J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Halte-garderie parentale bénévole

Halte-garderie parentale bénévole

Cette halte-garderie propose un accueil solidaire. Elle permet aux jeunes enfants de se préparer à la socialisation en petits groupes, aux familles d’être soutenues et de se libérer du temps, aux assistantes maternelles de partager leurs compétences et de diversifier leurs expériences par un travail d’équipe.

Contexte

La commune ne disposait d’aucune structure collective d’accueil du jeune enfant avant 2012. Or, au milieu des années 1980, un groupe de parents a souhaité :- proposer à leur enfant dès son plus jeune âge des expériences de socialisation dans un lieu de jeux adapté à ses besoins ;- bénéficier d’un espace de rencontres favorisant le dialogue entre parents en charge d’un jeune enfant et les échanges de service ; - pouvoir se libérer pendant quelques heures pour effectuer leurs démarches diverses et/ou pratiquer des activités personnelles.
De l’expression de ces besoins, ce collectif parental, impliqué dans la vie communale, s’est mobilisé pour créer cette halte-garderie, dont le fonctionnement repose exclusivement sur la participation bénévole de ses utilisateurs, initiative innovante immédiatement soutenue par la mairie via son CCAS. Pour la municipalité, la prise de risque était limitée : location d’un appartement auprès du bailleur public bien installé localement, peu de travaux d’aménagement, un investissement en matériel limité et susceptible d’être réutilisé par d’autres structures le cas échéant. L’existence d’une grande dynamique associative, de réseaux de solidarité, d’entraide et de partage sur la commune, a favorisé l’émergence et le maintien de cette structure originale.
Cette structure présentait également l’intérêt pour les assistantes maternelles d’offrir, en complément de leur prise en charge individualisée, à l’enfant de vivre régulièrement des moments collectifs. En se côtoyant à la halte-garderie, parents et assistantes maternelles ont développé leurs échanges et tissé des liens plus étroits et plus confiants.
Cette expérimentation a perduré dans le temps, car les familles sont de plus en plus soucieuses de favoriser la socialisation de leur enfant, de le préparer à la séparation, de lui proposer des activités d’éveil diversifiées, quel que soit leur situation : en emploi, en congé parental, au chômage, en arrêt de maladie, au foyer, nouvelle arrivée sur la commune, isolée de son cercle amical et familial… La gratuité du service permet son accès à tous.
D’autre part, cet établissement ne fait aucunement concurrence aux modes de garde collectifs et individuels traditionnels, car il ne se situe pas sur le besoin d’accueil continu. Il s’agit d’une structure complémentaire répondant à un besoin d’accueil discontinu.

Description / Fonctionnement de l'action

Un groupe de parents, grands-parents (ou autres tiers familiaux), d’assistant(s) maternel(s) et un bénévole expérimenté dans le secteur de la petite enfance ainsi que la gestion d’établissement d’accueil de jeunes enfants gère le fonctionnement de la halte-garderie. La gestion administrative et financière est assurée par la mairie de Saint Brice Courcelles.
L’engagement bénévole est souhaité sur une année scolaire afin de favoriser une stabilité dans l’accueil et dans le fonctionnement de la structure. Les rôles sont ainsi répartis :- fonctions de l’accueillant : prise en charge de l’enfant, implication directe dans sa vie quotidienne en assurant les soins, les activités, la collation, le bien-être de l’enfant. fonctions de l’accueillant permanent : organiser le cadre d’intervention, accueil des parents, gestion du matériel et des produits.- fonctions du responsable technique : soutenir les accueillants en relation directe avec les enfants, veiller au bon fonctionnement de la structure, au respect des normes en vigueur et à la mise en œuvre du projet d’accueil.
La répartition des rôles et responsabilités n’est pas gérée selon une approche hiérarchique. Le responsable technique veille simplement à ce que l’implication de chaque bénévole dans la structure soit conforme aux ambitions et aux orientations du projet d’accueil et surtout que l’image, l’éthique et les valeurs collectives soient bien respectées.
Les règles d’encadrement retenues sont les suivantes : - 2 accueillantes jusqu’à 6 enfants et 3 accueillantes entre 7 et 15 enfants.- Présence obligatoire d’une accueillante permanente + d’une assistante maternelle ou d’un bénévole ayant les qualifications requises dans le domaine de la petite enfance sur chaque matinée d’accueil.
Les accueillantes s’inscrivent en fin de mois pour le mois suivant sur le planning. En dehors des cas de force majeure, l’accueillante, qui a un empêchement, organise son remplacement en contactant les autres bénévoles. Un registre de présence des enfants, des activités et des collations est tenu.
La demi-journée d’accueil s’articule autour de ces différents temps : accueil, activités libres, collation, change/hygiène, sieste si besoin, animation, temps calme, rangement de l’appartement, préparation au départ.
Parents, grands-parents, tiers familiaux et professionnels de la petite enfance collaborent, s’entraident, s’unissent, se complètent pour apporter en tant qu’accueillants un service de qualité répondant aux exigences des établissements d’accueil du jeune enfant. Convivialité, jovialité, respect, écoute, compréhension, égalité, recherche de consensus, adaptation, sens du contact, contrôle de soi sont les fondamentaux pour garantir un bon fonctionnement de la structure et contribuer à offrir un service de qualité centré sur l’intérêt de l’enfant. 
Les réunions d’équipe régulières ont pour objet de favoriser une bonne communication entre tous les bénévoles, les transmissions, l’expression libre des ressentis, l’écoute et l’accompagnement dans la réflexion et dans la capacité à prendre du recul par rapport aux pratiques de manière à permettre leur amélioration, leur évolution (travail d’observation, de cohésion sur les règles à poser, les limites et conduites à tenir, la gestion du bruit, l’intérêt de telle ou telle activité).
Ce lieu d’accueil, d’éveil, de socialisation et de ressources a vocation à favoriser le développement de l’enfant dans tous ses aspects (psychomoteur, affectif, intellectuel, social, moral, personnel) ainsi que soutenir la fonction éducative et parentale. La collaboration entre novices, initiés et professionnels permet des échanges de savoirs qui valorisent et développent des compétences, des échanges d’informations et de point de vue divers, qui participent à une meilleure connaissance des activités et services de la commune.
Une place et un lien régulier sont assurés avec les familles : information, invitation à partager certains moments forts et festifs, afin de favoriser l’établissement d’une confiance réciproque et d’encourager l’enfant à poursuivre ses découvertes et démarches d’insertion.
Dans son concept, cet espace de vie se rapproche d’un jardin d’éveil, d’une crèche et d’un lieu de rencontre parent/enfant. Le fonctionnement repose sur la convivialité, l’ouverture vers l’autre, le don de soi et l’enrichissement au contact de l’autre. Si cette structure atypique apparait souple dans sa forme et dans ses réponses à des besoins ponctuels ou plus réguliers d’accueil, elle exige une rigueur en terme d’organisation, d’engagement et d’investissement bénévole, de responsabilités pour qu’une cohérence s’établisse et que les contributions s’articulent bien en vue d’apporter à l’enfant une prise en charge favorable et intéressante. Le responsable technique a l’art délicat de fédérer, de rassembler des personnalités, des sensibilités, des connaissances, des pratiques éducatives différentes en portant une vision commune de la structure.
La halte-garderie parentale a par ailleurs à cœur d’ouvrir l’enfant sur son environnement, par la visite et la découverte de divers lieux et activités sur le territoire de la commune (lien avec les écoles, commerces, bibliothèque, promenade aux parcs …).
Évaluation du dispositif : 
Dans le cadre de l’obligation posée par la PMI d’adapter cette innovation territoriale et sociale au cadre réglementaire au cours du second trimestre 2014, de nombreuses rencontres ont été mise en place en 2014 pour évaluer les pratiques, l’action, reposer le cadre, réfléchir à l’accueil et à l’encadrement des enfants, réécrire le projet d’établissement, le règlement de fonctionnement, le dossier d’inscription. Une charte du bénévolat dans notre halte-garderie parentale, une convention d’engagements réciproques entre la structure et le bénévole, des fiches de missions des bénévoles, une répartition des tâches ont par ailleurs été créées. 

Bilan

La halte-garderie parentale accueille chaque année une quarantaine d’enfants et mobilise environ 20 accueillantes. Au cours de ce premier semestre 2015, 27 enfants ont été accueillis et pris en charge par 17 accueillantes. Elle tire sa richesse de sa mixité sociale et intergénérationnelle.
Ce dispositif permet de lutter contre l’isolement, de dynamiser les pratiques éducatives, d’intégrer davantage les habitants dans la vie de la commune. La durabilité de cette action, son efficacité, tient au cercle vertueux de la coopération, du bénéfice échange-don, qui vise davantage à être et exister, qu’à avoir et consommer.En effet, cette forte implication des utilisateurs dans le fonctionnement a des impacts positifs : - développe la capacité à agir, la participation à la vie sociale à travers cette action communautaire,- apporte de l’enrichissement personnel en suscitant une certaine fierté du travail accompli et partagé, de la valorisation personnelle, source d’enthousiasme,- renforce le sentiment d’appartenance à la communauté éducative.
Cet espace est également un lieu :- d’expériences qui se vivent, se partagent, - d’expérimentation, d’échanges à partir de situations concrètes.On se retrouve, en fait, au cœur des préoccupations des familles.
Les bénéfices sont finalement plus larges et plus visibles que ceux attendus initialement.
Au départ, il s’agissait surtout d’un lieu d’échanges, de soutien, d’éviter l’isolement par la création de liens sociaux grâce à la fréquentation de la structure, d’aider à la séparation parent/enfant. Au final, il s’agit aussi d’un moyen de mobiliser ses compétences au service des jeunes enfants. Certains bénévoles continuent à s’investir alors que leurs enfants ont grandi et ne fréquentent plus la structure. Elle favorise une intégration sociale plus importante grâce à toutes les passerelles établies avec les organismes et associations présents sur la commune. Une véritable notion de partage, de solidarité, de travail d’équipe, de convivialité et de cohésion sociale s’est installée et se trouve être le ciment de la structure, qui donne envie aux personnes de revenir.
La halte-garderie a connu et accompagné, depuis près de 30 ans d’existence, les mutations sociales et familiales, répondant toujours au besoin de relations sociales, de socialisation et d’échanges.
Les enfants s’entraînent dans leur rythme de développement, sont contents de se retrouver pour partager des jeux, des activités. Ils apprennent à canaliser leurs émotions, à attendre leur tour, à partager, à respecter des règles et principes. Ceci les prépare bien pour l’entrée en maternelle. Ils sont également habitués à se séparer de leur adulte de référence et à être pris en charge par d’autres personnes. De plus, du jardin de la halte-garderie, ils communiquent avec les écoliers de la maternelle jouant dans leur cour de récréation. Les lieux ne leur sont donc pas inconnus.
Géographiquement, son implantation dans l’espace éducatif, c’est-à-dire à proximité des écoles, du centre social, du centre de loisirs associés à l’école, facilite sa fréquentation. Les familles se rendent à la halte-garderie après avoir accompagné les grands à l’école et repartent pour la sortie scolaire, grâce au cheminement piétonnier aménagé par la commune.
Après cette année 2014/2015 de changements avec la mise en œuvre du nouveau projet éducatif, l’établissement souhaite affiner les pratiques, encourager leur développement par un apport de connaissances et de techniques via des animations-formation en situation d’accueil. Cette année, la mairie a financé 10 séances d’éveil musical, qui seront reconduites en 2015/2016. En 2015/2016, un atelier bébé-lecteur va se mettre en place grâce à une bénévole expérimentée. Le CCAS souhaite aussi familiariser l’équipe à la relaxation, aux massages, à l’expression corporelle et théâtrale, pour diversifier les animations et avoir des outils pour gérer l’agitation, canaliser les attentions et favoriser les retours au calme.
Un investissement en matériel pédagogique, jeux d’extérieur et quelques éléments de mobilier s’avère nécessaire pour accompagner cette nouvelle configuration.

Moyens

Moyens humains : - 20 bénévoles en moyenne par an pour prendre en charge environ 40 enfants. Chaque bénévole contribue au fonctionnement à raison d’une ½ journée par semaine- un responsable technique bénévole présent régulièrement,- un agent d’entretien rémunéré par la mairie mis à disposition 10 heures par semaine pour l’entretien des locaux.
Moyens matériels : - location de l’appartement financée par le CCAS et aménagé progressivement en fonction des besoins et de l’évolution des normes,- collations et couches fournies par les accueillantes,- équipement et fournitures pour les activités, l’hygiène, le dortoir achetés par le CCAS,
Budget global annuel 9 650 euros (financé par le CCAS)

Les partenaires

Partenaires opérationnels

Maison des arts musicaux pour les séances d’éveil musical, commerçants pour des visites découverte de leur métier (ex : boulangerie, jardinerie) ou des propositions de prestation gratuite (ex : dégustations de pains spéciaux, maquillage de Pâques), bibliothèque et centre social pour des animations ponctuelles (ex : opération le jardin des mots, Carnaval) dans une démarche souple sans convention ni formalisation particulière.

Ils financent l'action

La mairie pour la communication (article mensuel dans le bulletin municipal, information lors de la réunion annuelle d’accueil des nouveaux arrivants, affiches d’annonce des portes ouvertes) et des entreprises privées pour leurs contributions ponctuelles sous forme de dons de produits pour des actions ponctuelles (arbre de Noël, goûter de Pâques, fête de la science…).

Les observations du CCAS/CIAS

Au vu des bénéfices obtenus tant pour les enfants que les accueillants, cette action, facile à mettre en œuvre à partir du moment où il y a des bonnes volontés pour agir ensemble, présente beaucoup d’intérêt à être transposée en terme de cohésion sociale. 

Toutefois, il est nécessaire : - de poser un cadre, des valeurs, une ligne de conduite commune basés sur l’intérêt de l’enfant, tout en permettant à chacun de s’investir davantage dans le domaine ou les tâches, où il se sent le plus à l’aise, dans la mesure du possible. Avoir un projet éducatif écrit, explicite, expliqué et discuté en continu favorise cette appropriation, oriente les postures tout en préservant l’authenticité des personnes. C’est le socle commun pour fédérer les esprits et les comportements des bénévoles, pour agir en cohérence. (= éviter ainsi que certaines personnes imposent leurs pratiques parfois éloignés de l’intérêt de l’enfant aux autres).- de faire prendre conscience aux bénévoles de l’engagement et des relations d’interdépendance existantes entre les uns et les autres pour garantir le bon fonctionnement de l’équipe et le respect de chacun. La charte du bénévolat, la convention d’engagements réciproques, les fiches de missions, la répartition des tâches et l’entretien avec le bénévole lors de son inscription sont des outils utiles pour y parvenir. (= assurer l’égalité entre les accueillants face aux tâches qu’elles soient valorisantes ou plus ingrates).- pour le responsable technique d’être dans l’échange, la compréhension, l’explication, mais la fermeté et la rigueur, c’est-à-dire trancher, apporter des modifications quand c’est nécessaire dans la concertation, pour permettre l’équilibre et la préservation d’une ambiance sereine, conviviale. (= prévenir et/ou gérer les conflits).- pour le responsable technique, de s’entourer d’accueillants permanents en capacité de relayer le cadre posé.- de bien communiquer avec les partenaires pour qu’ils relaient l’action auprès de la population : PMI, centre social, écoles, mairie, praticiens médicosociaux..., mettre à disposition des plaquettes d’information, des articles dans le bulletin municipal, des affiches… pour informer sur les réalisations.

Il faut également un contexte porteur si possible : un réseau de bénévoles motivés sur lequel s’appuyer, des forces vives investies.

Photo : Wikimedia Commons / G.Garitan

Retour en haut de page