J'ai compris, mais plus tard...
Fiche d'expérience

Expérimentation d’une animation à domicile sur le territoire de Vitré Communauté

Expérimentation d'une animation à domicile sur le territoire de Vitré (...)

Contexte

Cette expérimentation se déroule dans le cadre de la convention de « modernisation des services à domicile », signée entre la Caisse Nationale Solidarité Autonomie et le Conseil Général d’Ille-et-Vilaine.

1 territoire d’intervention : Vitré Communauté (sauf canton de Châteaubourg et les communes de Marpiré, Mécé et Montreuil des Landes = 28 communes).
5 structures concernées : UDCCAS d’Ille-et-Vilaine, CCAS de Vitré (Service CLIC et Service Maintien à domicile) ; ADMR d’Argentré-du-Plessis ; ADMR de Cornillé ; ADMR de Vitré).

 

L’isolement des personnes âgées et des personnes handicapées est une situation préoccupante. L’éloignement géographique des enfants, de la famille, le décès du conjoint, la disparition des amis proches peuvent en être la cause.

Certaines personnes âgées et personnes en situation de handicap vivent douloureusement la solitude et l’isolement est un réel facteur d’exclusion sociale. Cette réalité est au cœur des préoccupations des acteurs du maintien à domicile. C’est pourquoi, il est nécessaire de s’engager auprès de ces populations fragilisées en proposant une offre importante d’animations adaptées.

De plus, le développement de réponses complémentaires au projet de vie à domicile fait partie des mesures préconisées par le plan solidarités Grand âge, permettant aux aidants familiaux de « souffler ».

Mais avant que la personne isolée ne participe aux offres proposées, il est parfois nécessaire qu’un travail d’accompagnement social de la personne seule soit réalisé. Les services d’aide à domicile du CCAS et de l’ADMR relèvent un besoin exprimé par les Auxiliaires de Vie Sociale pour les personnes aidées à domicile pour rompre leur isolement. La mise en place, à titre expérimental, de l’animation à domicile est ainsi pertinente dans le retissage des liens sociaux.

Cette expérimentation est à la fois : un vecteur d’autonomie sociale, un coup de pouce, un premier levier vers l’autonomie des personnes isolées, un prétexte à la rencontre, un vecteur d’incitation à sortir certaines personnes de leur confinement.{}

L’animation à domicile doit permettre de redonner confiance aux personnes en leur montrant qu’elles sont toujours capables de recevoir chez elles, de se déplacer, de communiquer...

L’animation à domicile doit permettre de redonner à la personne une place active dans la société. Le but de l’animation est donc « le mieux vivre de la personne ».{}

De la connaissance des personnes âgées ou personnes en situation de handicap et de leurs problèmes de vie à domicile, l’animation apparaît comme un moyen efficace et complémentaire des aides et des soins à apporter à ces personnes. C’est également un levier vers l’autonomie, vers l’accueil de jour, vers de l’animation collective, vers l’établissement…

Description / Fonctionnement de l'action

Des auxiliaires de vie sociale motivées par l’animation à domicile sont affectées à cette tâche par leur responsable de service et ce, sur la base du volontariat. Elles assurent à domicile, ou par un accompagnement à l’extérieur, l’animation auprès des personnes âgées ou personnes en situation de handicap dépendantes. L’encadrement pour la mission d’animation est assuré par leur responsable de service et par une animatrice-coordinatrice à domicile recrutée pour cette expérimentation.

Le premier entretien avec l’usager permet d’évaluer globalement le type et la durée de la prise en charge. Il permet ainsi de définir un projet d’animation personnalisé. La personne souhaitant bénéficier du service d’Animation à domicile signe alors un « contrat » avec le Service d’aide à domicile concerné où est spécifié tous les renseignements jugés utiles (ex : temps des animations, durée du service, participation financière pour les frais annexes…).

L’auxiliaire de vie sociale remplit à chaque animation une fiche de vacation qui permet de détailler ses actions, d’évaluer l’évolution de la personne et son environnement et d’informer l’animatrice-coordinatrice à domicile pour le suivi du service.

La durée de la prise en charge est individualisée, fonction de la situation de la personne, de son évolution. Elle est le plus souvent d’une durée d’au moins 1h30 tous les 15 jours sur une période de 3 à 6 mois.

Des réunions de coordination sont organisées entre les auxiliaires de vie sociale et l’animatrice-coordinatrice à domicile à raison d’1 heure par mois afin de réaliser un suivi des animations mises en place. Un Comité de pilotage, avec les responsables des services concernés (CCAS - SAD et CLIC ; ADMR) se réunit régulièrement pour suivre l’expérimentation et faire évoluer les modalités de fonctionnement de l’expérimentation le cas échéant.

Des projets autour de l’animation à domicile : un lien entre le domicile et les établissements est envisagé pour que les personnes du domicile participent à des animations collectives accompagnées de leur aide à domicile, ceci afin de préparer l’entrée éventuelle en structure de la personne.

Un projet de visites à domicile avec des bénévoles, doit également compléter ce dispositif, pour les personnes isolées qui souhaiteraient davantage une simple visite et non réaliser des activités relevant de l’animation.

Bilan

Les animations à domicile ont démarré en juin 2008. Les statistiques établies de juin 2008 à 2010 ont indiquées que les bénéficiaires étaient majoritairement des femmes (76 % contre 24 % d’hommes). La tranche d’âge principalement représentée est 80-89 ans, à l’inverse, la tranche des moins de 60 ans ne représente que 3 %.

D’après les aides à domicile et les entretiens réalisés par l’animatrice-coordinatrice, les usagers qui bénéficient de l’animation à domicile sont très satisfaits de ce service :
- Ils apprécient beaucoup cette intervention et trouvent cela très intéressant.
- Cela leur plait tant d’un point de vue des activités proposées que de la bonne ambiance et des bénéfices qui en ressortent.
- Certains ont un comportement différent du quotidien sur le temps de l’animation ; il y a un oubli des souffrances habituelles ou des soucis de santé, on ne se plaint pas, on profite du moment et on évoque des souvenirs.
- Le temps d’animation les rend parfois plus épanouie, souriant, détendu, ils discutent davantage, le temps d’activité change les idées et remonte le moral lorsqu’il n’est pas au rendez-vous. L’animation à domicile permet ainsi d’aider moralement les personnes qui ont besoin d’écoute et de présence.
- Souvent, la salariée est attendue avec impatience, éventuellement tout est prêt et à son départ on prévoit et on discute déjà de la prochaine animation.
- La plupart des usagers ne demandent qu’à continuer et certains sont prêts à participer financièrement. Beaucoup sont désolés quand cela se termine car ils sont contents de se divertir dans l’après-midi et ne pas être seul.
- La principale souffrance morale des usagers est la solitude, notamment lorsque les connaissances proches partent les unes après les autres en structure. Ils sont ravis qu’on s’occupe d’eux sur le temps de l’animation et certains évoquent même que « finalement le temps passe vite quand on y pense et qu’on est bien », mais le temps d’animation passe en règle générale très vite ou trop vite.
D’après les usagers rencontrés et les retours des aides à domicile, le service d’animation à domicile a plusieurs côtés positifs :
- Evite la solitude, moment agréable, détente, repose, change les idées, casse le rythme du quotidien…
- Sortir du domicile.
- Prendre du plaisir à discuter autour d’une activité, passer un bon après-midi et du bon temps.
- Beaucoup de plaisir et d’échanges, se sentir mieux après, fait du bien de discuter et d’évoquer des souvenirs, se rappeler des moments vécus…
- Très diversifiant et plaisant que ce soit avec la lecture qui est appréciée lorsque la vue baisse, ou des jeux de mémoire et une partie de scrabble qui « réveillent le cerveau » ou encore lors d’un atelier cuisine qui permet de recevoir…
- Les aides à domicile respectent leurs envies et les stimulent pour faire des choses.
- Une personne a évoqué que sans les interventions du quotidien et les animations, elle serait en maison de retraite.

Moyens

Moyens humains :
- les responsables de service,
- membres du Comité de pilotage,
- 1 animatrice-cordinatrice à domicile à mi-temps,
- 2 à 12 aides à domicile de chaque service à domicile,
- des intervenants extérieurs (pour des temps de formation, de sensibilisation…),
- bénévoles. 

Budget : 40 170 euros

Les partenaires

Partenaires opérationnels

CCAS de Vitré (UDCCAS d’Ille-et-Vilaine), CLIC de Vitré Communauté (géré par le CCAS de Vitré), Service Maintien à domicile du CCAS de Vitré, ADMR d’Argentré-du-Plessis ; ADMR de Cornillé ; ADMR de Vitré.

Ils financent l'action

Conseil général d’Ille-et-Vilaine (en lien avec la CNSA), CCAS de Vitré, ADMR d’Argentré-du-Plessis, ADMR de Cornillé, ADMR de Vitré.

Les observations du CCAS/CIAS

Cette expérimentation sur 3 ans, se veut innovatrice et répond à une réelle demande des usagers mais aussi des professionnels du secteur gérontologie (services à domicile, conseillères sociales en gérontologie, assistantes sociales…). Les premiers bilans de l’expérience sont très positifs : elle soulage les aidants naturels, rompt l’isolement des personnes âgées, re-socialise les personnes, permet de mettre en place des actions de prévention (prévention des chutes…), participe au maintien des capacités physiques (activités manuelles, promenade, gym douce…) et intellectuelles (jeux de mémoire…), apporte du bien être...

Les usagers et les professionnels souhaitent que l’animation à domicile soit pérennisée.

Photo : Wikimedia Commons / Pacoviande

Retour en haut de page