J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Handicap et accès aux soins : nouvelle mission

Handicap et accès aux soins : nouvelle mission

Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé et Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées, ont lancé une nouvelle mission consacrée à l’accès aux soins des personnes en situation de handicap. Objectif : ne plus avoir « à choisir entre être soigné où être accompagné lorsque l’on est en situation de handicap ».

Rappelant que les problématiques d’accès aux soins « se posent avec une acuité particulière dès lorsqu’il existe une situation de handicap », cette mission fait écho au précédent rapport consacré à L’accès aux droits et aux soins des personnes en situation de handicap et de précarité. Evoquant des « laissés pour compte » du système de santé, le rapport alertait sur de multiples carences conduisant à «  un renoncement aux soins, des retards et des besoins alourdis du fait d’un état de santé altéré », in fine une « dégradation des parcours de soins et de vie ».

Une réalité mise en lumière par les données de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : à titre d’exemple, l’espérance de vie des personnes vivant avec des troubles psychiques est écourtée de 10 à 20 ans par rapport au reste de la population et leur taux de mortalité est trois à cinq fois supérieur.

Pour les personnes en situation de handicap, les difficultés éprouvées tiennent notamment à une couverture complémentaire moins favorable que les personnes valides, conjugués à des restes à charges et avances de frais élevés, alors que ces personnes sont souvent déjà fragilisées par la précarité financière (faibles revenus, moindre diplôme, chômage).

Aux difficultés d’accessibilité physique aux structures de soins s’ajoutent l’inadaptation des locaux et du matériel médical, le manque de reconnaissance de l’expertise du patient ou encore de l’accompagnement par l’entourage sur l’ensemble du parcours santé. L’absence de continuum du soin en établissement ( MAS/FAM) et plus généralement le manque de coordination des secteurs sanitaire, sociaux et médico-sociaux sont autant d’autres obstacles à une pleine accessibilité du système de santé que le Gouvernement entend lever.

A cette fin, des axes prioritaires d’action (portant plus particulièrement sur la proposition n°35 du rapport précité), seront établis dès juillet 2019 pour une mise en œuvre opérationnelle en septembre 2019. Deux exigences viendront structurer ces travaux :

  • celle d’assurer une pleine information aux personnes porteuse d’un handicap et à leurs proches sur leur santé et les réponses possibles ;
  • celle de préserver le libre arbitre et les possibilités de choix dans les parcours.

Côté CCAS/CIAS

Les CCAS/CIAS peuvent s’engager à différentes échelles dans cette thématique : que ce soit par le repérage des besoins, à travers leurs aides financières (aide à la prise en charge de frais médicaux, acquisition d’une mutuelle), mais aussi l’accompagnement des personnes (mission d’information, de prévention, ou encore de coordination des partenariats santé).

Contact

Florence Angier
Juriste et chargée de mission « handicap-politiques sociales »
fangier@unccas.org

Retour en haut de page