J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Handibus, l’accompagnement des personnes fragiles

Handibus, l'accompagnement des personnes fragiles

Contexte

Même en ville, les personnes âgées ou handicapées se sentent très seules. Lors des opérations « plan canicule » de 2005 et 2006, plusieurs d’entre elles avaient exprimé le désir de recevoir des visites - au-delà de la période de juin à fin août - et de pouvoir sortir de chez elles en toute sécurité.

Dans le cadre de sa politique de lutte contre l’isolement, le CCAS a lancé une action permettant aux personnes âgées de plus 60 ans, handicapées et / ou désorientées et résidants de Vienne, de sortir de chez elles pour accéder à la culture, aux loisirs, à l’information prévention santé...

Description / Fonctionnement de l'action

Ce service est avant tout un accompagnement complet comprenant le transport, un soutien, une aide pour les courses ou le déplacement, un suivi social... Le dispositif s’appuit sur la collaboration du pôle gérontologique avec le pôle insertion du CCAS.

Arche du 27 et les foyers restaurants sont des structures gérées par ces deux pôles, elles participent à la mise en place de projets d’animation dédiés aux personnes âgées et sollicitent le service Handibus pour favoriser l’accès des personnes fragiles à ces animations.

Le service Handibus, repose sur 3 agents qui assurent la prise en charge des personnes à leur domicile, le transport, l’accompagnement et le retour au domicile avec raccompagnement jusque dans le logement si besoin.

Chaque prise en charge est individualisée. L’agent favorise une relation de confiance avec l’usager et l’accompagnement et le transport sont notamment des temps propices aux échanges.

Le coût relativement modeste - 4,57 euros pour l’aller et le retour - favorise le recours à ce dispositif et permet aux agents de mieux connaître les usagers et de s’assurer notamment de leur état de santé, de les informer éventuellement sur leur droits et sur les autres prestations du CCAS...

Bilan

Cette prestation a permis à 200 personnes d’être accompagnées durant l’anné 2007. Pour 2008, le CCAS vise un objectif de 230 prises en charge.
Le temps de mise en place d’un accompagnement individuel est un peu long : une relation de confiance doit s’instaurer, mais ensuite les personnes fragiles regrettent de ne pouvoir être plus souvent accompagnées par le service Handibus. La volonté de faire bénéficier un nombre plus important d’usagers prime sur le nombre de sorties possibles pour un individu dans la même semaine.

Pour certaines personnes qui n’étaient plus sorties de chez elles depuis 3 ans, ce dispositif a permis une resocialisation et les a conduites à fréquenter les structures du CCAS. Le dispositif a également permis de faire prendre conscience aux travailleurs sociaux de la nécessité de maintenir le lien social et de travailler autremment.

Moyens

2,3 ETP pour 3 personnes, coûts salariaux annuels de 54 000 euros.2 Véhicules aménagés (1 CITROEN Jumper et 1 FIAT Scudo) pour des coûts annuels d’entretien et de fonctionnement de 12 000 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Pôle culturel (théatre, animation du patrimoine, bibliothèque, musées) de la ville de Vienne, centres sociaux associatifs, centre de loisirs de Gemens (Ville de Vienne), cinéma « Les amphis » pour l’opération « ciné d’or » à tarif réduit.

Ils financent l'action

Etat et communauté d’agglomération du Pays Viennois (projet CUCS en fonctionnement).

Les observations du CCAS/CIAS

Cette initiative sort les personnes de leur isolement et leur donne envie de fréquenter leurs amis ou des structures (les foyers restaurants par exemple) et d’être informées des autres prestations du CCAS (portage des repas, téléalarme, service de soins infirmiers à domicile…).En outre, en cas d’inquiétude face à l’évolution de la personne prise en charge, un contact est initié avec les familles et l’aide d’un travailleur social du CCAS peut être proposée.

Ce dispositif s’inscrit donc parfaitement dans la politique de maintien à domicile de la Ville de Vienne et constitue une « nouvelle pratique sociale ».

Photo : Wikimedia Commons / Anton Vlasov

Retour en haut de page