J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Halte canine brestoise

Halte canine brestoise

Contexte

Pour certaines personnes en situation précaire, un animal peut représenter l’un des seuls liens affectifs qu’ils ont. Mais posséder un chien peut représenter un obstacle à de nombreuses démarches d’insertion, notamment concernant l’accès aux soins. Différentes solutions existent déjà pour faire garder leur animal : pensions canines ou SPA (mais le coût reste important et n’existe pas toujours à proximité géographique), confier la garde à des amis ou de la famille (mais la plupart des personnes concernées ont peu de relations).
Dans le cadre de soins, il arrive que des personnes en situation précaire ayant besoin d’être hospitalisées refusent l’accès aux soins, faute de trouver une solution adaptée pour la garde de leur chien. D’où des soins reportés, interrompus ou annulés, ainsi que des abandons d’animaux.Le besoin d’une action qui lèverait ce frein à l’accès aux soins a été repéré par nombre d’acteurs brestois du milieu sanitaire et social : services sociaux, de tutelle, lieux d’accueil, structures de soins… Ce besoin reste cependant difficile à quantifier.

Par ailleurs, dans le cadre du réseau « isolement-précarité », piloté par le CCAS, différents partenaires ont travaillé sur cette problématique : 
- le service social du CHRU de Brest,
- l’unité animal et ville du service action sanitaire et santé de la Ville de Brest,
- l’association halte-accueil Frédéric Ozanam (lieu d’accueil).

A différents moments de la construction de l’action, des usagers du CCAS ou du CHRU ont été associés, dans le but à la fois d’affiner la réponse au problème soulevé, mais aussi de les sécuriser dans une démarche future de sollicitation du service, et enfin de communiquer auprès d’autres personnes potentiellement concernées.

Ce travail a duré un an et a abouti à la signature d’une convention en juillet 2010 entre les 4 partenaires, afin de mettre en place une halte canine expérimentale.

Description / Fonctionnement de l'action

Objectifs de l’action :
- permettre à des personnes précarisées propriétaires de chien(s) d’accéder à des soins médicaux,
- créer une dynamique partenariale autour de la thématique de la place de l’animal dans l’accueil et l’accompagnement de la personne,
- mobiliser des personnes bénévoles sur le projet pour accueillir ponctuellement les chiens.La halte canine est un projet expérimental pour faire accueillir au domicile de bénévoles des chiens de personnes en situation de précarité, nécessitant des soins hospitaliers de plusieurs jours. Une équipe composée d’une assistante social du CHRU et une bénévole de la halte-accueil coordonne le dispositif. Elles réceptionnent les demandes. Celles-ci ne peuvent émaner que de travailleurs sociaux du CCAS et du CHRU.

Pour effectuer une demande, le travailleur social contacte par téléphone la halte canine et présente la requête. Une fiche de renseignements sur les caractéristiques et les habitudes du chien permet de sécuriser l’usager dans la démarche de laisser son chien en garde chez un tiers et de choisir un bénévole présentant des conditions d’accueil et de garde les plus adéquates. Le chien est placé selon les disponibilités (dans le cadre de l’expérimentation, seuls 3 chiens peuvent être gardés simultanément), la correspondance aux critères de ressources du maître et l’urgence ou l’anticipation de l’hospitalisation. La prise en charge du chien s’effectue lors d’une rencontre entre le propriétaire du chien, le bénévole et la coordination de l’action, en présence de l’unité animal et ville chargée de rendre un avis sur le comportement de l’animal. Des contrats engagent chacune des parties.

Les bénéficiaires de la halte sont des personnes ne perçevant pas plus que l’AAH. Une participation financière d’1 euros par jour de garde leur est demandée. L’alimentation du chien durant l’accueil par le bénévole est prise en charge par la halte canine.

Le CCAS dirige un groupe de pilotage avec les partenaires de l’action. Réuni chaque mois, il permet de réadapter l’action, ses outils, de débattre sur différentes interrogations et de maintenir une dynamique d’implication de chaque partenaire.

Depuis début 2011, une phase de bilan intermédiaire a débuté. Elle permet de se positionner sur l’intérêt des points suivants :
- ouverture à d’autres services sociaux que le CCAS et le CHRU en tant que prescripteurs,
- augmentation de la capacité d’accueil.

Bilan

Près de 6 mois après le début de l’expérimentation, il apparaît que la halte canine permet de ne pas interrompre les soins. C’est une action facilitatrice permettant de saisir un moment particulier de réceptivité du patient pour l’inciter à s’engager dans des démarches de soins souvent reportées ou ajournées lors des mois ou des années précédentes. Le chien devient ainsi un support pour aborder l’accès aux soins et non un frein. Les coordinatrices de la halte ont fait preuve de réactivité dans les situations d’urgence grâce à leur disponibilité et le soutien de l’unité animal et ville. A ce jour, 9 personnes ont pu être hospitalisées grâce à l’action. Les durées de garde vont de 15 à 50 jours. 22 personnes se sont portées bénévoles pour accueillir des chiens à leur domicile. Les bénéficiaires ont plutôt une bonne opinion de la halte canine et la participation financière demandée est acquittée par les personnes. Le développement de ce projet a créé une dynamique partenariale et s’inscrit au sein du réseau « isolement-précarité » piloté par le CCAS de Brest.

Moyens

Moyens humains :
- 1 bénévole de l’association halte-accueil Frédéric Ozanam (astreinte de 2,5 jours par semaine),
- 1 assistante sociale du CHRU (astreinte de 2,5 jours par semaine).

Budget : 3 000 euros (financé par le CCAS pour les frais de fonctionnement)

Les partenaires

Partenaires opérationnels

CCAS de Brest, Ville de Brest (service action sanitaire et santé), CHRU de Brest, halte-accueil Frédéric Ozanam, pension canine des Abers.

Ils financent l'action

Aucun

Les observations du CCAS/CIAS

Points forts :
- l’action s’appuie sur un partenariat fort,
- l’implication de l’unité animal et ville de la Ville de Brest facilite le bon déroulement de l’action en lui apportant du crédit vis-à-vis des usagers et des bénévoles en participant à la petite formation à l’accueil et à la garde et en se rendant disponible en cas de besoin tel qu’un changement de bénévole accueillant,
- un partenariat avec la pension canine des Abers rend possible la garde de chiens dits dangereux,
- cette action ne nécessite pas un budget élevé et repose en partie sur l’implication motivée de personnes bénévoles,
- un nombre non négligeable de 22 personnes qui se sont fait connaitre pour être bénévoles (la communication par voie de presse a porté ses fruits),
- les usagers semblent avoir un à priori positif de la halte canine brestoise.

Difficultés :
- cette action demande une disponibilité importante de la part de la coordination de la halte-accueil,
- l’action ne s’adresse pas à tous les brestois isolés et précarisés du fait de la démarche d’expérimentation. Il est arrivé que la coordination refuse une prise en charge du fait du manque de place ou d’un accompagnement social mené ailleurs qu’au CCAS ou au CHRU.

Photo : Wikimedia Commons / Thesupermat

Retour en haut de page