J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Insertion professionnelle : le microcrédit au service de la mobilité

Insertion professionnelle : le microcrédit au service de la mobilité

Dans un communiqué du 17 mars, Brigitte Klinkert, Ministre déléguée à l’insertion auprès de la Ministre du travail a annoncé une augmentation de 50 % de la garantie de l’État au microcrédit personnel afin d’investir le champ de l’insertion professionnelle par la mobilité durable. Cette mesure s’adresse aux usagers en situation de fragilité professionnelle ne disposant pas de garanties financières suffisantes pour l’achat d’un véhicule propre. Le but est d’accorder 26 000 nouveaux prêts en 2021.

Cette décision gouvernementale permet de renforcer ce dispositif de prêt déjà existant, facilitant l’achat de ce type de véhicule par les personnes disposant de faibles revenus, de facto exclus du système bancaire classique. Son montant varie selon les ressources de l’usager et est plafonné à 5 000 euros.

Le taux d’intérêt est très souvent compris entre 1,5 % et 4 % (selon la banque) et aucun frais de dossier ne peut être facturé. L’usager peut rembourser son prêt sur une durée maximale de cinq ans.

Le dispositif peut être utilisé par pour faciliter :

  • l’achat d’un véhicule peu polluant, neuf ou d’occasion (voitures de particuliers et camionnettes dotées d’une motorisation électrique ou hybride, deux-roues, trois-roues et quadricycles à moteur électrique),
  • la réparation du véhicule,
  • le financement du permis de conduire.

Il est possible de cumuler ce prêt avec d’autres aides existantes telles que les bonus écologiques et la prime à la conversion.

Les personnes qui souhaitent en bénéficier peuvent notamment se tourner vers les CCAS et CIAS, lesquels sont aujourd’hui plus de 300 à déjà proposer du microcrédit personnel.

Retour en haut de page