J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Fonctionnement d’un conseil communal des aînés

Fonctionnement d'un conseil communal des aînés

Le rôle du Conseil Communal des aînées (CCA) est de favoriser les projets transversaux et intergénérationnels, de redonner une place aux personnes âgées dans leur ville, de favoriser l’entraide et de renforcer le lien social. C’est un organe qui est force de proposition pour les élus, de même qu’un espace de débats.

Contexte

Le CCA, est une instance de réflexion, de travail et de participation à la vie de la cité. Il est composé par des personnes âgées retraitées de plus de 55 ans qui y participent volontairement. Il a été créé en 2001, suite à l’année internationale des personnes âgées au cours de laquelle avaient été créés des comités de seniors. Ces derniers ayant été force de questionnements, de suggestions et de propositions.

Le CCA s’intègre dans le processus de démocratie locale et répond à la volonté municipale de développement de la démocratie participative. Il a, par ailleurs, été motivé par le dynamisme et le besoin d’implication des retraités.

Description / Fonctionnement de l'action

Les objectifs définis sont : favoriser l’expression, mettre en place et mener des projets, développer des échanges intergénérations, véhiculer une image positive des aînés, favoriser la convivialité et le dynamisme, et inciter l’implication active des seniors.

Composition et fonctionnement

Le CCA comprend trente membres volontaires (moyenne d’âge actuelle, 75 ans). Son instance dirigeante est composée du maire, du maire-adjoint délégué, du représentant et du vice-représentant du CCA (tous deux élus en assemblée par tous les membres). Le fonctionnement du CCA s’articule autour de deux assemblées, une assemblée générale annuelle présidée par le maire et de deux assemblées ordinaires présidées par le maire-adjoint. Elles donnent l’opportunité à tous les membres du CCA de se rencontrer de façon formelle. Au cours de ces assemblées, il est fait une présentation des projets en cours et un bilan des actions finalisées. Le règlement intérieur a été élaboré dès la création du CCA, sur demande des membres.

Les commissions de travail

Les thèmes de travail ont été choisis par les membres du CCA, validés au conseil d’administration du CCAS et ont donné lieu à la création de six commissions.

Une commission culture/loisirs :

  • organisation d’un spectacle de variété en novembre 2004 dans le Palais des Arts et des Congrès d’Issy-les-Moulineaux,
  • organisation d’un salon du livre de plein air, en octobre 2006, intitulé les livres viennent à nous, sur le thème de l’aventure scientifique. Au programme : dédicaces, animations pour les enfants, café des sciences.

Une commission intergénérationnelle :

  • organisation d’un thé dansant intergénérationnel en 2003 (150 personnes : enfants et adultes),
  • visite de l’Assemblée Nationale avec le conseil communal des jeunes en 2004,
  • pique-nique de la fraternité dans les jardins du Luxembourg en 2004,
  • kermesse pour les centres de loisirs primaires de la ville (80 enfants) en 2005,
  • une fête du pain intitulé du blé à la baguette.

Une commission mémoire de la ville :

  • depuis 2003, rédaction chaque mois, d’un article qui parait dans le journal municipal Point d’Appui. Une rubrique intitulée « les rues de notre ville » permet aux Isséens de connaître leur ville, ses transformations, les nouvelles rues. Le fruit de leurs recherches enrichit le fonds documentaire de la Galerie d’Histoire de la Ville.
  • dans la continuité de ce travail, réalisation d’un blog, en partenariat avec le Musée Français de la carte à jouer. Il est mis en ligne sur le site Internet de la Ville (« inauguré » dans le cadre des journées du patrimoine 2006).
  • la finalisation et la diffusion, en mai 2007, d’un grand jeu destiné à la population Isséenne intitulé : « à la recherche des trésors d’Issy ». Il s’agit de montrer aux Isséens les richesses ou les aspects insolites de leur ville en retrouvant, dans un périmètre donné, à partir de photographies, des composantes du patrimoine Isséen parfois mal connues, voire ignorées.

Une commission communication et relations extérieures :

  • en 2003 et 2004 : réalisation de plaquettes sur les villes jumelles d’Issy-les-Moulineaux pour contribuer à l’amélioration de l’information des Isséens souhaitant se rendre dans ces villes jumelles.
  • faire mieux connaître le CCA dans la ville, dans la communauté d’agglomération Arc de Seine, dans les Hauts de Seine et l’Ile de France, et développer les échanges avec des communes qui ont un CCA, son équivalent ou qui souhaitent créer un CCA : édition d’une plaquette d’infomation, prise de contacts avec les autres communes et rencontre, en mars 2007, avec le conseil des sages de la commune de Vanves.

Une commission sécurité routière :
Cette commission est très concernée par la prévention et l’éducation à la sécurité routière :

  • depuis 2004, organisation de 14 séances de sensibilisation au code de la route (en mettant l’accent sur les nouveautés), suivies d’un exposé/débat sur un thème (vitesse, vue, alcool), à destination des Isséens de tous âges, sur différents créneaux horaires.
  • mai 2004, organisation d’une grande manifestation de prévention routière.
  • action soutenue par les conseils de quartiers et le Plan Départemental de la Sécurité Routière.
    Contenu de la manifestation : démonstrations de désincarcération par les pompiers, ateliers menés par la prévention routière 92, une voiture crash test, une piste de vélo animée par la Police Nationale pour les écoles (250 enfants des classes de CM2 de la ville ont été concernés).
  • à la demande des organisateurs, participation au « Grand Forum de Prévention Santé Sécurité » les 16, 17 et 18 mai 2006, organisé par EDF Gaz de France, à destination de ses salariés, sur les risques en déplacement corporel et routier.
  • reprise, en fin d’année 2006, des séances de code, « améliorer son savoir-conduire ». Accent porté sur la conduite automobile. Souhait d’un partenariat avec les auto-écoles de la ville pour une remise d’un « bon pour » une séance de conduite à chacun des participants.
    Manifestation de prévention routière en septembre 2007 à destination des adultes et des enfants.

Une commission site Internet :

  • mise à jour des données du site Internet, quasi mensuelle
  • rédaction du journal interne tous les deux mois (envoyé à l’ensemble des membres),
  • transformation du journal interne en newsletter, transmise via la messagerie interne à l’ensemble du personnel communal, à un listing d’associations et de partenaires extérieurs.

Coordination et communication

Le CCA est coordonné par les animatrices seniors de l’Alliance (CCAS : secteur personnes âgées, associations de maintien à domicile et permanences), en lien avec le représentant et le vice-représentant. Elles apportent un soutien logistique, organisationnel et matériel aux membres volontaires lors des commissions de travail et des assemblées (comptes rendus de réunion, relations avec les services de la commune et les partenaires extérieurs, préparation, conduite et planification des réunions et des assemblées).
Les animatrices assurent, de plus, la communication et la promotion du CCA : site Internet propre au CCA, une newsletter destinée au personnel communal, aux associations de la ville et aux partenaires extérieurs, un journal interne au CCA, une plaquette d’informations réactualisée régulièrement, des affiches et des tracts liés à de l’évènementiel et des articles réguliers dans le journal communal.

Bilan

Points positifs :

En terme de dynamique  : travail d’un groupe autour d’un intérêt commun, développement et renforcement du dynamisme des personnes participantes.

En terme de citoyenneté : développement d’un sentiment d’appartenance à un groupe, renforcement d’une identité isséenne, valorisation de la démocratie locale.

En terme de reconnaissance : diffusion d’une image positive du vieillissement, valorisation de la parole des anciens, reconnaissance des parcours de vie, des expériences et des connaissances, renforcement d’un sentiment d’utilité dans la société.

En terme de lutte contre l’isolement : développement de liens et d’amitiés entre les personnes, renforcement d’une solidarité entre les personnes.

En terme d’originalité : offre de loisirs originale, créative sous forme de projets.

Point négatif :

Le point négatif essentiel est relatif au fonctionnement institutionnel qui oblige à une annualisation et à une anticipation budgétaire. Ceci est une difficulté pour les personnes âgées qui fonctionnent dans le court terme. En effet, il leur est difficile de travailler à la fois sur une action tout en bâtissant de nouveaux projets (mise en forme du projet et de son financement).

Difficultés rencontrées :

Individuellement, les difficultés rencontrées sont inhérentes à cette tranche d’âge. Elles peuvent perturber le fonctionnement des commissions avec notamment des retards dans les projets. La présence des animatrices est alors indispensable, tout d’abord, pour assurer la coordination et la transmission des informations (compte-rendu de réunion). Ensuite, dans certains cas, pour un soutien psychologique et relationnel.

  • en matière de santé : pendant les séances de travail (environ 1 h 30), on note chez les plus âgés, une fatigue et des difficultés de concentration pouvant aboutir à une impatience. Durant l’année, on constate dans l’ensemble du groupe des absences parfois longues pour maladie, une diminution progressive des facultés pour les plus âgés (physiques, cognitives, mentale), des décès.
  • en matière de planning personnel : des absences fréquentes pour des voyages, des vacances, chez les plus jeunes. Un emploi du temps très chargé (autres activités de loisirs, petits enfants, rendez-vous médicaux, etc..).

Dans le groupe, les difficultés se situent à d’autres niveaux. Il existe parfois au sein du groupe des points de désaccord liés aux différences de générations (entre les retraités les plus jeunes et les retraités les plus anciens). Le travail de groupe met en évidence les différences de niveaux intellectuels et sociaux occasionnant parfois des échanges de remarques désobligeantes (difficultés rédactionnelles notamment). Le travail en commun exacerbe parfois les traits de caractère, aboutissant alors à des difficultés d’écoute, d’ouverture aux autres où le compromis est, dans certain cas, quasi impossible.

Moyens

Moyens humains

Deux animatrices du CCAS sont missionnées, chacune à mi-temps, pour le fonctionnement du CCA et plus largement, l’équipe de la coordination gérontologique s’associe aux différents projets.

Coût total du projet

2006 : 14 514 euros.

Les partenaires

Partenaires opérationnels

  • services la commune (médiathèque, services techniques, protocole)
  • les centres de loisirs et d’animations
  • l’Office Isséen pour les Aînés
  • la communauté d’agglomération Arc de Seine
  • le conseil général
  • le conseil régional
  • le Plan Départemental d’Actions de Sécurité Routière
  • la prévention routière 92
  • la Police Nationale
  • les écoles élémentaires de la commune
  • Monoprix
  • librairie Chantelivres
  • librairie Caractère

Ils financent l'action

  • commune
  • le conseil général
  • le conseil régional
  • le Plan Départemental d’Actions de la Sécurité Routière
  • la Direction Régionale des Affaires Culturelles

Les observations du CCAS/CIAS

La réussite de cette expérience est liée à plusieurs facteurs. La pérennisation du groupe en est un élément clé.
En effet, sur les trente membres inscrits à ce jour, vingt étaient déjà présents à la mise en place du CCA. La création du règlement intérieur, quant à lui, a formalisé le fonctionnement du CCA et permis la réalisation et le succès des projets. Ensuite, le fait que le CCA émane du CCAS a permis d’avoir un encadrement par des professionnels, qui s’avère indispensable, et un soutien logistique des services de la Ville, permettant d’asseoir confortablement le groupe dans son fonctionnement. De plus, le CCA est aujourd’hui reconnu par des partenaires professionnels (Ville, EDF-GDF, conseils de quartiers, Conseil Économique et Social, CNRS de Dijon), ce qui lui donne une véritable légitimité en tant qu’organe de démocratie locale, en direction des seniors, représentatif de la ville.

Le sentiment d’inutilité est souvent présent chez les retraités. Aussi cette expérience permet une valorisation des individus à travers leurs expériences, leurs connaissances. Elle donne également ou redonne une place dans la collectivité, par une implication active. Elle créée et/ou renforce des liens intergénérationnels en tendant à une modification de l’image de la personne âgée dans la société.

Photo : Wikipedia Commons / Metropolitan

Retour en haut de page