J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Huit mois vers le bien-être

Huit mois vers le bien-être

Ce programme de proximité vise à éclairer les adultes volontaires sur les choix à faire pour améliorer leurs habitudes alimentaires et physiques. D’une durée de 8 mois, l’accompagnement consiste en une conférence thématique mensuelle sur 8 secteurs de la ville et par la tenue d’activités physiques adaptées hebdomadaires. Cette action a pour but de permettre une prise de conscience individuelle sur les bons gestes à capitaliser pour préserver sa santé.

Principaux objectifs

  • Sensibiliser et informer les personnes sur les techniques et principes pour faire les meilleurs choix pour leur santé.
  • Accompagner la population vers une prise de conscience dans son mode de vie et sur les bienfaits de son capital santé
  • Accompagner les personnes vers un programme visant à améliorer leurs habitudes alimentaires et physiques.
  • Privilégier la proximité des lieux, pour une meilleure adhésion des participants.

Public(s) Ciblé(s) par l'action

Tous types de publics

Contexte

En Guadeloupe, le diabète et les maladies cardio-vasculaires sont des pathologies fortement présentes. Selon des données publiées dans le bulletin épidémiologique hebdomadaire du 12 novembre 2014, « la prévalence du diabète traité pharmacologiquement est évaluée à 8,3% en Guadeloupe soit presque 2 fois la valeur nationale ».

Lors de consultations chez le médecin, les professionnels ne disposent souvent pas du temps nécessaire pour une véritable prévention de ces risques. En conséquence, pour certaines de ces pathologies, qui sont des maladies en constante augmentation, le diagnostic fait apparaître de mauvais choix alimentaires et une qualité de vie en constante dégradation.

C’est pourquoi le CCAS des Abymes a souhaité s’investir sur cette question de prévention santé.

Description / Fonctionnement de l'action

Programme des conférences

Un nouveau concept de bien-être est abordé à chaque séance. Le public est accompagné par des professionnels de santé tout au long de l’opération par des conseils et exercices pour pratiquer le bien-être au quotidien.

  • Développer un mode de vie sain
  • Devenir physiquement plus actif
  • Choisir les bonnes graisses
  • Choisir les bons glucides
  • Atteindre et conserver un poids sain
  • Améliorer le lien corps/esprit
  • Faire face au stress
  • Faire des examens préventifs

Lieu et Horaires

Les conférences ont lieu une fois par mois de 18h à 20h (groupes de 30 à 40 personnes). 9 secteurs de la ville ont été sélectionnés et 8 secteurs ont développé l’action jusqu’à son terme.

  • Anquetil (réfectoire de l’école) qui a rejoint Petit-Pérou
  • Le bourg (CRA)
  • Blanchard (Local de l’association)
  • Caraque (Réfectoire de l’école de Caraque)
  • Chazeau / Doubs (Salle René Elie de Chazeau)
  • Grand-Camp (Réfectoire de l’école du Parc de Gd-Camp)
  • Petit-Pérou (Relais territorial de Petit-Pérou)
  • Raizet (Centre sportif et culturel ALBON)
  • Sonis (Médiathèque de Lacroix)

Activités physiques adaptées

Les activités sportives ont lieu chaque semaine et sont orchestrées par des animateurs sportifs

  • Le bourg (Esplanade du stade)
  • Blanchard (Terrain du Lotissement)
  • Caraque (Terrain de sport de Caraque)
  • Chazeau / Doubs (Salle René Elie)
  • Grand-Camp (Gymnase de l’école du parc)
  • Petit-Pérou (Gymnase de Petit-Pérou)
  • Raizet (Gymnase du Raizet)
  • Sonis (Ecole de Vieux bourg

Bilan

En 2016, la campagne « Huit semaine de bien-être  » a rencontré un vif succès auprès de la population.

Cependant, lors du bilan, les partenaires ont fait le constat que de traiter un sujet aussi dense nécessitait une périodicité mensuelle et non hebdomadaire pour accompagner le public vers un mode de vie sain.

Nombre de personnes ayant participé au 31 décembre 2018 : 376 personnes

L’objectif de 400 personnes accompagnées a été quasiment atteint.

Points positifs :

  • Bon démarrage de l’action.
  • Bonne appréciation des participants. Demande de reconduite de l’action
  • Très grande appréciation des activités physiques.
  • Très bon fonctionnement de certains secteurs (Petit-Pérou / Grand-Camp / Lacroix)

Points négatifs :

  • Très faible fréquentation sur le secteur d’Anquetil
  • Quelques problèmes de logistiques (ouverture de salle ; manque de chaises)
  • Manque d’investissement de certains relais sur leur territoire
  • Raisons :
    • Très grande sollicitation des relais les jours des conférences (journées très longues et d’autres projets à gérer)
    • Déperdition de près de la moitié des participants sur certains secteurs en périodes de fêtes (Noël, Carnaval) et en raison d’une trop grande proximité de certaines conférences.

Les perspectives/suites :

  • Maintenir le contact avec les participants après les 8 mois, notamment par le biais de séances de coaching.
  • Faire intervenir des professionnels de santé supplémentaires, lors de la prochaine action, pour éviter une saturation (ex. : GIP-RASPEG
  • Mettre en place une ressource supplémentaire pour faire le phoning à l’approche des conférences (pour rappel des participants)
  • Investir sur du matériel (vidéoprojecteur + Sonorisation)
  • Mettre en place des ateliers pratiques parallèlement à la conférence pour permettre une meilleure interaction du public.

Moyens

Moyens humains

  • 2 agents dont le coordonnateur

Participation bénévole :

  • Médecins généralistes du territoire,
  • Médecins spécialisés (gastro-entérologie, gérontologie, médecine du sport...),
  • Infirmières,
  • Nutritionniste,
  • Coachs sportifs.

Moyens materiels

Salle, tables, chaises, vidéo projecteur, écran, livrets remis à chaque participant

Coût total du projet

  • Réalisation des livrets : 1 041,60€
  • Logistique : 2 500,00€
  • Mise à disposition d’animateurs et/ou éducateurs sportifs : 7 200,00€
  • Autres : Communication 3 500,00€

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Une trentaine d’associations ont été mobilisées et des agents de la ville menant une action de proximité (Relais territoriaux - Vie associative) ont relayé l’action sur leur secteur.

La Direction des sports et la Caisse des écoles ont contribué à la mise à disposition des locaux et le service communication aux différentes publications.

Les conférences mensuelles ainsi que des prises de constantes étaient assurées par des professionnels de santé de la ligue « Vie et Santé » et de la FACSA Santé et les activités physiques adaptées hebdomadaires, animées par des coachs sportifs qualifiés.

Ils financent l'action

  • Le CCAS
  • La Politique de la ville

Les outils de communication sur l'action

  • Flyers
  • Communiqués de presse
  • Calendriers
  • Messages numériques

Les outils pour évaluer l'action

  • Test d’évaluation de santé au début de l’action
  • Récapitulatif des objectifs à atteindre
  • Suivi mensuel des changements de style de vie
  • Enregistrement des changements hebdomadaires
  • Test d’évaluation final
  • Présentation du bilan de l’action sous forme d’exposition

Les observations du CCAS/CIAS

Il s’agit d’une action qui peut être reproduite sur d’autres territoires présentant les mêmes problématiques. Cependant étant donné qu’elle s’inscrit sur la durée (8 mois de mobilisation autour de l’action), il est nécessaire de maintenir l’intérêt des participants par un niveau qualitatif des interventions, mais également par un engagement minimum des participants : une participation financière symbolique devrait probablement être demandée.

« L’action a pour but de toucher le plus grand nombre de personnes en se déployant dans plusieurs quartiers. L’investissement des professionnels de santé, tous bénévoles, dans ce programme est une démonstration de la force de cette action. Les gens sont heureux d’y participer. C’est une réelle plus-value sur le territoire », confie Eliane Guiougou, vice-présidente du CCAS des Abymes, présidente de l’Udccas de Guadeloupe et administratrice de l’Unccas en charge des relations avec les CCAS et CIAS d’Outre-mer.

Quelques points de vigilance semblent indispensables :

  • Penser et concevoir l’action en transversalité pour la mobilisation des différents services de la ville.
  • Impliquer les institutionnels et surtout les associations des domaines (culturel, social ou la santé).
  • Préparer l’action avec les différents partenaires bien avant le démarrage. Plusieurs réunions s’avèrent parfois nécessaires.
  • Choisir les lieux adaptés pour la tenue des conférences et des activités physiques, et s’assurer constamment de la disponibilité les équipements et de la logistique.
  • Choisir les bonnes dates pour éviter les périodes de vacances estivales qui peuvent démobiliser les professionnels comme les participants.
  • Lancer une grande campagne de communication quelques semaines avant le démarrage de l’action (radiophonique, numérique, réseaux-sociaux, affichage, flyers…), et maintenir un niveau de communication constant, pour informer la population de la tenue des conférences.
  • Rester en contact avec les agents d’animation du territoire pour les garder en éveil par rapport à l’action.
  • Maintenir l’intérêt des participants aux conférences : le format de type conférence peut sembler lourd pour un créneau de 18h-20h.
  • Ne pas hésiter à faire des relances individuelles par voie téléphone.

Photo : Wikimedia Commons / LPLT

Retour en haut de page