J'ai compris, mais plus tard...
Actualités

Groupe de travail : les Ressources humaines, levier de développement des politiques publiques

Groupe de travail : les Ressources humaines, levier de développement des (...)

Le groupe de travail créé par l’UNCCAS en juin 2017 poursuit ses travaux. Dans le contexte financier contraint qui est le nôtre, il entend affirmer le rôle primordial de la fonction RH dans la conduite des politiques publiques, et notamment de la gestion prévisionnelle des emplois, effectifs et compétences (GPEEC).

L’importance d’une démarche globale RH dans la collectivité : les moyens humains

Un contexte financier contraint

Le contexte financier actuel des collectivités territoriales et de leurs établissements publics est fortement contraint. Cet état de fait est propice à une réflexion sur le sens de l’action publique. Il oblige les collectivités à intégrer une logique d’optimisation de la dépense qu’il est important de mener dans le cadre d’une approche globale, en se posant la question suivante : en réponse à leurs besoins, quel(s) service(s) public(s) souhaitons-nous proposer aux administrés ?

Ainsi, il semble important de redire que les choix politiques ne sauraient reposer uniquement sur des arbitrages financiers. Le budget annuel est bien un outil d’aide à la décision du projet politique, lequel se construit au-delà de l’annualisation budgétaire.

Dans le même esprit, et au regard de l’objectif communément partagé de réduction du déficit public, la masse salariale ne peut être considérée comme la seule variable d’ajustement. Penser politique publique et non gestion comptable, c’est passer de la logique « 1 départ à la retraite sur 2 ne sera pas remplacé » à la question suivante : « quel(s) service(s) public(s) pour aujourd’hui et demain au regard de la contrainte ».

La fonction RH : un rôle primordial dans la conduite des politiques publiques

La fonction RH peut ainsi passer d’une fonction support à une fonction pilote. Elle a un rôle majeur dans l’organisation/réorganisation de l’action, la mise en place/réajustement des choix politiques publiques mis en œuvre par les fonctions organisationnelles des collectivités et décidés par le pouvoir exécutif.

La GPEEC au cœur de la démarche

La fonction RH est dans ce cadre le pilote incontournable de la gestion prévisionnelle des emplois, effectifs et compétences (GPEEC) au sein de la collectivité. Rappelons que la GPEEC a pour objet de permettre à la collectivité de disposer en temps voulu du personnel ayant les compétences nécessaires (connaissances, expériences et aptitudes) pour pouvoir répondre aux besoins exprimés par l’ensemble des services de la collectivité.

Elle aide ainsi à préparer la collectivité face aux évolutions auxquelles elle est confrontée (réforme territoriale, évolutions de métiers, des besoins des administrés…) et permet d’optimiser les ressources dans le temps et donc de minimiser les coûts d’adaptations futures tout en facilitant l’organisation des services de la collectivité et contribuant à rendre un service public de qualité.

Cela, passe par exemple par la mise en œuvre d’outils de gestion visant à la valorisation des compétences des agents : mobilité interne, formation, encadrement des maîtres d’apprentissage ou de tutorat, reclassement pour inaptitude physique, fiches de poste plus précises – voire avec des niveaux de compétence requis (par exemple dans le domaine du domicile)... Il s’agit également de lutter contre précarisation de certains agents.

Plus généralement, cette fonction RH « pilote » contribue à valoriser l’attractivité l’ensemble de la fonction publique territoriale, attirant compétences extérieures et confiance de la part de la population. Elle doit donc en toute logique être menée avec l’ensemble des autres services de la collectivité et de leurs managers, avec le soutien des élus.

En filigrane, des enjeux plus globaux

Répondre aux enjeux RH contribue à obtenir des résultats positifs en matière :

  • de qualité et de continuité du service public rendu aux administrés ;
  • de lutte contre l’absentéisme et les risques psycho-sociaux, en repensant la qualité de vie au travail ;
  • de mise en œuvre d’une véritable politique de reclassement pour inaptitude physique ;
  • d’attractivité de la collectivité.

Renseignements et inscriptions

Frédéric Bodo
Responsable Pôle Politiques Sociales
01 70 61 22 67
fbodo@unccas.org

Nos principales publications sur le sujet

Retour en haut de page