurales (elles sont aujourd’hui sept municipalités à l’est de la Suède) qui proposent une large gamme d’activités autour de l’emploi, du logement, de la culture et des loisirs : cueillette de champignons et de baies, course d’orientation à ski, patinage de longue distance sur des lacs naturels, etc. En 2018, nantis des enseignements et des besoins exprimés par les jeunes lors des programmes précédents, l’accent est mis sur les apprentissages liés à la nature.

La nature comme cadre

Des chefs d’équipes seniors (eux-mêmes issus de l’immigration), bénévoles, accompagnent les plus jeunes et bénéficient tous de formation et de cours personnalisés sur le leadership, la résolution des conflits, les dynamiques de groupe, les techniques d’animation et d’organisation de réunions, la gestion de projet, le fonctionnement d’une association, etc. Le parcours donne lieu à un certificat de réussite.

Entre autres missions, les chefs d’équipe sont également censés organiser des séjours de camping saisonniers, durant les vacances scolaires, destinés à acquérir des compétences pratiques mais aussi et surtout partager des temps d’échanges collectifs.

Quelques réalisations

  • Quatre « camps saisonniers » avec au moins 40 jeunes soit 160 participations au total
  • Création d’un livre/roman graphique sur le projet Ny på landet
  • Création de l’association des jeunes Ny på landet
  • Création d’un site web et d’une identité visuelle pour l’association de jeunes
  • Attribution de 14 bourses de soutien à l’intégration.

Ce projet, sorte de guide pratique à ciel ouvert, offre un environnement sûr et stimulant pour ces jeunes en général et les demandeurs d’asile en particulier. Les chefs d’équipe le valorisent quant à eux comme un vrai plus dans leur parcours professionnel.

L’utilité du réseau créé grâce à Leader

Le projet a bénéficié du programme Leader, ce qui a permis de faciliter des coopérations entre différents acteurs privés et publics impliqués mais aussi avec des organisations locales et rurales. Par exemple, la nourriture et des fournitures pour le camping ont pu être achetées dans une épicerie locale ou fournies par un agriculteur. Les municipalités participent au recrutement des participants. Les organisations locales rurales apportent leur expertise pour la mise en place des camps saisonniers, des évènements locaux, les activités, les sites à visiter, etc.

De quelques enseignements

Le projet donne aux participants une vision positive de la nature et des zones rurales suédoises et les aide à s’installer dans ces dernières. Il contribue aussi à réduire l’écart entre les genres, les jeunes filles étant encouragées à prendre toute leur part dans les activités proposées. Les participants des programmes précédents sont investis auprès des jeunes nouvellement arrivés. A noter que des réunions d’information sont mises en place avant les événements et/ou les camps saisonniers afin que les chefs d’équipe clarifient les attentes et les besoins, le contexte, les objectifs du projet et les activités. Le projet repose sur la forte mobilisation des bénévoles impliqués.

Transférabilité possible

Les chefs d’équipe ont déjà présenté le projet dans différentes villes de Suède mais aussi à Bruxelles, en Écosse et en Finlande. De quoi donner quelques idées...

Retour en haut de page