J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience


Huit mois vers le bien-être

Huit mois vers le bien-être

Il s’agit d’une action de prévention santé mise en place dans 8 secteurs du territoire des Abymes, alliant des conférences thématiques mensuelles, ponctuées de prises de constantes avec un suivi, et des activités physiques hebdomadaires. Cette action a duré 8 mois.

Principaux objectifs

L’objectif était de permettre l’accès à l’éducation sur les choix de chacun au quotidien, avec pour but de susciter une prise de conscience individuelle sur les bons gestes à avoir afin de préserver son capital santé.

Public(s) Ciblé(s) par l'action

Tout public.

Contexte

Sur le territoire des Abymes, les médecins font le constat que la prévention reste trop souvent absente lors des consultations, faute de temps. En conséquence, pour certaines pathologies, tels que le diabète et l’hypertension artérielle, qui sont des maladies en constante augmentation en Guadeloupe, le diagnostic fait apparaître de mauvais choix alimentaires et une qualité de vie en constante diminution.

Description / Fonctionnement de l'action

Une trentaine d’associations a été mobilisée et des agents de la ville, menant une action de proximité, ont relayé l’action sur leurs secteurs. Les conférences mensuelles, ainsi que des prises de constantes, étaient assurées par des professionnels de santé et les activités physiques adaptées hebdomadaires, animées par des coachs sportifs qualifiés.

Bilan

L’évaluation finale de l’action a fait ressortir une forte demande d’accompagnement de la population, une satisfaction des participants qui ont pu atteindre leurs objectifs personnels, un besoin d’accompagnement sur un plus long terme d’une partie des participants, la nécessité de réaliser un village santé pour sensibiliser le grand public, et une forte demande de reconduite de l’action.

Au final, d’après les statistiques, 450 à 500 personnes ont assisté à cette action, mais pas de manière régulière pour tous les participants. Ainsi, l’objectif fixé par le CCAS de 400 personnes a été atteint.

Aujourd’hui, le CCAS est prêt à reconduire l’action, cependant il conviendra de se réunir pour déterminer la date et les modalités de reconduite.

Moyens

Moyens humains

  • 1 coordinateur de l’action, assistante sociale
  • 8 animateurs de proximité de la ville, chacun intervenant une fois par mois sur son secteur.
    une trentaine de bénévoles professionnels de santé intervenant une fois par mois pendant les 8 mois, sur les 8 secteurs
  • 5 coachs sportifs pour les activités physiques hebdomadaires

Moyens materiels

En termes de logistique :

  • Salles pour les conférences et pour les activités physiques, mises à disposition par la ville
  • Vidéoprojecteurs et matériel de sonorisation mis à disposition par le CCAS
  • Matériel médical, mis à disposition par les professionnels de santé

Coût total du projet

10242,60 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Associations de quartier
Agents de la ville menant une action de proximité (Relais territoriaux - Vie associative).
Autres services de la ville : Direction des sports, Caisse des écoles, service communication pour les différentes publications.

Ils financent l'action

  • CCAS : 6 241,60 euros
  • Ville : 4 000,00 euros
  • Politique de la ville : 4 000,00 euros

Les outils de communication sur l'action

  • Flyers
  • Communiqués de presse
  • Calendriers
  • Messages numériques

Les outils pour évaluer l'action

  • Test d’évaluation de santé au début de l’action
  • Objectifs à atteindre fixés
  • Suivi mensuel des changements de style de vie
  • Enregistrement des changements hebdomadaires
  • Test d’évaluation final
  • Présentation du bilan de l’action sous forme d’exposition

Les observations du CCAS/CIAS

Il s’agit d’une action qui peut être reproduite sur d’autres territoires présentant les mêmes problématiques. Cependant étant donné qu’elle s’inscrit sur la durée (8 mois de mobilisation autour de l’action), il est nécessaire de maintenir l’intérêt des participants par un niveau qualitatif des interventions, mais également par un engagement minimum : une participation financière symbolique devrait probablement être demandée.

Quelques points de vigilance semblent indispensables :

  • Penser et concevoir l’action en transversalité pour la mobilisation des différents services de la ville
  • Impliquer les partenariats institutionnels et surtout les associations (culturel, social ou la santé)
  • Préparer l’action avec les différents partenaires bien avant le démarrage (plusieurs réunions s’avèrent parfois nécessaires)
  • Choisir les lieux adaptés pour la tenue des conférences et des activités physiques, et s’assurer constamment de la disponibilité les équipements et de la logistique
  • Choisir les bonnes dates pour éviter les périodes de vacances estivales qui peuvent démobiliser les professionnels comme les participants
  • Lancer une grande campagne de communication quelques semaines avant le démarrage de l’action (radiophonique, numérique, réseaux-sociaux, affichage, Flyers…) et maintenir un niveau de communication constant, pour informer la population de la tenue des conférences
  • Rester en contact avec les agents d’animation du territoire pour les garder en éveil par rapport à l’action
  • Maintenir l’intérêt des participants aux conférences : le format de type conférence peut sembler lourd pour un créneau de 18h-20h
  • Ne pas hésiter à faire des relances individuelles par voie téléphonique

Photo : Wikimedia Commons / LPLT

Retour en haut de page